LEUR VI­SION DE LA BEAU­Té

L’officiel Medecine et Chirurgie Esthetique - - Sommaire - PAR LAU­RENCE BEUR­DE­LEY

Il pré­fère par­ler “des” beau­tés plu­tôt que de “la” beau­té. “Si nous nous po­sons la ques­tion, ‘pour­quoi et com­ment une femme est-elle belle ?’ c’est qu’il existe des cri­tères uni­ver­sels liés à une har­mo­nie idéale du vi­sage, à ses pro­por­tions, au re­gard et au sou­rire, ad­met le Dr Phi­lippe Kes­te­mont, chi­rur­gien de la face et du cou. Chaque vi­sage, à tous les âges, ex­prime une forme de beau­té dans la me­sure où les pro­por­tions des uni­tés es­thé­tiques sont res­pec­tées. Il faut sa­voir les mettre en va­leur en culti­vant le teint de la peau, une coif­fure adap­tée et un dis­cret ma­quillage.” Le re­gard est pour lui es­sen­tiel. “Il trans­met les émo­tions, l’éner­gie et donc le cha­risme ,qui se­ra gage de beau­té. Le sou­rire, vec­teur de sen­sua­li­té, de confiance, de lu­mière, ca­rac­té­rise une autre forme de beau­té. En ré­su­mé, ‘mes’ beau­tés se dé­fi­nissent par l’har­mo­nie de leurs pro­por­tions, la pro­fon­deur de leur re­gard et l’éclat de leur sou­rire. C’est ce que j’ap­pelle la beau­té cha­ris­ma­tique.”

\ Doc­teur Éric Bru­net

\ Doc­teur Jean-Marc Adda.

“Je n’évo­que­rais pas une va­leur uni­ver­selle, un idéal es­thé­tique, un vi­sage har­mo­nieu­se­ment des­si­né, des traits par­faits. La beau­té est mul­tiple, plu­rielle, liée à l’im­pres­sion que cha­cun donne de soi. En deux mots, une femme qui a bonne mine, un vi­sage re­po­sé, une at­ti­tude to­nique, confie le Dr Ca­the­rine de Goursac, mé­de­cin es­thé­tique. Se sen­tir bien avec soi-même et le mon­trer rend beau, tout comme des yeux pé­tillants, un sou­rire rayon­nant, un teint clair et frais et une ex­pres­sion dy­na­mique sont des se­crets de beau­té for­mi­dables. Une peau nette, des che­veux, des mains et des ongles im­pec­cables, une al­lure po­si­tive et éner­gique à tout âge, mais aus­si de l’op­ti­misme, une ges­tuelle élé­gante sont au­tant d’atouts à tra­vailler avec soin, car ils contri­buent à l’in­ven­tion de son type de beau­té. S’oc­cu­per de soi sans culpa­bi­li­té met en beau­té”, as­sure-t-elle.

“Pour moi, un beau vi­sage est ce­lui dont les vo­lumes, même mi­nimes, ac­crochent la lu­mière et créent des ombres, dit le Dr Ma­rie-Es­telle Roux, der­ma­to­logue. Les re­liefs sculptent la per­son­na­li­té ! J’aime les vi­sages sin­gu­liers. Le teint doit être pur, car il illu­mine la per­sonne.”

“La beau­té d’une femme ne se dé­fi­nit pas phy­si­que­ment. Au-de­là de traits har­mo­nieux, res­pec­tant le nombre d’or, ou sin­gu­liers, ty­pés, etc., ce qui compte, c’est le rap­port à l’âme, à l’hu­ma­ni­té, à la gen­tillesse, à un dé­sir de par­tage”, sou­tient le Dr Ar­nold Tcha­ke­rian, chi­rur­gien es­thé­tique. “L’har­mo­nie et les pro­por­tions sont l’es­sence du beau. Quant à la beau­té, elle se dé­cline de mille fa­çons, ex­plique le Dr Lui­gi Pol­la, der­ma­to­logue à Ge­nève. Je consi­dère qu’elle existe en cha­cune de mes pa­tientes. Lorsque j’ana­lyse leur vi­sage, je n’ai au­cun mo­dèle en tête, je me concentre sur l’en­semble des vo­lumes et des mi­miques. Dans cha­cune de mes in­ter­ven­tions, je cherche à re­trou­ver les justes pro­por­tions et adou­cir le re­gard. La dou­ceur des traits peut ap­por­ter du charme et donc va­lo­ri­ser la beau­té in­trin­sèque de la pa­tiente.”

“La beau­té d’un vi­sage, c’est d’abord le rayon­ne­ment du re­gard, l’ex­pres­sion de ses émo­tions, la lu­mière qui s’en dé­gage, une pos­ture, es­time Mar­tine de Richeville, spé­cia­liste du re­mo­de­lage cor­po­rel. Ce­la im­plique la prise de conscience de son corps. La beau­té dé­pend du men­tal, elle est dans l’es­time de soi. Il faut ap­prendre à s’ai­mer. Une psy­cha­na­lyse aide à se li­bé­rer d’une fausse per­cep­tion de soi-même.”

“Le na­tu­rel, la jeunesse et la san­té sont les trois fa­cettes de ma vi­sion de la beau­té, re­con­naît le Dr Vio­lette Par­zinG­ri­bins­ki, mé­de­cin es­thé­tique à Ge­nève. Nous sommes tous en ad­mi­ra­tion de­vant une na­ture non al­té­rée, fraîche et saine. L’at­ti­rance pour un être hu­main re­pose sur les mêmes cri­tères.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.