ÉDI­TO

L'officiel Hommes - - SOMMAIRE - par Bap­tiste Pié­gay

“So­no uno splen­di­do qua­ran­tenne” (Je suis un splen­dide qua­dra­gé­naire), pro­teste Nan­ni Mo­ret­ti, dans Jour­nal in­time, après avoir as­sis­té à une scène de film où les per­son­nages – amers, confits dans le re­gret – se plaignent d'avoir mal vieilli. À l'heure de bas­cu­ler vers une cin­quième dé­cen­nie, au lieu de comp­ter les rides et les che­veux blancs ou les mé­dailles épin­glées au plas­tron, bref de faire d'une exis­tence le bi­lan comp­table, pré­fé­rons les pro­jec­tions. La ten­ta­tion de la nos­tal­gie – dont la ra­cine grecque ál­gos (dou­leur) de­vrait faire ré­flé­chir – at­tache aux pieds un poids lourd, au­tant s'en dé­tour­ner. Lire la vi­vante bio­gra­phie consa­crée par Ch­ris­tophe Conte à Étienne Da­ho*, dont la car­rière flirte avec les 40 ans, sou­ligne la force d'iner­tie des pléo­nasmes (ce n'est pas en stag­nant que l'on avance, ni en re­cu­lant que l'on in­nove) et éclaire la vaillance né­ces­saire pour les com­battre. En sui­vant son bon plai­sir et en pis­tant son dé­sir, Da­ho a su se te­nir, fu­nam­bule, sur le fil fra­gile entre po­pu­la­ri­té et exi­gence, sé­duire Dru­cker sans in­ju­rier son amour pour Bo­wie ou Lou Reed. Mu­sique, tou­jours, sur l'autre ver­sant de la créa­ti­vi­té : en sep­tembre 2001, alors que se tient un sé­mi­naire ras­sem­blant 600 com­mer­ciaux d'uni­ver­sal Mu­sic à Pa­ris, un par­ti­ci­pant in­ter­roge Pas­cal Nègre, le PDG de la branche fran­çaise de la mul­ti­na­tio­nale du disque, sur sa po­si­tion visà-vis de la ré­vo­lu­tion nu­mé­rique : “On s'en fout, la mu­sique sur in­ter­net, ça ne mar­che­ra ja­mais.”** Sa­luons sa ca­pa­ci­té vi­sion­naire en sou­li­gnant que la même ma­jor a connu une pro­gres­sion de ses re­ve­nus is­sus du strea­ming de 45,1 % en un an, sur la pé­riode de jan­vier à juin 2017, soit 962 mil­lions d'eu­ros.

Le qua­dra­gé­naire, qui a su se trom­per, ne se mo­que­ra pas (trop long­temps). Qua­rante ans, c'est l'âge de ce ma­ga­zine : à l'image de l'in­dus­trie mu­si­cale, son en­vi­ron­ne­ment a su­bi des bou­le­ver­se­ments, et il a fal­lu ré­in­ven­ter une écri­ture, af­fû­ter son re­gard pour le por­ter ailleurs, plus loin, au­tre­ment. On es­père qu'il in­car­ne­ra en­core long­temps cette dé­marche. En écho aux créa­teurs dont le coeur pal­pite dans ces pages de­puis ses pre­miers jours, L'of­fi­ciel Hommes n'aban­don­ne­ra pas ceux qui se font un de­voir de ne rien cé­der à la rou­tine. Quant aux autres, on leur adres­se­ra un sou­rire bien­veillant en les re­gar­dant s'éloi­gner, pe­tites sil­houettes lar­guées dans le ré­tro­vi­seur.

*Da­ho (éd. Flam­ma­rion, 2017) **In Bou­le­vard du stream, de So­phian Fa­nen (éd. Le Cas­tor As­tral, 2017).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.