Sa car­rière en six mots-clés

L'officiel Hommes - - MATIÈRE GRISE -

Les Beas­tie Boys À l’uni­ver­si­té, Ian ap­prend à bi­douiller des sites in­ter­net. Il lance une fan­page consa­crée aux Beas­tie Boys. Le groupe l’ap­pelle pour construire leur site of­fi­ciel. Mieux en­core, il l’em­mène en tour­née en 1994. Da­ta Aol. chat, CD-ROM, Quick­time VR, MP3,

Wi­namp, Null­soft, Naps­ter… des mots au­jourd’hui ou­bliés mais qui ont in­car­né la dé­ma­té­ria­li­sa­tion de l’in­for­ma­tion et l’avè­ne­ment du règne de la da­ta. Ian Rogers les a mieux com­pris que per­sonne et en a ti­ré sa phi­lo­so­phie : “Les gens sont prêts à payer pour de l’in­for­ma­tion de qua­li­té.”

Me­dia­code

L’ap­pa­rence ju­vé­nile de Ian Rogers ne doit pas oc­cul­ter sa vaste ex­pé­rience : il a co­fon­dé une so­cié­té bap­ti­sée Me­dia­code, fut le di­rec­teur de Ya­hoo Mu­sic dont il su­per­vi­sa tous les as­pects liés au strea­ming et aux ser­vices vi­déo, di­ri­gea Tops­pin en 2008 puis Beats Mu­sic en 2013 avant d’être ré­pé­ré par Apple : il a lar­ge­ment contri­bué au suc­cès d’itunes.

LVMH

On ne pré­sente pas : 38 mil­liards de chiffre d’af­faires, 70 marques, six uni­vers. Ian Rogers ac­com­pagne la mu­ta­tion di­gi­tale de cha­cune de ces mai­sons, pour la plu­part vé­né­rables. 24 Sèvres C’est le pre­mier gros pro­jet 100 % di­gi­tal de LVMH de­puis l’ar­ri­vée de Ian Rogers dans le groupe en oc­tobre 2015. Le nom de la plate-forme s’ins­pire de l’adresse my­thique du Bon Mar­ché dont le site est en quelque sorte une tra­duc­tion nu­mé­rique.

5G

Le fu­tur di­gi­tal est en marche.tout reste en­core à faire d’après Ian Rogers.avec une cer­ti­tude : la ré­vo­lu­tion à la­quelle nous as­sis­tons n’est pas di­gi­tale mais cultu­relle. Signes par­ti­cu­liers Ta­toués : le vi­sage de Sly Stone Le lo­go NEXT (sur le mol­let) Le nom de ses deux filles : Zoe et Ju­lie

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.