HAM­MER MU­SEUM

L'officiel Art - - Par Yamina Benaï Carambolages - En­tre­vue Aram Moshayedi

à L’OC­CA­SION DE LA BIEN­NALE MADE IN L.A., TE­NUE AU HAM­MER MU­SEUM DE LOS AN­GELES à L’éTé-AU­TOMNE 2016, NOUS AVONS

L’OF­FI­CIEL ART : Quelles sont, se­lon vous, les ca­rac­té­ris­tiques de la Bien­nale Made in LA et comment en­vi­sa­gez-vous d’abor­der la troi­sième édi­tion de cette ma­ni­fes­ta­tion (juin à sep­tembre 2016), dont vous par­ta­ge­rez la di­rec­tion avec Ham­za Wal­ker, conser­va­teur de la Re­nais­sance So­cie­ty, mu­sée d’art contem­po­rain ins­tal­lé sur le cam­pus de l’uni­ver­si­té de Chi­ca­go ? ARAM MOSHAYEDI : C’est un peu tôt pour le dire, tou­te­fois, je peux afr­mer que Ham­za Wal­ker et moi-même consa­crons notre temps à des échanges mu­tuels et à des vi­sites d’ate­liers par­tout dans la ville afn d’éla­bo­rer le fl conduc­teur de l’ex­po­si­tion. Ham­za Wal­ker émet le sou­hait de mettre en lu­mière le Los An­geles non-sexy, rude, sans fards, et les lieux po­ten­tiels ré­pon­dant à ces cri­tères ne manquent pas.

Vous avez afr­mé qu’à tra­vers cette mis­sion qui vous a été confée, vous sou­hai­tiez no­tam­ment in­ter­ro­ger la ques­tion qui consiste à sa­voir comment les ar­tistes prennent pos­ses­sion d’une ville telle que Los An­geles, et à tra­vers ce­la éva­luer les pos­si­bi­li­tés de for­ger une iden­ti­té ré­gio­nale dans cette mé­ga­lo­pole in­ter­na­tio­nale. Qu’at­ten­dez-vous de ce pas­sion­nant et am­bi­tieux pro­jet ?

J’es­père faire émer­ger des noms qui ne sont pas ha­bi­tuel­le­ment as­so­ciés à l’uni­vers ar­tis­tique à L.A. La ville est si pleine de res­sources et de va­rié­tés de dis­ci­plines à par­tir des­quelles en­vi­sa­ger des axes de re­cherche, en com­plé­ment des uni­vers pa­ral­lèles à ce­lui des arts vi­suels. Le déf consis­te­ra, no­tam­ment, à don­ner une co­hé­rence à cet en­semble, de prime abord, dis­pa­rate. L’am­bi­tion de telles ex­po­si­tions ré­si­dant non pas dans leur am­pleur, et leur nombre mais dans leur pro­pen­sion à trans­mettre cer­taines sen­si­bi­li­tés mé­con­nues.

Vous avez re­joint le Ham­mer Mu­seum en 2013, quel bi­lan faites-vous de votre ex­pé­rience, quels pro­jets en­ten­dez-vous y me­ner ?

De­puis que j’ai in­té­gré le Ham­mer Mu­seum, j’ai me­né des pro­jets avec des ar­tistes tels que Ma­rion Gar­cia Torres et Ma­ria Has­sa­bi, et dans les deux cas, j’ai ten­té de com­mu­ni­quer mes di­fé­rentes ex­pé­riences de tra­vail à pe­tite échelle sur le mo­dèle du mu­sée. Le Ham­mer mu­seum ofre un en­vi­ron­ne­ment fexible où de telles pra­tiques peuvent ques­tion­ner les no­tions d’échec et de suc­cès dans le cadre d’ex­po­si­tions. Le pro­jet dont je suis char­gé en 2015 com­prend no­tam­ment des ins­tal­la­tions de Si­mon Den­ny et Ave­ry Sin­ger, de même qu’une ex­po­si­tion de 72 heures sur les sons et la mu­sique par des ar­tistes in­di­vi­duels et d’autres fonc­tion­nant en groupes, ce­la étant conçu sur le prin­cipe d’un concert.

“J’ES­PèRE FAIRE éMER­GER DES NOMS QUI NE SONT PAS HA­BI­TUEL­LE­MENT AS­SO­CIéS à L’UNI­VERS AR­TIS­TIQUE DE LOS AN­GELES LA VILLE EST SI PLEINE DE RES­SOURCES ET DE VA­RIé­Té DE DIS­CI­PLINES.”

IN­TER­RO­Gé L’UN DE SES CO-DI­REC­TEURS, ARAM MOSHAYEDI. à DIS­TANCE DE L’éVé­NE­MENT, IL NOUS LIVRE LA TRAME DU NOU­VEAU CRU.

L’afche de la deuxième édi­tion de la Bien­nale Ham­mer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.