Se fa­ci­li­ter le fi­nan­ce­ment !

Nom­breux sont les Fran­çais qui ai­me­raient créer leur en­tre­prise et qui songent à le faire grâce à la fran­chise. Mais comment réus­sir à fi­nan­cer ce pro­jet ?

L'Officiel de La Franchise - - LES CONSEILS DE L’EXPERT -

Pour fi­nan­cer sa créa­tion d’en­tre­prise, il faut avoir les idées claires sur la taille du pro­jet dans le­quel on peut fi­nan­ciè­re­ment s’ins­crire et donc connaître le mon­tant moyen d’in­ves­tis­se­ment re­quis pour s’ins­tal­ler. Par exemple, avec 30 000 eu­ros, on ne peut pas se lan­cer dans l’hô­tel­le­rie. Le mon­tant moyen d’in­ves­tis­se­ment est sou­vent com­mu­ni­qué par les en­seignes sur leur site In­ter­net et par les sites spé­cia­li­sés fran­chise. Le ni­veau d’ap­ports per­son­nels re­quis va­rie entre 30 % et 40 % de l’in­ves­tis­se­ment glo­bal.

Les bons dos­siers

Choi­sir un fran­chi­seur qui a mis en place des par­te­na­riats avec les pôles Fran­chise des banques se­ra un plus car la de­mande de fi­nan­ce­ment se­ra étu­diée plus ra­pi­de­ment. Les banques ac­com­pagnent très vo­lon­tiers le fi­nan­ce­ment des bons dos­siers. S’im­pli­quer for­te­ment dans l’éla­bo­ra­tion de son dos­sier de de­mande de fi­nan­ce­ment pour bien le pré­pa­rer et bien se pré­pa­rer est un atout. En amont, le por­teur de pro­jet a tout in­té­rêt à s’in­ves­tir dans la réa­li­sa­tion de l’étude du mar­ché de sa zone d’im­plan­ta­tion, la­quelle va être uti­li­sée pour la réa­li­sa­tion du pré­vi­sion­nel d’ac­ti­vi­té - ou bu­si­ness plan - qui est l’un des élé­ments clefs des do­cu­ments pré­sen­tés au ban­quier. Ce bu­si­ness plan se­ra réa­li­sé avec l’ex­pert­comp­table, idéa­le­ment un ex­pert-comp­table qui connaît le mo­dèle de la fran­chise, et à par­tir des ra­tios types qui au­ront été trans­mis par le fran­chi­seur. Le pré­vi­sion­nel d’ac­ti­vi­té est éta­bli sur les trois pre­mières an­nées d’ac­ti­vi­té et se­ra ac­com­pa­gné du plan de tré­so­re­rie qui est men­suel et est éta­bli sur les 24 pre­miers mois. En­fin, le plan de fi­nan­ce­ment qui liste la to­ta­li­té des dé­penses réa­li­sées pour les in­ves­tis­se­ments re­quis pour la créa­tion de l’en­tre­prise (droit d’en­trée de l’en­seigne, droit au bail, tra­vaux, amé­na­ge­ment, stock…) et en face les moyens de fi­nan­cer ces dé­penses donc les ap­ports per­son­nels, éven­tuel­le­ment des aides type prêt d’hon­neur et bien sûr le fi­nan­ce­ment ban­caire sol­li­ci­té.

Pos­ture du chef d’en­tre­prise

En­fin, les fran­chi­sés sont ma­jo­ri­tai­re­ment d’an­ciens sa­la­riés, pri­moen­tre­pre­neurs. Il est utile d’adop­ter au plus tôt la pos­ture du chef d’en­tre­prise qu’ils sont en train de de­ve­nir pour être convain­cant. On peut tout à fait être ac­com­pa­gné par l’ex­pert-comp­table lors de son ren­dez-vous chez le ban­quier, mais il n’est pas conseillé de l’être par le fran­chi­seur. Pour tout sa­voir sur la fran­chise, ren­con­trer des fran­chi­sés, des fran­chi­seurs et des ex­perts ban­caires, ex­perts-comp­tables et as­su­reurs, pro­fi­tez de la ma­ni­fes­ta­tion “En­tre­prendre en fran­chise, pour­quoi pas vous ?” or­ga­ni­sée par la FFF dans toute la France du 4 au 21 oc­tobre ! (https://www.en­tre­prendre-fran­chise.com/)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.