De fran­chi­sés à fran­chi­sés

“Il ne faut pas cher­cher à tout ré­vo­lu­tion­ner”, Mi­chel Du­pré, fran­chi­sé Ad­hap Ser­vices à Tours.

L'Officiel de La Franchise - - SOMMAIRE -

Avoir une équipe stable et fiable n’est pas simple”

Re­prendre une en­tre­prise était le sou­hait de Mi­chel Du­pré. Après avoir fait car­rière dans la dif­fu­sion de la presse, il a sou­hai­té se mettre à son compte. “Je ne vou­lais pas for­cé­ment créer mais plu­tôt re­prendre une en­tre­prise, ce­la me pa­rais­sait plus simple. Pour ce­la, j’ai sui­vi une for­ma­tion d’en­vi­ron deux mois au­près du CRA1. En­suite, j’ai étu­dié pas mal de dos­siers mais ils n’étaient pas for­cé­ment in­té­res­sants pour moi ou alors les si­tua­tions étaient trop com­pli­quées”, dé­taille Mi­chel Du­pré. C’est en se ren­dant au sa­lon Fran­chise Ex­po Pa­ris qu’il ren­contre Ad­hap Ser­vices et dé­cide de ré­orien­ter son pro­jet vers la fran­chise. “Ce n’était pas du tout une voie na­tu­relle pour moi mais j’ai trou­vé la tête de ré­seau vrai­ment bien, ain­si que le concept per­ti­nent et sur­tout so­lide”, as­sure le fran­chi­sé. Alors qu’il avait amor­cé ses pre­mières dé­marches il y a trois ans, Mi­chel Du­pré a fi­na­le­ment re­pris les rênes de l’agence de Tours en no­vembre 2017. “Ce­la a mis un cer­tain temps car il y a eu des aléas qui ont ra­len­ti mes dé­marches”, se rap­pelle le fran­chi­sé. Autre don­née à gar­der en tête se­lon lui : une re­prise ré­serve sou­vent son lot de sur­prises et pas que des bonnes. “Ce­la fait bien évi­dem­ment par­tie du jeu. Les dif­fi­cul­tés ne sont pas les mêmes lorsque vous créez votre struc­ture. Mais il y a des pe­tites choses, re­la­tives à l’or­ga­ni­sa­tion par exemple ou à la clien­tèle qui né­ces­sitent une adap­ta­tion, in­siste le fran­chi­sé. Par exemple, la clien­tèle d’Ad­hap Ser­vices à Tours est as­sez âgée et paye tout de suite à la ré­cep­tion de la fac­ture. C’est un élé­ment, po­si­tif certes, mais qu’il faut à tout prix prendre en compte pour bien sa­voir gé­rer sa tré­so­re­rie.”

Ne pas tout ré­vo­lu­tion­ner

Sur­tout, quand vous re­pre­nez une en­tre­prise, il y a une chose à ne pas faire : “vou­loir tout ré­vo­lu­tion­ner tout de suite”. Au contraire, pre­nez le temps d’ob­ser­ver et de re­gar­der comment ce­la se passe, conseille Mi­chel Du­pré. “Pour ma part, ce­la va faire un an que je suis à la tête de l’agence et je n’ai ap­por­té au­cune mo­di­fi­ca­tion or­ga­ni­sa­tion­nelle ou autre jus­qu’à main­te­nant. D’abord parce que je ne connais­sais pas les sa­la­riés mais aus­si parce que je n’avais pas de connais­sances tech­niques du mé­tier.” En­fin, un as­pect à ne pas né­gli­ger lors d’une re­prise reste la ges­tion d’équipe, car vous conser­vez les ef­fec­tifs en l’état, ce qui n’est pas tou­jours fa­cile. “Mais après mon ar­ri­vée, il y a eu du turn-over (dé­mis­sions, li­cen­cie­ment pour faute grave...). C’est là l’in­té­rêt de la fran­chise qui peut vous sou­te­nir et vous conseiller via son ser­vice ju­ri­dique. Je ne vois pas comment j’au­rais fait tout seul”, in­siste Mi­chel Du­pré. D’au­tant plus que la spé­ci­fi­ci­té du sec­teur des ser­vices à la per­sonne reste les dif­fi­cul­tés de re­cru­te­ment. “Avoir une équipe stable et fiable n’est pas simple”, in­siste Mi­chel Du­pré. Pour­tant, au­jourd’hui, le fran­chi­sé es­time avoir des sa­la­riés sur les­quels il peut comp­ter, au point de pou­voir s’ab­sen­ter quelques jours pour souf­fler. “Ma phi­lo­so­phie est que per­sonne n’est in­dis­pen­sable dans l’en­tre­prise et ce­la doit bien évi­dem­ment s’ap­pli­quer à moi avant tout, in­dique Mi­chel Du­pré. C’est im­por­tant de dé­lé­guer à ses équipes. Ce­la per­met de les va­lo­ri­ser et, en tant que fran­chi­sé, d’être sou­te­nu par ses col­la­bo­ra­teurs dans vos dé­ci­sions. Puis, en cas de pé­pin, ils savent que je suis joi­gnable.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.