En­tre­prendre dans la res­tau­ra­tion sé­duit un tiers des Fran­çais

L'Officiel de La Franchise - - ACTUALITÉS -

Se­lon un son­dage, réa­li­sé pour Emer­gence Concepts par Ea­syPa­nel au­près d’un échan­tillon de 1 000 per­sonnes “re­pré­sen­ta­tives de la po­pu­la­tion fran­çaise de 18 ans et plus”, en­vi­ron 81 % des Fran­çais consi­dèrent la res­tau­ra­tion comme va­lo­ri­sante. L’étude note en outre que 63 % des Fran­çais ont dé­jà pen­sé à se re­con­ver­tir dans la res­tau­ra­tion, en rai­son d’une “re­cherche de sens dans leur ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle”. Les jeunes sont les plus concer­nés : ain­si, ils sont 50 % à avoir dé­jà rê­vé de se re­con­ver­tir dans ce do­maine, et à quit­ter or­di­na­teurs, cla­viers et open space.

LE MÉ­TIER DE RES­TAU­RA­TEUR “NE S’IM­PRO­VISE PAS”

Mais le pas­sage concret du rêve à la réa­li­té peut “s’avé­rer un vé­ri­table chal­lenge”, constate l’agence. Dans l’étude, 81 % des son­dés consi­dèrent l’ou­ver­ture d’un res­tau­rant comme une en­tre­prise dif­fi­cile. “L’in­cu­ba­teur de pro­jets de res­tau­ra­tion”, qui rap­pelle qu’en France, se­lon les chiffres de l’Insee, “20 000 res­tau­rants ouvrent en moyenne par an, tan­dis qu’un éta­blis­se­ment sur deux met la clef sous la porte avant d’at­teindre ses 3 ans d’ac­ti­vi­té”, ex­plique que 90 % des son­dés “pensent qu’il est in­dis­pen­sable d’être ac­com­pa­gné par un pro­fes­sion­nel pour réus­sir une ou­ver­ture et pé­ren­ni­ser” son com­merce. Pour Alexandre Rou­deau, fon­da­teur d’Emer­gence Concepts, il ne faut pas se lan­cer dans l’aven­ture au ha­sard. Sans un ac­com­pa­gne­ment adap­té, un pro­jet peut vite tour­ner à l’échec – un point po­si­tif pour les ré­seaux de fran­chise, qui peuvent consti­tuer un ap­pui consé­quent dans cette op­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.