L'HÔ­TEL DE CRILLON

MEILLEURE RE­NAIS­SANCE

L'officiel Voyage - - CONTRIBUTEURS - Par Ch­ris­tian-luc Parison

Si les dia­mants sont éter­nels, les pa­laces aus­si. Les vrais, ceux qui tirent leur ré­pu­ta­tion d'une longue et pres­ti­gieuse his­toire. Parce qu'on se s'im­pose pas pa­lace, on le de­vient. Et dans ce do­maine, l'hô­tel de Crillon est sans doute l'un des meilleurs exemples de ce que la gloire doit à la lon­gé­vi­té.

À l'angle d'une des plus belles places d'eu­rope, le Crillon dresse sa sil­houette cé­lèbre dans le monde en­tier. Construit en 1758 pour re­ce­voir les am­bas­sa­deurs ex­tra­or­di­naires au­près du roi de France, ce bâ­ti­ment aux lignes par­faites pa­rais­sait des­ti­né à ac­cueillir les hôtes illustres en vi­site à Pa­ris. Et c'est ce qu'il fait tous les jours de­puis plus d'un siècle (il a ou­vert en 1909). Vé­ri­table mythe de l'hô­tel­le­rie, le Crillon fas­cine les ama­teurs de belles choses : les boi­se­ries ori­gi­nales de l'an­cienne suite duc de Crillon, qui était la cha­pelle pri­vée de la fa­mille de Crillon, sont d'ailleurs ex­po­sées au Metropolitan Mu­seum de New York… À me­sure de l'évo­lu­tion des no­tions de confort, de dé­co­ra­tion, de ser­vices, les hô­tels sont contraints à de constantes ré­no­va­tions. L'hô­tel de Crillon n'avait pas échap­pé à la règle, mais jusque-là, ces tra­vaux étaient de­meu­rés du do­maine du lif­ting. Seule trans­for­ma­tion ma­jeure, la ré­no­va­tion de la fa­çade qui a été réa­li­sée il y a six ans sous la di­rec­tion d'étienne Pon­ce­let, ar­chi­tecte en chef et in­gé­nieur gé­né­ral des Mo­nu­ments his­to­riques. Une opé­ra­tion de mi­cro­chi­rur­gie ar­chi­tec­tu­rale des­ti­née à su­bli­mer le vi­sage du pa­lace et qui s'est sol­dée par le net­toyage des fa­çades, la res­tau­ra­tion des sculp­tures et du fron­ton du Tem­piet­to, la ré­no­va­tion des co­lon­nades et du pla­fond de la Log­gia… Mais il en fal­lait plus pour que le Crillon re­de­vienne le na­vire ami­ral de l'hô­tel­le­rie de luxe à Pa­ris. Le 30 mars 2013 le pa­lace fer­mait ses portes et, der­rière des bar­ri­cades et des écha­fau­dages, com­men­çaient quatre an­nées d'une res­tau­ra­tion mi­nu­tieuse me­nées par le nou­veau pro­prié­taire des lieux, le groupe Ro­se­wood Ho­tel. Une opé­ra­tion ti­ta­nesque qui a été me­née par l'ar­chi­tecte Ri­chard Mar­ti­net, spé­cia­liste de la res­tau­ra­tion d'édi­fices clas­sés dans le monde. Pour me­ner à bien un tel chan­tier, il fal­lait une pléiade de ta­lents, à tous les ni­veaux. C'est Aline As­mar d'am­man qui a oeu­vré en tant que di­rec­trice ar­tis­tique, as­su­rant la co­hé­rence du pro­jet de dé­co­ra­tion avec l'ap­pui de quatre ar­chi­tectes d'in­té­rieur, Tris­tan Auer, Cha­han Mi­nas­sian, Cy­ril Ver­gniol et le groupe Culture in Ar­chi­tec­ture. En­semble, ils sont par­ve­nus à res­pec­ter le ca­rac­tère gran­diose de cette de­meure his­to­rique en y in­jec­tant une dose de mo­der­ni­té et même un peu de cette ir­ré­vé­rence qui fait le charme de Pa­ris. Et comme il fal­lait une per­son­na­li­té hors du com­mun pour prendre en charge l'amé­na­ge­ment de cer­taines grandes suites, c'est Karl La­ger­feld qui a été sol­li­ci­té par Aline As­mar d'am­man. Pas­sion­né par le XVIIIE siècle, le cou­tu­rier a pris beau­coup de plai­sir à dé­co­rer deux suites avec vue sur la place de la Concorde ain­si qu'une chambre. Dans ce lieu qu'il a tout sim­ple­ment re­bap­ti­sé Les Grands Ap­par­te­ments, il offre sa vi­sion per­son­nelle du chic à la fran­çaise et de la mo­der­ni­té ap­pli­quée à un cadre d'ex­cep­tion. Et puis­qu'il fal­lait res­ter

