Adieu aux gra­nu­lomes de si­li­cone

L’officiel Medecine et Chirurgie Esthetique - - News -

Les in­jec­tions de si­li­cone, in­ter­dites en l’an 2000, peuvent pro­vo­quer des gra­nu­lomes qui de­viennent vi­sibles au fil des ans. Ces boules dis­gra­cieuses peuvent dé­sor­mais être re­ti­rées dé­fi­ni­ti­ve­ment, sans chi­rur­gie. Une ex­cel­lente nou­velle at­ten­due de­puis des an­nées par les femmes gê­nées, par­fois dé­fi­gu­rées, par ces ag­glo­mé­rats durs et in­es­thé­tiques. La tech­nique, simple et ra­pide, consiste à les pul­vé­ri­ser avec des ul­tra­sons fo­ca­li­sés. Com­ment ça marche? Jus­qu’à au­jourd’hui, on avait re­cours à la chi­rur­gie pour re­ti­rer le si­li­cone. Une in­ter­ven­tion en salle blanche où le chi­rur­gien dé­coupe la zone pour “grat­ter” le gra­nu­lome, puis re­coud. Ce qui oc­ca­sionne dou­leurs, hé­ma­tomes et une évic­tion so­ciale de quelques jours. Ul­the­ra, un dis­po­si­tif mé­di­cal pour lif­ter sans chi­rur­gie, per­met dé­sor­mais de trai­ter toutes les zones in­jec­tées en en­voyant des ul­tra­sons dans le derme pro­fond, entre 3 et 4,5 mm. “La ré­gion la plus pro­blé­ma­tique, hor­mis la bouche, est la zone des plis d’amer­tume, car on risque de mu­ti­ler le muscle en opé­rant. Donc on ne pou­vait jusque-là rien faire, ex­plique le Dr Claude Aha­ro­ni, chi­rur­gien plas­ti­cien à Pa­ris. Avec Ul­the­ra, le gra­nu­lome est pul­vé­ri­sé par des tirs d’ul­tra­sons fo­ca­li­sés, et les mi­cro­par­ti­cules de si­li­cone sont éva­cuées par les ma­cro­phages en quelques se­maines.” Des mi­cro-in­jec­tions de Ke­na­cort, un cor­ti­coïde à ac­tion re­tar­dée, li­mitent l’in­flam­ma­tion post-trai­te­ment. Il est par­fois né­ces­saire de re­ve­nir pour une deuxième séance trois à six mois plus tard lorsque l’ag­glo­mé­rat est im­por­tant. V.F.

\ À par­tir de 800 €. www.the­cli­nic.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.