“Il y a une vo­lon­té de trans­pa­rence du ré­seau”

L'Officiel de La Franchise - - ANALYSE -

In­tro­duc­tion : Les in­for­ma­tions fi­nan­cières pré­sen­tées dans le DIP pa­raissent de prime abord riches et très com­plètes. Sans re­mettre en cause la sin­cé­ri­té de ces élé­ments, une lec­ture ap­pro­fon­die dé­cèle ce­pen­dant quelques im­pré­ci­sions. Un éclair­cis­se­ment re­qué­rant par­fois des don­nées com­plé­men­taires est donc né­ces­saire. Sur la com­mu­ni­ca­tion des comptes du fran­chi­seur : Nous sommes bien dans le strict res­pect de l’ar­ticle 330-3 du Code de com­merce avec une com­mu­ni­ca­tion des comptes de la tête de ré­seau. Dans le pré­sent cas, cette in­for­ma­tion est com­plexe car la SARL Groupe Car­ré­ment Fleurs re­couvre plu­sieurs ac­ti­vi­tés : - Ac­ti­vi­té de cen­trale de ré­fé­ren­ce­ment pour la­quelle elle per­çoit des ré­tro­ces­sions sur achats. - Ac­ti­vi­té de fran­chi­seur pour la­quelle elle fac­ture les droits d’en­trée et les re­de­vances de li­cence de marque au­près de ses fran­chi­sés. - So­cié­té mère au titre de la­quelle elle en­caisse des ser­vices fac­tu­rés à ses fi­liales et des di­vi­dendes. Pour­quoi ne pas avoir com­mu­ni­qué sur les comptes conso­li­dés du groupe en in­té­grant les per­for­mances des agences en propre ? Cette in­for­ma­tion au­rait été plus utile pour un fu­tur fran­chi­sé. En­fin, les comptes an­nuels sont consti­tués d’un bi­lan, compte de ré­sul­tat et an­nexe. La liasse fiscale n’ap­porte pas d’in­for­ma­tions com­plé­men­taires in­té­res­santes et sur­charge in­uti­le­ment la com­mu­ni­ca­tion fi­nan­cière. La ré­ponse de Da­niel Bous­si­ra, di­rec­teur gé­né­ral de Car­ré­ment Fleurs : Je suis d’ac­cord. Plu­sieurs fois, je me suis dit qu’il fal­lait re­voir la pré­sen­ta­tion. Je ne sais pas pour­quoi ce­la a été fait comme ça. Sur le mon­tant des in­ves­tis­se­ments ini­tiaux : Outre les be­soins clas­siques en ma­tière de droits d’en­trée, coût de la for­ma­tion, ma­té­riel, mo­bi­lier et tra­vaux d’agen­ce­ment, il est men­tion­né une tré­so­re­rie de dé­part né­ces­saire de 30 000 eu­ros. Comment jus­ti­fie-t-on cette somme ? Ce­la cor­res­pond-il à plu­sieurs mois de charges sans chiffre d’af­faires ? Est-ce un be­soin au dé­mar­rage ou ré­cur­rent pen­dant toute la du­rée du contrat ? Cette pré­sen­ta­tion de­vrait éga­le­ment da­van­tage sou­li­gner le fait qu’elle ne tient pas compte d’un éven­tuel droit au bail. La ré­ponse de D. Bous­si­ra : Ce­la ne cor­res­pond pas du tout à un fonds de rou­le­ment ou un droit d’en­trée. On a consta­té que cer­tains ma­ga­sins dé­marrent très vite, lar­ge­ment au-des­sus du “En France, le mar­ché de l’hor­ti­cul­ture est ma­ture” pré­vi­sion­nel. Mais par­fois, d’autres vont mettre plu­sieurs mois pour mon­ter en puis­sance. C’est dans ce cas de fi­gure que l’on de­mande à nos par­te­naires de pré­voir une tré­so­re­rie de dé­mar­rage. Pour pou­voir pas­ser le cap des pre­miers mois s’ils sont dif­fi­ciles. En ce qui concerne le fonds de rou­le­ment, il n’est pas né­ces­saire d’en avoir un im­por­tant puisque les pro­duits sont payés le 10 du mois sui­vant la com­mande. Sur l’état gé­né­ral du mar­ché : L’état gé­né­ral du mar­ché date de 2015. N’est-ce pas un peu ob­so­lète pour un créa­teur d’en­tre­prise en 2018 ? La ré­ponse de D. Bous­si­ra : Non. Nous le met­tons ré­gu­liè­re­ment à jour. Cet état gé­né­ral de mar­ché est is­su du mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture, il n’y en a pas de plus ré­cent. Mais ce n’est pas ob­so­lète dans la me­sure où le mar­ché de l’hor­ti­cul­ture, en France, est ma­ture, ni en pleine ex­plo­sion, ni en pleine ré­ces­sion. La mo­di­fi­ca­tion qui a cours ces der­nières an­nées porte plus sur sa re­struc­tu­ra­tion. Beau­coup d’in­dé­pen­dants ferment tan­dis que des ré­seaux se dé­ve­loppent. Ce qui ne va pas for­cé­ment im­pac­ter l’état gé­né­ral mais plu­tôt l’état lo­cal quand on ana­lyse la zone don­née. Ce­la dit c’est cer­tain qu’il faut la mettre à jour mais j’at­tends la der­nière ver­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.