New Del­hi dans tous ses éclats

Le temps d’un week-end, Car­tier a ren­du hom­mage à l’âge d’or des au­to­mo­biles in­diennes an­ciennes et à un cer­tain art du voyage, qu’on croyait à ja­mais dis­pa­ru. On avait tort.

L'officiel Voyage - - SOMMAIRE - PAR AYMERIC MAN­TOUX PHO­TOS FRANK KAP­PA

Ban­lieue cos­sue de New Del­hi. Le champ de courses, hé­ri­tage des Bri­tan­niques, se trouve à une en­ca­blure du quar­tier des am­bas­sades. Avec ses ma­jes­tueuses ave­nues pim­pantes, ver­doyantes et om­bra­gées, on est à mille et une lieues des sté­réo­types sur l’inde éter­nelle, co­lo­rée, odo­rante, ani­mée et bruyante. Une fois la piste en friche fran­chie, on pé­nètre sur les terres du Jai­pur Po­lo Club, fon­dé en 1892, qui est à la fois l’un des plus an­ciens du genre au monde, mais éga­le­ment le plus hup­pé et le mieux fré­quen­té de la ca­pi­tale in­dienne. Au centre de l’an­neau, sur une pe­louse ma­nu­cu­rée, se croisent Rolls Royce an­ciennes, mo­tos vin­tage et belles amé­ri­caines des an­nées 1950. Au­tour, plu­sieurs di­zaines de jeunes hommes en cos­tume beige et d’as­sis­tants des pro­prié­taires s’af­fairent à pom­pon­ner le site, quitte à ba­layer l’herbe avec un bal­let en paille de riz. Mal­gré la lu­mière blanche, les chromes lus­trés des au­tos at­tirent quand même les rares rayons d’un so­leil qui de­meure plu­tôt dis­cret. Entre les au­tos, bri­quées comme des joyaux, les membres du ju­ry dé­am­bulent élé­gam­ment et sa­luent les des­cen­dants des fa­milles les plus illustres du pays, au mi­lieu des vi­si­teurs, comme ces deux Si­khs en­tur­ban­nés aux mous­taches sculp­tu­rales qu’on croi­rait tout droit sor­tis de Tin­tin au Ti­bet ou d’un film de Salvador Da­li. Pour cette 4e édi­tion du Car­tier Tra­vel With Style, plus de soixante au­to­mo­biles d’ex­cep­tion de tout le sous­con­ti­nent, et par­mi les plus rares et les mieux en­tre­te­nues, ont été réunies. Un tour de force réa­li­sé sous la cu­ra­telle de Man­ven­dra Singh de Bar­wa­ni, le com­mis­saire de l’évé­ne­ment, des­cen­dant de ma­ha­rad­jahs. Il a ras­sem­blé les plus pres­ti­gieuses et les plus chères au­to­mo­biles ja­mais pro­duites ou im­por­tées en Inde avant 1984. L’idée ? Cé­lé­brer le de­si­gn re­mar­quable et le sa­voir-faire des ar­ti­sans et car­ros­siers qui ont créé les plus belles et les plus luxueuses au­to­mo­biles. Un pa­nel d’ama­teurs éclai­rés du monde en­tier juge les au­tos ré­par­ties dans dif­fé­rentes ca­té­go­ries. Tous les deux ans de­puis huit ans, l’évé­ne­ment dé­mé­nage. Il est de­ve­nu au fil du temps le seul des quatre prin­ci­paux ren­dez-vous d’élé­gance

pla­né­taires de ré­fé­rence (avec Pebble Beach en Ca­li­for­nie, la Villa d’este en Ita­lie et Chan­tilly en France) à être iti­né­rant. Avec bien d’autres par­ti­cu­la­ri­tés, comme celle de rendre hom­mage à l’ex­cen­tri­ci­té et à la sin­gu­la­ri­té de l’in­dus­trie au­to­mo­bile in­dienne. Car l’inde a à la fois pro­duit et im­por­té des voi­tures qui ont ex­clu­si­ve­ment rou­lé dans ses contrées. L’évé­ne­ment est une ma­nière de cé­lé­brer ce for­mi­dable sa­voir-faire et le puis­sant de­si­gn qui ont pré­si­dé à leur créa­tion, en même temps que l’art de vivre et de voya­ger de leurs pro­prié­taires, royau­té in­dienne ou col­lec­tion­neurs pri­vés plus ou moins for­tu­nés. En Inde d’ailleurs, les “voi­tures de ma­ha­rad­jahs”, par­mi les plus re­cher­chées, sont une ca­té­go­rie à part, qui at­teint des cotes in­croyables dans les ventes aux en­chères du monde en­tier.

