“C’est un beau ré­seau pour un bon ges­tion­naire et ma­na­ger”

L'Officiel de La Franchise - - analyse - Conseil en fran­chise Ch­ris­tophe Bel­let, di­ri­geant et fon­da­teur du ca­bi­net Ga­gner en fran­chise et membre du Col­lège des ex­perts de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de la fran­chise (FFF).

1- Chiffres

Les chiffres de la tête de ré­seau ne sont pas com­mu­ni­qués après l’exer­cice 2013/2014 alors que le bi­lan 2014/2015 est four­ni. On pour­rait avoir ces in­for­ma­tions in­té­grées dans les ta­bleaux et gra­phiques du DIP (do­cu­ment d’in­for­ma­tion pré­con­trac­tuelle, Ndlr). Dans l’ac­tua­li­sa­tion du DIP on pour­rait aus­si trou­ver le bi­lan 2015/2016.

La ré­ponse d’Yves Al­li­bert, pré­sident et So­phie Guc­ciar­di, DRH et di­rec­trice du dé­ve­lop­pe­ment de la fran­chise d’Ir­ri­jar­din :

Le DIP n’est pas à jour. On met tou­jours les ré­sul­tats les plus ré­cents. Nous clô­tu­rons notre exer­cice fin sep­tembre donc les ré­sul­tats sortent of­fi­ciel­le­ment fin dé­cembre. Donc là au­jourd’hui, le DIP que nous re­met­tons à nos can­di­dats porte sur les ré­sul­tats de 2016.

2 - Marge brute

Avec une marge brute glo­bale de 41,73 %, le fran­chi­sé de­vra res­ter très vi­gi­lant sur son loyer et éven­tuel droit au bail pour ne pas dé­gra­der son ré­sul­tat.

La ré­ponse d’Y.A. :

Oui, mais c’est un sys­tème équi­li­bré. Un ma­ga­sin avec trois per­sonnes peut ar­ri­ver à dé­ga­ger jus­qu’à 800 000 eu­ros de chiffres. Avec 41 % de marge, les frais se li­mitent aux sa­laires, au loyer et à un peu de com­mu­ni­ca­tion. Donc un ma­ga­sin qui marche bien dé­gage une marge très sa­tis­fai­sante.

3- Ces­sa­tions dé­fi­ni­tives

Les fonds de com­merces sont re­pris soit par des fran­chi­sés ou la tête de ré­seau. On note quelques ces­sa­tions d’ac­ti­vi­té. La lec­ture du do­cu­ment sur les ces­sa­tions dé­fi­ni­tives n’est pas pré­sen­tée de fa­çon très ex­pli­cite.

La ré­ponse d’Y.A. :

Elles sont ex­trê­me­ment rares. Nous avons eu des re­prises d’ac­ti­vi­té par d’autres fran­chi­sés. La der­nière ces­sa­tion sèche date de 2009.

Conclu­sion

Ir­ri­jar­din a bien in­té­gré la stra­té­gie mul­ti­ca­nale. Le fran­chi­seur joue son rôle sur la par­tie ac­com­pa­gne­ment (aus­si bien en for­ma­tion qu’en animation). La mise en place des com­mis­sions avec les fran­chi­sés montre aus­si la vo­lon­té de bien les ac­com­pa­gner et de les im­pli­quer dans leur réus­site. Il s’agit d’une ac­ti­vi­té très sai­son­nière qui est im­pac­tée par les condi­tions cli­ma­tiques où la réus­site com­mer­ciale du prin­temps condi­tion­ne­ra un bon bi­lan. C’est un beau ré­seau pour un can­di­dat à la fran­chise qui est un bon ges­tion­naire et ma­na­ger. Il faut éga­le­ment ai­mer les pro­duits tech­niques en plus d’être sen­sible à l’amé­lio­ra­tion du jar­din.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.