UN VENTRE PLAT

L’officiel Medecine et Chirurgie Esthetique - - Sommaire - PAR LAU­RENCE BEUR­DE­LEY

Ques­tion de sil­houette, nous ne sommes pas tous égaux face aux mé­faits de l’âge. Au fil du temps, le corps prend des ron­deurs, tou­jours mal pla­cées, lo­ca­li­sées ou gé­né­reu­se­ment épa­nouies. La peau elle aus­si s’abîme et se re­lâche. Si la gé­né­tique ex­plique en par­tie pour­quoi les unes gardent mieux la ligne que les autres, il est d’autres rai­sons qui entrent en compte : le style de vie (trop sé­den­taire) et la nour­ri­ture (trop riche et in­adap­tée au mé­ta­bo­lisme de cha­cun). Perdre du ventre et resculpter le corps est un su­jet an­cien. D’où la mul­ti­pli­ca­tion des pro­cé­dures mé­di­cales, qui per­mettent de re­trou­ver une ligne svelte et amin­cie. Elles prennent de plus en plus le pas sur la li­po­suc­cion. “À chaque cas son pro­to­cole, ex­plique le doc­teur Ca­the­rine de Goursac. L’acte mé­di­cal dé­pend de l’in­di­ca­tion po­sée lors de la consul­ta­tion.” Voi­ci ce que l’on peut faire pour s’af­fi­ner.

LA CRYO­LI­PO­LYSE

S’il s’agit de trai­ter un ex­cès de graisse lo­ca­li­sée, la cryo­li­po­lyse, qui éli­mine la graisse par le froid, est ef­fi­cace. Les adi­po­cytes (cel­lules grais­seuses) s’au­to­dé­truisent sous l’ef­fet de la basse tem­pé­ra­ture. La séance en ca­bi­net mé­di­cal dure en­vi­ron une heure. La zone dé­li­mi­tée est pro­té­gée par un film trans­parent à ef­fet pan­se­ment ce qui évite de trau­ma­ti­ser la peau. Puis le spé­cia­liste passe sur la zone concer­née une pièce à main qui as­pire l’amas grais­seux tan­dis que la tem­pé­ra­ture des­cend à moins 5 °C. Les cel­lules grais­seuses dé­truites sont éli­mi­nées par le sys­tème lym­pha­tique (tech­no­lo­gie fran­çaise Cryos­lim). Comp­ter 450 € l’acte. En gé­né­ral une séance par zone suf­fit. Quand le tis­su adi­peux se ré­vèle trop fi­breux à l’exa­men, il est pra­ti­qué au préa­lable, afin de l’as­sou­plir, deux ou trois séances de ra­dio­fré­quence (en fonc­tion du vo­lume de la sur­charge grais­seuse). “Une fois que la graisse a dis­pa­ru, elle ne re­vient pas. C’est fait, c’est fait”, as­sure le doc­teur Ca­the­rine de Goursac. L’acte n’est pas dou­lou­reux. On peut ob­ser­ver à la fin de la séance la marque d’un pe­tit “su­çon”. Elle dis­pa­raît ra­pi­de­ment dans le quart d’heure qui suit. On peut ain­si trai­ter le ventre de chaque cô­té du nom­bril, la cu­lotte de che­val à condi­tion que le tis­su adi­peux ne soit pas trop fi­breux, les hanches, la face pos­té­rieure des bras et les bour­re­lets se for­mant der­rière le sou­tien-gorge.

LA RA­DIO­FRÉ­QUENCE

Cette tech­nique non in­va­sive est pres­crite lorsque le vo­lume de graisse ex­cé­den­taire qui forme des ca­pi­tons (comme un ma­te­las) est ir­ré­gu­lier. “Dans ce cas, pré­cise le doc­teur Ca­the­rine de Goursac, la cryo­ly­po­lyse ne marche pas car elle ne traite que le vo­lume.” La ra­dio-fré­quence consiste, après

