Hô­tel de Crillon x art ad­dict – Pa­ris –

L'officiel Art - - Sommaire - Par Ya­mi­na Be­naï

Sa fer­me­ture avait ému les ha­bi­tués de ses suites, tout comme les pi­liers de son bar. A contra­rio, sa ré­ou­ver­ture, en juillet der­nier, a sus­ci­té l’exal­ta­tion : la place de la Con­corde pri­vée de l’hô­tel de Crillon, c’est comme une bi­blio­thèque sans Proust. Im­pen­sable. Tout du moins dif­fi­cile à vivre. Alors vive le nou­veau Crillon... qui n’a pas ou­blié ses belles ma­nières à la fran­çaise, et dé­cline un “es­prit mai­son” où les oeuvres d’ar­tistes contem­po­rains oc­cupent une place de choix.

Es­paces en­tiè­re­ment re­com­po­sés, ré­duc­tion du nombre de chambres pour en ma­jo­rer la su­per­fi­cie (124 clefs contre 147 au­pa­ra­vant), ap­pel à des ar­ti­sans d’élite... Il au­ra fal­lu quatre an­nées de tra­vaux ti­ta­nesques pour of­frir à cet em­blème in­ter­na­tio­nal du luxe une phy­sio­no­mie plei­ne­ment ins­crite dans le siècle. A ceux qui re­gret­te­ront l’an­cien bar in­crus­té de mi­roirs des­si­nés par Cé­sar, on pour­ra ob­jec­ter que du­ra lex sed lex : “notre pro­pos a été de faire vivre la ri­chesse pa­tri­mo­niale du lieu tout en in­suf­flant une vi­brante mo­der­ni­té”, dixit Marc Raf­fray, di­rec­teur gé­né­ral de l’éta­blis­se­ment. Cette mo­der­ni­té s’adosse, no­tam­ment, à la col­la­bo­ra­tion d’ar­chi­tectes d’in­té­rieur en vue, dont Cha­han Mi­nas­sian, Tris­tan Auer et Cy­ril Ver­gniol, l’ap­pel à une fi­gure in­clas­sable de la créa­tion et du style, Karl La­ger­feld, au­teur de deux suites, et à la contri­bu­tion éclai­rée de deux

per­son­na­li­tés du monde de l’art. Fru Thol­strup, ex-So­the­by’s et art ad­vi­sor re­cher­chée, et Jane Neal, com­mis­saire et cri­tique d’art in­dé­pen­dante ont ain­si réuni un mil­lier d’oeuvres es­sai­mées dans le chambres et suites, mais aus­si pré­sen­tées dans les dif­fé­rents lieux ac­ces­sibles aux non-ré­si­dents de l’hô­tel. “Ini­tia­le­ment, les pro­prié­taires sou­hai­taient que nous pro­cé­dions ex­clu­si­ve­ment à un choix d’ar­tistes fran­çais, in­dique Jane Neal, mais il s’est ré­vé­lé as­sez dif­fi­cile de réunir uni­que­ment des créa­teurs hexa­go­naux, dont la pra­tique s’ac­corde avec le cadre du Crillon. L’opu­lence du dé­cor, l’es­thé­tique ro­co­co, si l’on pense, par exemple au Sa­lon des Aigles, se­rait en­trée en dis­so­nance. C’est la rai­son pour la­quelle il nous a été ac­cor­dé d’élar­gir notre re­cherche à l’Eu­rope en­tière en pri­vi­lé­giant les ar­tistes qui ont été ins­pi­rés par la France et Pa­ris.” Ain­si, au fil de la flâ­ne­rie, on pour­ra aper­ce­voir près de l’es­ca­lier prin­ci­pal, au-des­sus de la che­mi­née du lob­by et près de l’en­trée du Spa, les sculp­tures tres­sées de plumes de la Bri­tan­nique Kate MccG­wire. Trois pho­to­gra­phies de Ce­cil Bea­ton ornent les murs des es­paces, de même que plu­sieurs toiles de Ga­vin Turk s’offrent au re­gard dans quelques chambres. Par­mi le flo­ri­lège de si­gna­tures, des oeuvres de Mat Col­li­shaw, Rob et Nick Car­ter, Miles Al­dridge, Tom An­holt, An­na Free­man Bent­ley, Jo­shua Raz, Wolfe Von Len­kie­wicz. A no­ter éga­le­ment, au sixième étage du noble édi­fice, un por­trait d’homme en noir et blanc par Mat­thias Bit­zer, qui n’est pas sans évo­quer un cer­tain Em­ma­nuel Ma­cron. “Pure coïn­ci­dence”, sou­ligne Jane Neal.

Hô­tel de Crillon, 10, Place de la Con­corde, 75008 Pa­ris, 01 44 71 15 00, www.ro­se­wood­ho­tels.com

Vue de la fa­çade de l’hô­tel de Crillon.

Vue de l’es­ca­lier de l’hô­tel de Crillon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.