THIER­RY marx

L'officiel Voyage - - CONTRIBUTEURS -

Il est l'un des chefs fran­çais les plus pres­ti­gieux, a été for­mé par les meilleurs chefs de France par­mi les­quels Claude De­ligne, Joël Ro­bu­chon et Alain Cha­pel. Il est ré­com­pen­sé d'une pre­mière étoile Mi­che­lin en 1988 au Roc en Val à Tours et une autre en 1991 au Che­val Blanc à Nîmes. Le chef re­joint le Man­da­rin Orien­tal Pa­ris en 2011 après avoir of­fi­cié dix ans en Gi­ronde au Châ­teau Cordeillan-bages de la chaîne Re­lais & Châ­teaux où il ob­tient deux étoiles en 1999. En 2006, il est élu Chef de l'an­née. On peut dé­cou­vrir Thier­ry Marx dans l'émis­sion té­lé­vi­sée Top chef (sur M6) où il est un des membres du ju­ry éva­luant de jeunes chefs. Pro­po­sant des tex­tures et des sa­veurs avant-gar­distes, Thier­ry Marx dé­fend une cui­sine sans conflit entre la tra­di­tion et l'in­no­va­tion. Il of­fi­cie aux res­tau­rants de l'hô­tel Man­da­rin Orien­tal Pa­ris : Sur Me­sure par Thier­ry Marx (deux étoiles au Guide Mi­che­lin 2012 et cinq toques au guide Gault

& Millau 2016) et Ca­mé­lia. Éga­le­ment dé­si­gné di­rec­teur de la res­tau­ra­tion, il est en charge de su­per­vi­ser le room ser­vice et le bar de l'hô­tel. En 2016, le chef dé­ve­loppe ses ac­ti­vi­tés et ouvre, en juin, une boulangerie sand­wiche rie à Pa­ris, rue La borde, dans un es­prit de res­tau­ra­tion ra­pide, créa­tive et convi­viale. En sep­tembre de la même an­née, il ouvre ses pre­miers res­tau­rants à l'étran­ger, Thier­ry Marx et Bis­tro Marx, dans le quar­tier de Gin­za à To­kyo, et en no­vembre la bras­se­rie L'étoile du Nord au sein de la gare du Nord à Pa­ris.

“au ja­pon, j’ai été Sé­duit par La CUI­SINE KAISEKI qui SE Ré­vèle ÊTRE un VÉ­RI­TABLE ART. ELLE prend En COMPTE La SAISONNALITÉ DES PRO­DUITS ET élève La CUI­SINE à un Haut ni­veau de SPI­RI­TUA­LI­TÉ.”

VOTRE PRO­FES­SION DE CHEF VOUS AMÈNE-T-ELLE à VOUS ÉLOI­GNER FRÉQUEMMENT DE VOS FOUR­NEAUX ? Il est rare que je m'éloigne des cui­sines du Man­da­rin Orien­tal Pa­ris. C'est lors des fer­me­tures du res­tau­rant Sur Me­sure que j'en pro­fite pour voya­ger, un mois en août et une di­zaine de jours en jan­vier.

VOUS REN­TREZ DE TO­KYO. POUR QUELLE RAI­SON ÊTES-VOUS PAR­TI ET DANS QUELLES CONDI­TIONS ? Je suis par­ti quelques jours au Ja­pon pour cé­lé­brer le pre­mier anniversaire de l'ins­tal­la­tion des res­tau­rants Bis­tro Marx et Thier­ry Marx dans le quar­tier de Gin­za. Un rêve de­ve­nu réa­li­té ! J'en ai aus­si pro­fi­té pour par­ti­ci­per à la France Res­tau­rant Week 2017, un bel évé­ne­ment qui réunis­sait de grands chefs ja­po­nais tels que Ma­sa­to­shi Ota et Yu­suke Ta­ka­da, mais aus­si des chefs fran­çais tels que Oli­vier Va­lade ou en­core le pâ­tis­sier Cé­dric Gro­let.

EST-CE QUE LA GAS­TRO­NO­MIE EST POUR VOUS UN MOYEN D'APPROCHER DES CULTURES ÉTRAN­GÈRES ? Oui, tout à fait, la gas­tro­no­mie per­met de dé­cou­vrir in­ti­me­ment les autres cultures. Elle est un réel lien so­cial et un moyen de se rap­pro­cher des autres na­tions. Le fait de nour­rir les gens est oe­cu­mé­nique. Pour moi, la cui­sine, bien au-de­là des re­cettes, c'est le par­tage, l'of­frande de ce que notre pa­tri­moine cu­li­naire nous a trans­mis. La cui­sine est le moyen le plus uni­ver­sel d'al­ler vers les autres.

CER­TAINS PAYS ONT-ILS MO­DI­FIÉ VOTRE FA­ÇON DE CONCE­VOIR LA CUI­SINE ? VOTRE AP­PROCHE DES PRO­DUITS ? Le Ja­pon, sans hé­si­ter. La culture ja­po­naise a une re­la­tion très proche avec la na­ture, et sa gas­tro­no­mie reste tou­jours proche du goût ori­gi­nel des pro­duits.

QUEL PAYS VOUS A LE PLUS MAR­QUÉ PAR SON ART CU­LI­NAIRE ? Une fois en­core le Ja­pon. J'ai été sé­duit par la cui­sine kaiseki qui se ré­vèle être un vé­ri­table art. Elle prend en compte la saisonnalité des pro­duits et élève la cui­sine à un haut ni­veau de spi­ri­tua­li­té.

QU'EST-CE QUI VOUS PLAÎT LE PLUS QUAND VOUS ÊTES EN VOYAGE ? Le plus plai­sant est de lais­ser al­ler sa cu­rio­si­té et de par­tir à l'in­con­nu : des ren­contres, des pro­duits, des arômes, des goûts. J'en re­tire beau­coup d'ins­pi­ra­tion car ma cui­sine est pla­né­taire, sans fron­tière.

à L'ÉTRAN­GER VOUS AVEZ TEN­DANCE à VOUS LAIS­SER GUI­DER OU VOUS ÊTES DU GENRE à PAR­TIR SEUL à LA DÉ­COU­VERTE DE NOU­VELLES ADRESSES ? Voya­ger seul ne me dé­range pas, au contraire. J'adore m'aven­tu­rer seul, aus­si bien au coeur d'une ville qu'en pleine na­ture, tout comme cet été où j'ai dé­cou­vert l'ir­lande et son ma­gni­fique com­té de Gal­way.

VOTRE PRO­CHAINE DES­TI­NA­TION ? L'amé­rique la­tine, idéa­le­ment la Co­lom­bie. Es­pé­rons l'été pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.