Vers tou­jours plus de ser­vices

Agences im­mo­bi­lières

L'Officiel de La Franchise - - SECTEUR -

en dé­ci­dant de se consa­crer au via­ger, elle a vu son ac­ti­vi­té dé­col­ler. “J’ai tri­plé mon chiffre d’af­faires en l’es­pace d’une an­née, in­siste-t-elle. Au­jourd’hui, je suis re­con­nue comme spé­cia­liste par les clients mais aus­si par les autres agences qui sont bien sou­vent des ap­por­teurs d’af­faires.” Le ré­seau Es­paces Aty­pique a choi­si lui aus­si de se concen­trer sur un pan spé­ci­fique du sec­teur de l’im­mo­bi­lier en se spé­cia­li­sant sur la tran­sac­tion de biens contem­po­rains, c’est-à-dire des ap­par­te­ments ou des mai­sons qui ont une vraie em­preinte dé­co­ra­tive. “Ce­la peut être parce qu’un ar­chi­tecte s’est oc­cu­pé de la ré­no­va­tion ou parce que le lieu lui-même est aty­pique (an­cien com­merce, an­cienne église, loft...), dé­taille Alexan­dra Hy­ron, di­rec­trice de l’en­seigne. Ce mar­ché re­pré­sente près de 10 % de l’ac­ti­vi­té glo­bale des tran­sac­tions im­mo­bi­lières au­jourd’hui. C’est une ten­dance en plein boom et nous sommes per­çus comme les spé­cia­listes.” Pour ces jeunes en­seignes, si la vo­lon­té reste bien évi­dem­ment de se dé­ve­lop­per ra­pi­de­ment elles ont sur­tout à coeur de prendre le temps d’étof­fer leur maillage ter­ri­to­rial et af­fichent des am­bi­tions moins im­por­tantes que les ré­seaux gé­né­ra­listes. “Nous pré­fé­rons faire du qua­li­ta­tif plu­tôt que du quan­ti­ta­tif, as­sure Alexandre Hy­ron. Nous ou­vrons en­vi­ron six agences par an et cha­cun de nos fran­chi­sés a l’ex­clu­si­vi­té d’un dé­par­te­ment en­tier. Ac­tuel­le­ment, nous en cou­vrons 36.” “Je prends le temps de choi­sir mes can­di­dats, ajoute quant à elle Sté­pha­nie Ri­chard. Sim­ple­ment parce que je re­cherche avant tout des per­sonnes qui ont de la bien­veillance et de l’em­pa­thie. Et ce­la ne s’ap­prend pas...”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.