Tri­bune

Quand on vous dit que le com­merce co­opé­ra­tif et as­so­cié est en­ra­ci­né lo­ca­le­ment ! Par Éric Plat, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion du com­merce co­opé­ra­tif et as­so­cié (FCA).

L'Officiel de La Franchise - - SOMMAIRE -

Les ex­pli­ca­tions de cette réus­site sont simples. Le com­merce co­opé­ra­tif et as­so­cié re­pose sur des va­leurs d’en­tre­pre­neu­riat conju­guant ra­pi­di­té de l’in­dé­pen­dance, au­to­no­mie fi­nan­cière et force du re­grou­pe­ment. Le constat est sans ap­pel : nos com­mer­çants ac­ceptent de conju­guer in­dé­pen­dance et in­ter­dé­pen­dance…. Nos 30 000 en­tre­pre­neurs peuvent ain­si s’épa­nouir, créer, s’im­pli­quer et voir loin. Comment ce­la se vé­ri­fie-t-il dans l’éco­no­mie lo­cale ? Comment 30 000 en­tre­pre­neurs qui ont choi­si cette voie se com­portent-ils dans les villes où sont si­tués leurs 45 000 points de vente ? Nous avons fait réa­li­ser une étude par l’ins­ti­tut Xer­fi pour en avoir le coeur net. Elle constate que de 2011 à 2015, la masse sa­la­riale de nos PME a aug­men­té de 1,9 %, soit 2 fois plus ra­pi­de­ment que celle de l’en­semble du com­merce (+1,2 %). Em­bau­cher c’est bien, même très bien, mais pen­ser éga­le­ment à in­ves­tir c’est en­core mieux. Cette étude ré­vèle aus­si que la courbe de notre taux d’in­ves­tis­se­ment se si­tue au-des­sus de celle de l’en­semble des com­merces de plus d’un point (2,5 % ver­sus 1,2 %). C’est la preuve que nos chefs d’en­tre­prise s’adaptent, an­ti­cipent et se re­nou­vellent en per­ma­nence en in­ves­tis­sant pour gé­né­rer de la crois­sance. Par ailleurs, de­puis des an­nées, la FCA alerte les pou­voirs pu­blics sur le poids des im­pôts et taxes qui pèse sur le com­merce, et plus par­ti­cu­liè­re­ment le com­merce co­opé­ra­tif et as­so­cié. Ac­teurs lo­caux par ex­cel­lence, nous crou­lons sous les taxes et im­pôts, alors que les pure players plu­tôt loin­tains et low cost s’en af­fran­chissent. La preuve est simple : nous nous ac­quit­tons de 42 % des taxes et im­pôts et par­ti­ci­pons à hau­teur de 48 % des im­pôts sur les so­cié­tés du com­merce de dé­tail en France, mal­gré une part de mar­ché de seule­ment 30 %. Tou­jours se­lon Xer­fi, idem pour la CVAE (co­ti­sa­tion sur la va­leur ajou­tée des en­tre­prises) puisque nous par­ti­ci­pons à plus de 50 % de celle du com­merce dans 5 ré­gions.

IN­VES­TIS­SE­MENT LO­CAL

À l’heure où 1 Fran­çais sur 2 vit dans une ville de moins de 10 000 ha­bi­tants (chiffre Insee), 50,8 % des points de vente du com­merce co­opé­ra­tif et as­so­cié sont im­plan­tés dans ces com­munes. Cette proxi­mi­té se vé­ri­fie éga­le­ment dans les villes de 20 à 50 000 ha­bi­tants dans les­quelles vivent 10,5 % des Fran­çais et dans les­quelles le com­merce co­opé­ra­tif et as­so­cié y pos­sède 15,6 % de son parc. Des cor­ré­la­tions qui montrent notre in­ves­tis­se­ment au lo­cal. Au mo­ment où nos par­le­men­taires ré­flé­chissent au pro­jet de loi Pacte, c’est le mo­ment de leur rap­pe­ler que don­ner aux en­tre­prises les moyens de croître est in­dis­pen­sable et d’y in­té­grer des le­viers de crois­sance pour les en­tre­pre­neurs in­dé­pen­dants du sec­teur du com­merce est vi­tal.

L’an­née 2017 a été ten­due pour le com­merce. Les pré­vi­sions de la Banque de France pour 2018 ne font guère rê­ver. Pour­tant, le com­merce co­opé­ra­tif et as­so­cié a ti­ré son épingle du jeu avec 2 mil­liards d’eu­ros de chiffre d’af­faires ad­di­tion­nels en 2017. C’est la confir­ma­tion que le mo­dèle est bon puis­qu’il conforte sans cesse ses 30 % de parts de mar­ché du com­merce fran­çais, soit 7 % du PIB ! Par Éric Plat, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion du Com­merce Co­opé­ra­tif et As­so­cié (FCA)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.