avoir en­duit la peau d’un gel conduc­teur, à chauf­fer et as­pi­rer en même temps la graisse au moyen d’une pièce à main. La séance dure une heure à une heure et de­mie en fonc­tion de l’im­por­tance de la zone à trai­ter. Ce n’est pas dou­lou­reux, plu­tôt agréable à cause de la cha­leur. Cette pro­cé­dure agit à la fois sur le vo­lume et le re­lâ­che­ment. Il faut pré­voir 5 séances mi­ni­mum. Comp­tez en­vi­ron de 150 à 250 € se­lon l’im­por­tance des zones à trai­ter et le temps né­ces­saire. Outre le ventre, la ra­dio­fré­quence per­met d’agir sur la graisse ir­ré­gu­lière et non to­nique des jambes et des bras. Quelques rou­geurs peuvent ap­pa­raître à la suite de l’acte. Elles dis­pa­raissent au bout d’un quart d’heure. At­ten­tion, ce pro­to­cole ne dis­pense pas de faire de l’exer­cice et at­ten­tion à son ali­men­ta­tion. As­so­ciée à du Va­cuum la ra­dio­fré­quence per­met de re­tendre la peau et ôter le cô­té “gon­do­lé” des cuisses. Il faut 6 séances à une ou deux se­maines d’in­ter­valles pour re­trou­ver une peau ferme.

LES UL­TRA­SONS FO­CA­LI­SÉS.

Cette tech­nique est d’une grande ef­fi­ca­ci­té sur les “bonnes ron­deurs bien éta­lées”, lo­ca­li­sées sur l’ab­do­men et l’es­to­mac, à la dif­fé­rence de la cryo­li­po­lyse qui agit sur des zones lo­ca­li­sées. Les ul­tra­sons fo­ca­li­sés ciblent le coeur de la graisse. Ils per­mettent d’agir à la fois sur le vo­lume et le re­lâ­che­ment cu­ta­né car, à la dif­fé­rence des autres pro­cé­dures, ils pé­nètrent jus­qu’à l’hy­po­derme. Le sys­tème (tech­nique Ul­stam) agit à deux ni­veaux de pro­fon­deur de la graisse (7 et 13 mm). Après l’ap­pli­ca­tion d’un gel d’écho­gra­phie, le mé­de­cin passe une pièce à mains équi­pée de trans­duc­teurs puis­sants sur la zone choi­sie. On res­sent de lé­gers pi­co­te­ments du­rant l’acte. Le len­de­main, quelques lé­gères cour­ba­tures qui peuvent per­sis­ter deux jours. La séance dure 30 mi­nutes (comp­ter 1 000 €). Une suf­fit mais par­fois une se­conde est né­ces­saire, à 2 mois d’in­ter­valle. Le ré­sul­tat se voit à 15 jours. Il est dé­fi­ni­tif au bout de 2 mois. La tech­nique est sans dou­leur et les pa­ra­mètres sont par­fai­te­ment mo­du­lables se­lon la ré­ac­tion du pa­tient. Le pro­to­cole s’ap­plique éga­le­ment sur les hanches, les cuisses, tou­jours sur des zones larges. On peut ob­ser­ver des mi­ni­marques type in­flam­ma­toire pen­dant quelques jours.

LA TECH­NIQUE TINAKA

C’est un trai­te­ment d’ur­gence lo­ca­li­sé pour perdre une taille de jupe ou de pan­ta­lon ra­pi­de­ment avant un évé­ne­ment. Cette méthode vide les adi­po­cytes. En 2 séances on perd 2 à 3 cm que l’on re­pren­dra si on ne fait pas at­ten­tion à son ali­men­ta­tion. Le sys­tème est un la­ser froid qui li­bère les cel­lules grais­seuses de leur conte­nu. Elles vont se vi­der dans la jour­née. Celle-ci s’éli­mine par les voies na­tu­relles Le pro­to­cole n’est pas trau­ma­tique. Après avoir me­su­ré et dé­ter­mi­né la zone à trai­ter par mar­quage, l’opé­ra­teur pose à l’en­droit choi­si une sé­rie de pads (rec­tangles d’émis­sion la­ser) main­te­nus par une large cein­ture, puis deux plus pe­tits sur les gan­glions lym­pha­tiques, au ni­veau de l’aine. La séance dure 20 mi­nutes pen­dant les­quelles on peut lire ou s’en­dor­mir. À la fin : nou­velle me­sure. On ob­serve une pe­tite diminution de l’ab­do­men. Il faut 6 à 8 séances pour ap­pré­cier un réel ef­fet et la perte de vo­lume, à 3 mois (140 € l’uni­té. Pos­si­bi­li­té de for­fait). À dé­con­seiller aux femmes en­ceintes, aux por­teurs de pièces mé­tal­liques dans le corps et aux peaux fon­cés. \ Ca­bi­net mé­di­cal : 81, ave­nue Niel, Pa­ris 17e. Tél. 01 47 54 93 20. www.es­the­ti­que­me­di­cale.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.