Choi­sis­sez le bon bras droit !

L'Officiel de La Franchise - - LA UNA - Ch­loé GOUDENHOOFT

Zoé Ser­vices n’est pas la pre­mière so­cié­té créée par Au­drey Vélicou. La di­ri­geante de l’en­seigne a le don pour dé­tec­ter des be­soins et sai­sir des op­por­tu­ni­tés pour lan­cer ses af­faires. Au­drey Vélicou tra­vaille au­jourd’hui à rendre son réseau plus per­for­mant, et n’en est sû­re­ment pas à son der­nier pro­jet.

Mon ac­ti­vi­té de ju­riste a ser­vi de sup­port à tous mes pro­jets créa­tion.” de

Au­drey Vélicou, fon­da­trice de l’en­seigne Zoé Ser­vices, est une en­tre­pre­neuse dans l’âme. L’un de ses atouts, c’est d’exer­cer en pa­ral­lèle de ses autres ac­ti­vi­tés comme ju­riste en droit des af­faires. “Le fait de pra­ti­quer ce mé­tier me per­met de res­ter en veille sur la législation qui est tou­jours chan­geante, confie-t-elle. Cette ac­ti­vi­té a ser­vi de sup­port à tous mes pro­jets de créa­tion.” Au­drey Vélicou s’est lan­cée pour la pre­mière fois dans l’aven­ture en­tre­pre­neu­riale en 2003, avec la créa­tion de Chel­sea Ser­vices, une SSII d’in­ter­ve­nants en in­for­ma­tique. “Des connais­sances au­tour de moi avaient des be­soins, j’ai sai­si une op­por­tu­ni­té”, ex­plique-t-elle. Les be­soins ont aus­si mo­ti­vé la créa­tion de Zoé Ser­vices, en 2006. Au­drey Vélicou ren­con­trait des dif­fi­cul­tés à trou­ver des em­ployés fiables en ma­tière de ser­vices à do­mi­cile. “J’ai quit­té Pa­ris pour vivre dans une grande mai­son avec jar­din dans la Sarthe. Mais comme j’étais très prise, j’ai vou­lu trou­ver du per­son­nel pour s’en oc­cu­per. Ce­la a été un vrai par­cours du com­bat­tant ! Il exis­tait des as­so­cia­tions, mais leur ob­jec­tif consis­tait plu­tôt à ac­com­pa­gner des per­sonnes âgées dans leur tâche quo­ti­dienne. Je re­cher­chais quel­qu’un à qui je puisse lais­ser les clés de ma mai­son.” Ses connais­sances par­ta­geaient ce constat. Au­drey Vélicou a donc sai­si l’op­por­tu­ni­té of­ferte par la loi Bor­loo sur les ser­vices à la per­sonne pour se lan­cer. La pre­mière agence est créée à Congé-sur-Orne.

RÉ­PONDRE À DES BE­SOINS

Un an après cette ou­ver­ture, une deuxième struc­ture a été im­plan­tée à Pa­ris, puis une autre dans l’Aude, te­nue par son frère. En 2010, Au­drey Vélicou a dé­ci­dé de se dé­ve­lop­per en réseau de fran­chise. En pa­ral­lèle, la fon­da­trice a créé une agence de for­ma­tion. “Il s’agis­sait d’un centre in­té­gré pour for­mer les chefs d’en­tre­prise, avec des cours de comp­ta­bi­li­té, de ges­tion, etc., mais aus­si pour les in­ter­ve­nants tra­vaillant en agences.” En 2011, elle a éga­le­ment ra­che­té une agence de com­mu­ni­ca­tion. “Cette fois en­core, c’était une op­por­tu­ni­té à sai­sir. J’avais l’oc­ca­sion de tra­vailler avec des gens com­pé­tents.” En avril 2013, l’en­seigne comp­tait 5 fran­chi­sés et 3 agences en propre. Son pro­chain pro­jet consiste à créer un par­te­na­riat entre l’agence de com­mu­ni­ca­tion et l’en­seigne pour fa­ci­li­ter la for­ma­tion des fran­chi­sés. “Ce se­ra un ou­til in­ter­ac­tif. Il y au­ra des tu­to­riels que les fran­chi­sés pour­ront re­gar­der quand ils en au­ront be­soin.” Mal­gré toutes ses ac­ti­vi­tés, Au­drey Vélicou réus­sit à gar­der du temps libre, grâce à une bonne or­ga­ni­sa­tion, mais sur­tout à la qua­li­té de ses équipes. Elle pro­fite de sa fa­mille, se ba­lade en fo­rêt avec ses chiens, et voyage beau­coup… “Je suis ve­nue ici pour trou­ver du calme, mais j’ai vite eu en­vie de me lan­cer dans des ini­tia­tives. J’ai au­jourd’hui la sa­tis­fac­tion de tra­vailler sur des pro­jets que j’ai choi­sis. J’ai­me­rais d’ailleurs que l’ac­ti­vi­té soit plus dé­bor­dante ! Mais je suis un peu frei­née par la crise.”

AU­DREY VÉLICOU, fon­da­trice de l’en­seigne Zoé Ser­vices.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.