LEURS TRUCS AN­TI-âGE

L’officiel Medecine et Chirurgie Esthetique - - Sommaire -

LA PEAU

“Les trai­te­ments d’hé­lio­der­mie sont très de­man­dés par la pa­tien­tèle mas­cu­line, ob­serve le Dr Ju­lien Car­ré, mé­de­cin es­thé­tique à Pa­ris. Les hommes font très at­ten­tion à leur vi­sage. Ce qui leur im­porte est d’avoir les traits re­po­sés, le teint frais, la peau qui res­pire la san­té.” Sou­ci no 1, les taches. Grand res­pon­sable de cette af­fec­tion cu­ta­née, le so­leil. Elles sont trai­tées avec le la­ser Alexan­drite (qui éclair­cit aus­si le teint) ou le la­ser Icon as­so­cié à de la lu­mière pul­sée. On res­sent comme des pe­tits coups d’élas­tique cla­quant sur la peau. Ce­la reste tout à fait sup­por­table. Deux à trois séances ef­fec­tuées à un mois d’in­ter­valle sont né­ces­saires en trai­te­ment d’at­taque, puis il faut en­tre­te­nir le ré­sul­tat avec une séance par an. (Comp­ter de 150 à 180 € en­vi­ron). Sou­ci no 2 : la cou­pe­rose et l’éry­throse. Ce sont des rou­geurs dif­fuses vi­sibles en par­ti­cu­lier sur les joues. La cou­pe­rose se soigne avec le la­ser Yag, à rai­son de deux à trois séances à un mois d’in­ter­valle. À ré­pé­ter une fois par an. L’éry­throse s’at­té­nue avec le la­ser Icon. Deux à trois séances par an sont né­ces­saires. Il faut re­com­men­cer chaque an­née. À dé­faut de pee­ling, une pro­cé­dure dont les hommes sont peu de­man­deurs, l’im­por­tant, aux yeux du Dr Ju­lien Car­ré, c’est l’hy­dra­ta­tion en pro­fon­deur. C’est le se­cret d’une jo­lie peau res­pi­rant la san­té. Le pro­to­cole Skinboosters consiste à in­jec­ter (à la ca­nule ou à l’ai­guille) de l’acide hya­lu­ro­nique non ré­ti­cu­lé dans la peau, ce qui, par bio­sti­mu­la­tion des cel­lules, va per­mettre de re­vi­ta­li­ser le derme. Cette tech­nique ef­fi­cace agit aus­si sur le re­lâ­che­ment cu­ta­né et la peau frois­sée. En plus, elle re­pulpe lé­gè­re­ment les traits. Une à deux séances sont re­com­man­dées en trai­te­ment de choc puis en­suite une tous les six mois. (360 € en­vi­ron la séance. Skinboosters, La­bo­ra­toire Gal­der­ma.) Les rides du front et celles de la gla­belle sont les seules que les hommes sou­haitent trai­ter, afin de di­mi­nuer l’ex­pres­sion sou­cieuse et l’image d’un type râ­leur ou de mau­vaise hu­meur. Quelle pro­cé­dure ? Des gouttes de toxine bo­tu­lique (Az­za­lure du la­bo­ra­toire Gal­der­ma) in­jec­tées avec pré­ci­sion dans les zones dé­fi­nies par le mé­de­cin. “De cette fa­çon, le muscle est mis en re­pos car il ne se contracte plus. La peau est ain­si pré­ser­vée”, ex­plique le Dr Ju­lien Car­ré, qui sou­ligne l’ef­fet pré­ven­tif de l’acte. Quand on com­mence tôt, les rides se creusent moins, et moins vite. À ré­pé­ter une fois par an ou, se­lon les cas, tous les huit mois. (350 € en­vi­ron la séance, se­lon les doses uti­li­sées.)

LE DOUBLE MEN­TON

Il se re­des­sine et se lisse avec un trai­te­ment aux ul­tra­sons fo­ca­li­sés (pro­to­cole Ul­the­ra). Ef­fi­cace et du­rable en­vi­ron deux ans. En gé­né­ral, une seule séance suf­fit, par­fois deux. (1 500 € en­vi­ron.)

LA BOUCHE

Cer­tains hommes se font re­pul­per les lèvres pour avoir une bouche “à bai­sers”. Des in­jec­tions ci­blées d’acide hya­lu­ro­nique peu ré­ti­cu­lé comblent le manque de vo­lume. (350 € en­vi­ron.)

LES CHE­VEUX

S’il y a en­core des fol­li­cules pi­leux fonc­tion­nels, la mé­so­thé­ra­pie est une so­lu­tion. La tech­nique consiste à sti­mu­ler les cel­lules cu­ta­nées du cuir che­ve­lu en créant des mi­cro­ca­naux afin de faire pé­né­trer les ac­tifs (vi­ta­mines, acide hya­lu­ro­nique… conte­nus dans le NCTF® 135 HA de Fi­lor­ga). Une bonne cir­cu­la­tion san­guine re­lance les échanges cel­lu­laires, ce qui amé­liore la re­pousse et la den­si­té des che­veux sur les zones trai­tées. Pour en­core plus d’ef­fi­ca­ci­té, on as­so­cie à la mé­so­thé­ra­pie des séances de LED. Pré­voir plu­sieurs séances.

LE CORPS

La ré­par­ti­tion des graisses se mo­di­fie quand s’ins­talle l’an­dro­pose, car le mé­ta­bo­lisme change. On consomme moins et on stocke plus. L’âge ve­nant, les hommes s’ar­ron­dissent au ni­veau de la cein­ture ab­do­mi­nale. Les zones re­belles que sont le ventre et les poi­gnées d’amour se traitent par la tech­nique du Co­ols­culp­ting by Zel­tiq, si les ex­cès de graisse ne sont pas très im­por­tants. “La tech­nique consiste à as­pi­rer le bour­re­let grais­seux à l’aide d’une pièce à main pen­dant une heure afin de re­froi­dir les cel­lules de graisse, qui vont en­trer en apop­tose”, ex­plique le Dr Ju­lien Car­ré. Elles sont en­suite éli­mi­nées par le sys­tème lym­pha­tique. \ À par­tir de 1 500 € la séance se­lon le nombre de zones. Une à deux séances sont né­ces­saires. Le ré­sul­tat, dé­fi­ni­tif, s’ob­serve au bout de deux mois. ML Es­the­tics. Tél. 01 40 13 05 05. www.ml-es­the­tics.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.