dans le su­blime, c'est le pay­sa­giste Louis Be­nech, res­pon­sable par ailleurs des nou­veaux jar­dins des Tui­le­ries et du bos­quet du Théâtre d'eau du châ­teau de Ver­sailles, qui a des­si­né les es­paces verts des deux cours de l'hô­tel. Le Crillon qui vient donc d'ou­vrir sous la di­rec­tion gé­né­rale de Marc Raf­fray, un hô­te­lier aus­si sou­riant qu'ef­fi­cace, of­fri­ra à ses hôtes des es­paces d'hé­ber­ge­ment agran­dis. Pour ce­la, le groupe Ro­se­wood a di­mi­nué le nombre des clés. L'hô­tel de Crillon pro­pose donc dé­sor­mais soixante-dix-huit chambres, trente-six suites et dix suites si­gna­ture. Mais aus­si quatre res­tau­rants et bars et six salles de ré­cep­tion/ réunion. Dont trois sa­lons his­to­riques des­ti­nés à ac­cueillir les évé­ne­ments spé­ciaux : le sa­lon Ma­rie-an­toi­nette, le sa­lon des Ba­tailles et le sa­lon des Aigles qui ont conser­vé leur style XVIIIE et leurs ma­gni­fiques pla­fonds ou­vra­gés en 1775 et 1776. Une part im­por­tante des tra­vaux concer­nait le creu­se­ment de deux étages en sous-sol. Un tour de force à réa­li­ser sous un mo­nu­ment his­to­rique clas­sé. La ga­geure a été réus­sie et le Crillon peut ain­si pro­po­ser à ses hôtes ce qui lui man­quait cruel­le­ment : un vrai es­pace bien-être. Le spa se com­pose des quatre ca­bines de soins du Sense, A Ro­se­wood Spa, d'une grande pis­cine or­née d'une oeuvre mu­rale du cé­ra­miste Pe­ter Lane et d'un stu­dio de fit­ness. L'hô­tel de Crillon a de tout temps été un temple de la gas­tro­no­mie, s'ap­puyant ces der­nières an­nées sur des chefs créa­tifs et pas­sion­nés : Ch­ris­tian Cons­tant, Jean-fran­çois Piège, Ch­ris­to­pher Hache. Ce der­nier a pro­fi­té de la fer­me­ture de l'éta­blis­se­ment pour en­ri­chir ses connais­sances au con­tact d'ap­proches cu­li­naires dif­fé­rentes. Il a ain­si par­cou­ru le monde et ren­con­tré des chefs étoi­lés tels Thomas Kel­ler, le chef amé­ri­cain de la French Laun­dry en Ca­li­for­nie, et Yo­shi­hi­ro Mu­ra­ta du Ki­ku­noi à Kyo­to. Ch­ris­to­pher Hache ré­gale chaque soir une poi­gnée de convives dans le cadre co­sy de l'écrin et le chef Jus­tin Sch­mitt, qui le suit de­puis des an­nées, pro­pose une cui­sine convi­viale, très pa­ri­sienne, dans un vrai es­prit bis­tro­no­mie, à la Bras­se­rie d'au­mont. Deux autres lieux ac­cueillent les gas­tro­nomes, le bar Les Am­bas­sa­deurs qui offre même des concerts live, et le jo­li Jar­din d'hi­ver, l'en­droit idéal pour un pause gour­mande au­tour des créa­tions du chef pâ­tis­sier Jé­rôme Chau­cesse, meilleur ou­vrier de France 2015. Dé­ci­dé­ment, l'hô­tel de Crillon a choi­si les meilleurs…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.