Une Rolls ser­vait uni­que­ment à la chasse au tigre, une autre ex­clu­si­ve­ment pour abri­ter le five o’clock tea de l’épouse d’un prince de sang royal. Telle autre au­to­mo­bile a été li­vrée en pièces dé­ta­chées, puis mon­tée de­vant la ré­si­dence d’un ma­ha­rad­jah qui ne dis­po­sait même pas d’une route pour l’es­sayer… L’in­gé­nieur ve­nu la li­vrer s’est vu contraint d’en cons­truire une som­maire pour son al­tesse, fu­rieuse de ne pou­voir faire fonc­tion­ner son ac­qui­si­tion. Au­jourd’hui en­core, dans cette pro­vince re­cu­lée, les routes sont pour la plu­part dé­fon­cées, hor­mis les 35 à 40 ki­lo­mètres bé­ton­nés puis bi­tu­més qui ser­vaient à son al­tesse royale pour al­ler de son pa­lais à son ter­rain de chasse. De toutes fa­çons, il suf­fit de sé­jour­ner ne se­rait-ce que quelques heures en Inde pour se rendre compte im­mé­dia­te­ment que les voi­tures, c’est tout un poème. Tuk-tuks cra­chant une fu­mée noire épaisse, vieilles Am­bas­sa­dor ba­rio­lées en guise de taxis, ré­édi­tions blanches pour un usage plus fa­mi­lial ac­cueillant par­fois une di­zaine de pas­sa­gers, Royal En­field au dé­li­cieux look ré­tro cir­culent au mi­lieu des ber­lines oc­ci­den­tales, ou en­core Ta­ta Na­no, l’une des fier­tés de la Na­tion. Au­tant dire qu’ici on prend la chose mé­ca­nique au sé­rieux. Mais pas seule­ment. Ou alors au moins au­tant que le po­lo. Ce­la tombe bien, le len­de­main, de nom­breuses cé­lé­bri­tés

lo­cales par­ti­cipent à un match de po­lo – le roi des sports et le sport des rois –, au­quel Car­tier nous convie cha­leu­reu­se­ment. De­puis des an­nées, la mai­son spon­so­rise sa propre équipe de po­lo, la meilleure du sous-conti­nent, et s’est lar­ge­ment in­ves­tie dans ce sport. C’est d’ailleurs elle qui, à la suite de quelques chulk­las (pé­riodes), in­ter­rom­pues par une pluie tro­pi­cale di­lu­vienne, rem­por­te­ra une fois de plus la Car­tier Po­lo Cup sur les terres du Jai­pur Po­lo Ground. La jour­née était presque par­faite… mais comme dit le pro­verbe in­dien, “un dia­mant avec quelques dé­fauts est pré­fé­rable à une pierre qui n’en a pas”.

Les Rolls Royce de ma­ha­rad­jahs, un genre à part dans les “vin­tage cars”.

Road­ster 1946 MG TC conduit par Mr Tu­tu Dha­wan.

La vieille Mer­cedes de la fa­mille Singh.

Yas­min Le Bon Ci­gare, pi­nard et jo­li cos­tard n’ont ja­mais aus­si bien ri­mé en­semble…

Tan­vir Ba­tra

Ric­car­do Pa­trese Cette Rolls ser­vait

pour la chasse au tigre. D’où les

deux pé­tards. Sous la tente VIP, aux cou­leurs de

Car­tier.

La pis­cine du toit ter­rasse du Leela Pa­lace. La classe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.