GLENN O’BRIEN

L'officiel - - AMUSE-BOUCHE - PAR LÉA TRICHTER-PARIENTE PHO­TO­GRA­PHIE CLÉ­MENT PAS­CAL

Lors­qu'il ne se trouve pas à New York, Glenn O'brien se terre au mi­lieu des bois, dans sa mai­son du Con­nec­ti­cut. En ce mo­ment ? Il écrit un livre sur le monde de l'art, ras­semble une col­lec­tion de tweets qu'il pu­blie­ra, en­re­gistre une re­prise de son émis­sion TV Party et ré­vise un script sur An­dy Wa­rhol – avec qui il a tra­vaillé jus­qu'à sa mort. Im­mor­ta­li­sé par son ami Oli­vier Zahm aux cô­tés de onze per­son­na­li­tés in­car­nant le Down­town New York d'au­jourd'hui, il est l'un des vi­sages de la der­nière cam­pagne Ice­berg. “Oli­vier m'a ap­pe­lé. Je ve­nais de perdre du poids, alors je n'ai pas vu d'in­con­vé­nients à être pris en pho­to!” Êtes-vous du ma­tin ? “Je me ré­veille à 6h30, l'heure à la­quelle j'avais l'ha­bi­tude de me cou­cher. Je prends un pe­tit-dé­jeu­ner d'une heure, le temps de me ré­veiller, puis j'ac­com­pagne mon fils à l'école.” Que faites-vous juste après ? “Je lis les nou­velles du New York Times et Google News, je re­garde mes mails et mon compte Twit­ter puis je me mets à écrire.” Votre me­nu ? “Je presse dif­fé­rentes va­rié­tés d'oranges, bois un ca­fé noir et me fais des toasts, des ba­gels ou des muf­fins grillés. Le week-end, j'ajoute des oeufs.” Vos adresses pré­fé­rées à New York pour le pe­tit-dé­jeu­ner ? “Il Bu­co Ali­men­ta­ri et Bal­tha­zar.”

Écri­vain et édi­to­ria­liste, c’est une fi­gure em­blé­ma­tique de la scène ar­tis­tique newyor­kaise. Il a été choi­si pour in­car­ner la cam­pagne Down­tow Gal­le­ry de la marque Ice­berg qui fête son 40e an­ni­ver­saire

GLENN O'BRIEN NOUS A RE­ÇUS

DANS SON AP­PAR­TE­MENT NEW-YOR­KAIS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.