Su­per­mar­chés de proxi­mi­té : le dé­fi de l’au­then­ti­ci­té

L'Officiel de La Franchise - - SECTEUR -

par le mé­tier, qui aiment les gens. Il faut aus­si qu’ils soient de su­pers en­tre­pre­neurs et pos­sèdent des qua­li­tés de ges­tion­naire. Car c’est un mé­tier qui peut pa­raître simple mais qui est ex­trê­me­ment com­plexe car on gère des flux : achats, mar­chan­dises, fi­nan­ciers…”, dé­crit Laurent Ze­cri.

Un ac­teur de la vie lo­cale

Et en ef­fet, la liste des qua­li­tés à pos­sé­der est longue. “Avoir l’es­prit com­mer­çant est simple et com­pli­qué à la fois”, ré­sume Mi­chel Al­bert. Ce der­nier cite par exemple le fait de de­voir être au ser­vice des clients, les ac­cueillir, mais aus­si s’as­su­rer de la bonne te­nue de son point de vente, no­tam­ment la pro­pre­té. Dans le cas de Sher­pa, le com­mer­çant doit aus­si être en me­sure de s’adap­ter au mar­ché

de la mon­tagne. “Elle est belle quand on s’y rend pour les va­cances mais pour tra­vailler ce n’est pas la même chose.” La po­ly­va­lence

est le maître mot. “Le pa­tron va être au four et au mou­lin car il s’agit de pe­tites surfaces. Il va for­cé­ment de­voir mettre la main à la pâte à tous les ni­veaux de l’en­tre­prise : pas­ser les com­mandes, gé­rer les li­vrai­sons le ma­tin de bonne heure, s’oc­cu­per de la caisse quand un em­ployé n’est pas là ou en cas de forte af­fluence…” La sai­son­na­li­té de l’ac­ti­vi­té d’une en­seigne comme Sher­pa de­mande éga­le­ment un ef­fort d’adap­ta­bi­li­té sup­plé­men­taire. Par exemple, même en pleine sai­son, la fré­quen­ta­tion n’est pas la même en jan­vier et en fé­vrier. Il faut ain­si par­ti­cu­liè­re­ment adap­ter son offre. Du cô­té de Sys­tème U, Franck Ma­rin­ho ex­plique que l’en­seigne re­cherche en par­ti­cu­lier des

hommes ou des femmes avec un ex­pé­rience de la grande dis­tri­bu­tion comme des an­ciens di­rec­teurs de su­per­mar­ché ou des ma­na­gers

de rayon ex­pé­ri­men­tés. “Car ils de­viennent des pa­trons de com­merce de proxi­mi­té. Nous les ac­com­pa­gne­rons en­suite sur tout le reste, la par­tie RH, ad­mi­nis­tra­tive, la ges­tion du chan­tier… Mais c’est plus simple avec une per­sonne qui connaît dé­jà la dis­tri­bu­tion ali­men­taire.” Les autres pro­fils ne sont pas

ex­clus mais ils de­vront suivre un par­cours de

for­ma­tion plus long. “Il faut une per­sonne suf­fi­sam­ment for­mée et ca­pée pour por­ter un com­merce.” Du cô­té des qua­li­tés, “un com­mer­çant est avant tout un créa­teur de lien”, pense le di­rec­teur des en­seignes de proxi­mi­té de Sys­tème U. “C’est un vrai ac­teur de la vie lo­cale, un créa­teur d’em­plois, il est sou­vent im­pli­qué dans des as­so­cia­tions.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.