LE SOU­RIRE

L’officiel Medecine et Chirurgie Esthetique - - Sommaire - PAR LAU­RENCE BEUR­DE­LEY

Por­teur de mes­sages im­pli­cites, le sou­rire tra­duit l’image que l’on donne et amé­liore la confiance en soi. S’il re­flète une bonne san­té, il est aus­si un mar­queur so­cial. On dit éga­le­ment que la mé­moire gra­ve­rait plus ra­pi­de­ment et plus du­ra­ble­ment un vi­sage sou­riant qu’une bouche fer­mée. Au­tant de rai­sons qui ex­pliquent le pro­pos du doc­teur Mar­tine Zis­ser­man, chi­rur­gien-den­tiste. Elle pra­tique dans son ca­bi­net une den­tis­te­rie non in­va­sive pour re­des­si­ner le sou­rire. “Ar­bo­rer un jo­li sou­rire est un atout im­por­tant, per­son­nel, psy­cho­lo­gique, pro­fes­sion­nel”, as­sure-t-elle. For­mée aux États-Unis, cette spé­cia­liste, dont le tra­vail est axé sur la conser­va­tion des dents, y a ac­quis une tech­nique in­no­vante : la pose de fa­cettes en cé­ra­mique. “Rien ne vaut une vraie dent, tant qu’elle est conser­vable, je la garde”, ex­plique-t-elle. Sa méthode : à par­tir des dents exis­tantes, elle prend une em­preinte qu’elle en­voie chez le pro­thé­siste qui va fa­bri­quer les fa­cettes. Elle ac­com­pagne cet en­voi d’un cer­tain nombre de don­nées concer­nant son pa­tient. L’étude de la bouche, le des­sin des lèvres, le po­si­tion­ne­ment de celles-ci lors du sou­rire, l’ali­gne­ment des dents par rap­port à la ligne des pu­pilles, etc. dé­ter­minent le mo­de­lé des fa­cettes. La teinte est choi­sie sur un nuan­cier. Il y a onze teintes et trois ni­veaux de trans­pa­rence. À par­tir de l’em­preinte, le pro­thé­siste va ef­fec­tuer un mou­lage en plâtre afin de re­créer le des­sin du sou­rire avant de fa­bri­quer les fa­cettes sur me­sure. Celles-ci (pel­li­cu­laires), plus minces que les fa­cettes clas­siques, sont en cé­ra­mique Ce­ri­nate, éla­bo­rée aux Étas-Unis (Lu­mi­neers). C’est cette fi­nesse (l’épais­seur d’une len­tille de contact) qui per­met de les po­ser sans anes­thé­sie, sans tailler ni meu­ler les dents. Les fa­cettes sont di­rec­te­ment col­lées sur l’émail sans en dé­truire la struc­ture, à l’aide d’un com­po­site ul­tra ré­sis­tant. Il est pos­sible de pra­ti­quer à par­tir d’une cire une si­mu­la­tion avant le pla­ce­ment dé­fi­ni­tif. Cette méthode pré­sente l’avan­tage de choi­sir si l’on veut une ou plu­sieurs fa­cettes, de re­des­si­ner la forme des dents, de ré­équi­li­brer l’ali­gne­ment, de mo­di­fier la teinte, de cor­ri­ger les es­paces, de cou­vrir les fê­lures et les frac­tures même chez les jeunes en­fants. Le ré­sul­tat est du­rable. “On vieillit avec ses fa­cettes”, ex­plique le doc­teur Zis­ser­man. Le ton choi­si reste stable, et l’on ne res­sent au­cune sen­si­bi­li­té ther­mique. Le taux d’usure est très faible. \ 900 € en­vi­ron par fa­cette. 99, ave­nue du Roule, 92200 Neuilly-sur-Seine. Tél. 01 46 24 06 07.

\ Cette méthode per­met de re­des­si­ner la forme des dents, de ré­équi­li­brer l’ali­gne­ment.

\ Elle per­met aus­si de mo­di­fier la teinte et de cor­ri­ger les es­paces et les manques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.