Trois ques­tions à BE­NOÎT SI­MON­NEY di­rec­teur gé­né­ral de Cy­clo Vac en France

L'Officiel de La Franchise - - DÉCRYPTAGE -

“Il est pri­mor­dial d’avoir en­vie de re­le­ver le dé­fi de dé­ve­lop­per un mar­ché qui est en­core ac­tuel­le­ment

un mar­ché de niche.”

Quel a été votre par­cours ? J’ai 37 ans et ce­la va bien­tôt faire 20 ans que je tra­vaille dans l’uni­vers de l’as­pi­ra­tion cen­tra­li­sée. J’ai com­men­cé par ha­sard, en ef­fec­tuant un stage im­po­sé l’an­née du bac­ca­lau­réat. Grâce au père d’un de mes ca­ma­rades, j’ai ob­te­nu ce stage et je me suis lan­cé sans trop savoir de quoi il s’agis­sait. À 21 ans, j’ai créé ma propre marque sur Rennes avec trois ma­ga­sins, ce­la a du­ré sept ans. Cy­clo Vac est ve­nu me cher­cher en 2004, d’abord en qua­li­té d’ani­ma­teur de réseau. Suc­ces­si­ve­ment j’ai mon­té les marches pour de­ve­nir di­rec­teur com­mer­cial ad­joint, puis di­rec­teur et en­fin di­rec­teur gé­né­ral au­jourd’hui. Quelle est votre vi­sion d’un dé­ve­lop­pe­ment par le biais d’un réseau d’in­dé­pen­dants ? Elle est très po­si­tive. Les com­por­te­ments des consom­ma­teurs évo­luent vite, sur­tout en pé­riode de crise, et l’as­pi­ra­tion cen­tra­li­sée de­mande conseil, tech­nique et ins­tal­la­tion. Au­jourd’hui, beau­coup d’en­seignes peuvent se mettre à dou­ter concer­nant leur dé­ve­lop­pe­ment si elles évo­luent sur des mar­chés qui peuvent être con­cur­ren­cés par la vente en ligne. Sur des pro­duits comme les nôtres, il y au­ra tou­jours be­soin d’un tech­ni­cien qui va faire l’étude de faisabilité dans la mai­son, du conseil, et de l’ins­tal­la­tion. C’est aus­si va­lable pour un client qui choi­sit de réa­li­ser lui-même les tra­vaux. Il au­ra tou­jours be­soin de re­com­man­da­tions. Un conseil à un fu­tur par­te­naire ? D’y croire ! Il faut avoir foi en son pro­jet de créa­tion d’en­tre­prise. C’est va­lable pour tous les pro­duits. En­tre­prendre est un art, il est pri­mor­dial d’avoir en­vie de re­le­ver le dé­fi de dé­ve­lop­per un mar­ché qui est en­core ac­tuel­le­ment un mar­ché de niche. C’est ce­la aus­si qui fait le charme de cette ac­ti­vi­té puisque de ce fait, le po­ten­tiel qui nous est of­fert est énorme. Or, dans l’amé­lio­ra­tion de l’ha­bi­tat, il y a sou­vent des mar­chés qui sont sa­tu­rés, comme les fe­nêtres en PVC par exemple. Le gâ­teau ne se par­tage pas dans le même nombre de parts dans l’as­pi­ra­tion cen­tra­li­sée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.