PA­RIS

L'officiel Hommes - - SOMMAIRE - Bande-son Pa­roles DA­NIEL DARC Pho­to­graphe LA­RA GI­LI­BER­TO

pa­roles Da­niel Darc, pho­to­graphe La­ra Gi­li­ber­to

Hé mec, c’est Pa­ris ! Tu m’en­tends ? P.A.R.I.S.

Pa­ris.

Res­pire le bon air mais fais gaffe quand même Tous les jours des mômes meurent d’en res­pi­rer un peu trop Alors fais at­ten­tion et marche dans les rues au ha­sard À n’im­porte quel coin de n’im­porte quelle rue, Tu ren­con­tre­ras n’im­porte quel type

Qui te pro­po­se­ra n’im­porte quoi : Des diamants, si purs mais, mais prends-les dans tes mains, Jette-les par terre, tu ver­ras ils se brisent comme du verre.

C’est Pa­ris, À Pa­ris rien n’est pa­reil, tout a tel­le­ment chan­gé que c’est même plus une ville,

C’est juste qu’une grande pou­belle. La pou­belle est pleine de­puis si long­temps qu’y a plus d’place pour nos dé­chets à nous, C’est Pa­ris et à Pa­ris, y a rien à faire,

Juste mar­cher dans les rues, Mar­cher dans les rues pen­dant qu’il fait jour et at­tendre, At­tendre qu’y fasse un peu plus chaud, Qu’y fasse un peu d’amour.

P.A.R.I.S. Pa­ris, on n’sait pas c’qu’on at­tend, Mais ça n’a pas d’im­por­tance parce que ça ne vien­dra pas.

C’est Pa­ris, 1984, belle an­née. Mes pa­rents, mes pa­rents veulent l’es­pagne, Mais qu’est-ce qui nous reste à nous, le Li­ban ?

Ah… il fait trop chaud là-bas. Re­marque, ici il fait un peu froid mais ça, Au­cun ra­dia­teur au monde n’y peut rien,

Y fait froid dans nos têtes. C’est pas To­kyo, Londres, New York ou Am­ster­dam, non, Non c’est Pa­ris et à Pa­ris, y a rien à faire.

Pa­ris, ville de nos rêves, La pou­belle est pleine de­puis si long­temps qu’y a plus d’place pour nos dé­chets à nous.

Il reste rien à faire, Juste mar­cher dans les rues, Mar­cher dans les rues et at­tendre… Qu’y fasse un peu plus chaud, Ou qu’y fasse un peu plus jour, Ou qu’y fasse un peu d’amour.

Ah, ville de mes rêves ! Que di­ras-tu de­main quand tu s’ras seule, pour­rie,

Les ruines un peu par­tout ? Tu sais comment j’écris ton nom ? P.A.R.I.S. Hé mec, mec, comment t’épelles Pa­ris ?

Pa­ris ? P.A.R.I.S. Non ! Non, non, non, non ! Pa­ris ça s’épelle M.E.R.D.E. Tu sais, tu de­vrais trou­ver quel­qu’un qui rem­plisse ton coeur d’amour ou de cal­mant,

EN­FIN DE QUELQUE CHOSE, Parce qu’on ar­rive par er­reur, par ha­sard ou trop tard, Et la pou­belle est pleine de­puis si long­temps qu’il n’y a plus d’place pour nos dé­chets à nous,

C’est Pa­ris, Pa­ris, ville de nos rêves, Mais à Pa­ris y a rien à faire, Juste mar­cher dans les rues.

P.A.R.I.S.

Alors marche, et at­tends,

At­tends, at­tends…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.