A la conquête du pay­sage

Une ex­ten­sion et une ter­rasse en bois mo­di­fié trans­forme har­mo­nieu­se­ment une vil­la du Lu­bé­ron. Le ma­té­riau choi­si lui confère l’es­thé­tique cha­leu­reuse du bois na­tu­rel avec un mi­ni­mum d’en­tre­tien.

L'Officiel de la Maison - - Reportage -

Le bois qui vieillit uni­for­mé­ment sur la ter­rasse et la fa­çade re­lie la mai­son à la na­ture en­vi­ron­nante

Pour la ré­no­va­tion et l’ex­ten­sion de leur mai­son se­con­daire, les pro­prié­taires, ori­gi­naires de Bel­gique, sou­hai­taient un bois clair. L’ex­ten­sion ré­al­sée par l’ar­chi­tecte consiste en une bâ­tisse se­con­daire en bois, re­liée au bâ­ti­ment ini­tial par une grande ter­rasse pa­no­ra­mique, ou­verte à perte de vue sur la fo­rêt en­vi­ron­nante. Les deux bâ­ti­ments sont ha­billés de lames ver­ti­cales ajou­rées et d’une ter­rasse avec le même type de pro­fil et le même bois Ac­coya®, trait d’union entre ces 3 uni­tés.

Pour Phi­lippe Gon­net, l’ar­chi­tecte : « Grâce à la di­ver­si­té de ses ap­pli­ca­tions, le bois Ac­coya® a pu être uti­li­sé aus­si bien en fa­çade qu’en ter­rasse. Ce­la a per­mis de re­cou­vrir les an­ciens murs, qui étaient en cré­pis, de les har­mo­ni­ser avec la par­tie nou­velle et de créer une continuité avec les ter­rasses. De plus, le vieillis­se­ment est uni­forme, on constate le

De larges ou­ver­tures offrent une vue pa­no­ra­mique sur le pay­sage

même gri­son­ne­ment pour le bar­dage que pour la ter­rasse, le tout sans en­tre­tien au­cun».

« Ef­fec­ti­ve­ment, il y a peu de bois clair avec une aus­si grande ré­sis­tance et of­frant une bonne te­nue à l’ex­té­rieur ain­si qu’un gri­saille­ment in­té­res­sant. De plus, c’est un bois cer­ti­fié par le FCBA, ne conte­nant au­cun pro­duit toxique, ce qui est ras­su­rant» in­dique Jo­na­than, de Na­tu­ral Ca­sa, spé­cia­liste de la construc­tion bois, qui a réa­li­sé le chan­tier.

Un an et de­mi après, il n’y au­cune dé­for­ma­tion ni tui­lage sur les lames en 20 x 145mm de large. C’est éton­nant, les hi­vers sont pour­tant rudes et l’été le so­leil chauffe.» se ré­jouit le pro­prié­taire. Il a fait le choix de ne pas mettre de fi­ni­tions afin de lais­ser le bois vieillir na­tu­rel­le­ment et de li­mi­ter l’en­tre­tien à un net­toyage an­nuel. Même au­tour de la pis­cine, le bois n’est pas al­té­ré. Il est de plus confor­table pour les pieds nus car sa tex­ture est douce au tou­cher et ga­ran­ti sans noeud ni écharde, et ne sur­chauffe pas au so­leil.

Pour fixer les lames de ter­rasses et le bar­dage, le choix s’est por­té sur le Clip Hard­wood® dont les vis de fixa­tion sont in­vi­sibles. Les pro­prié­taires ont fait le choix d’un écar­te­ment mi­ni­mum entre les lames, soit 3 mm. Outre l’as­pect es­thé­tique, il est très sûr et confor­table de mar­cher pieds nus sur la ter­rasse, sans vis ris­quant de dé­pas­ser et de bles­ser.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.