Bay­rou, ob­ser­va­teur si­len­cieux mais at­ten­tif

L’an­cien garde des Sceaux ne compte pas jouer les per­tur­ba­teurs et laisse les siens à l’As­sem­blée prendre leurs marques

L'Opinion - - La Une - Ca­ro­line Vi­gou­reux @Ca­roVi­gou­reux

L’an­cien garde des Sceaux ne compte pas jouer les per­tur­ba­teurs et s’as­treint à un été si­len­cieux

Le pro­jet de loi de confiance dans l’ac­tion pu­blique est exa­mi­né de­puis lun­di dans l’hé­mi­cycle de l’As­sem­blée na­tio­nale. L’an­cien garde des Sceaux, Fran­çois Bay­rou, qui avait concoc­té le texte, garde un oeil at­ten­tif sur l’avan­cée des dé­bats. Mais il ne veut pas pour l’ins­tant sor­tir du si­lence au­quel il s’as­treint de­puis son dé­part bru­tal du gou­ver­ne­ment suite aux soup­çons qui pe­sait sur son par­ti. Le par­ti cen­triste tien­dra son Con­grès à l’au­tomne.

IL L’A DÉ­CI­DÉ et il ne dé­ro­ge­ra pas à cette règle. Fran­çois Bay­rou ne par­le­ra pas. De­puis son dé­part dou­lou­reux du gou­ver­ne­ment le 21 juin der­nier, suite aux soup­çons d’em­plois fic­tifs qui pèsent sur son par­ti, le maire de Pau s’est as­treint à une cure mé­dia­tique. L’homme ne compte pas jouer les per­tur­ba­teurs. Il parle ré­gu­liè­re­ment avec Em­ma­nuel Ma­cron. Mais rien ne filtre de leurs échanges. « Il n’a pas fran­chi le pas qu’il a fran­chi du­rant la cam­pagne pour al­ler jouer au­jourd’hui je ne sais quelle fronde », as­sure un de ses proches.

Mais l’an­cien garde des Sceaux suit at­ten­ti­ve­ment les dé­bats sur le pro­jet de loi de mo­ra­li­sa­tion, qu’il a lui même écrit. Il est at­ten­tif à toutes les évo­lu­tions du texte, à chaque amen­de­ment vo­té. La seule chose qui pour­rait lui faire rompre ce si­lence, c’est la ques­tion de la banque de la dé­mo­cra­tie. Cette der­nière avait été sup­pri­mée par le Sé­nat avant que la com­mis­sion des Lois de l’As­sem­blée na­tio­nale ne la ré­ta­blisse. C’était l’idée de Fran­çois Bay­rou et les 48 dé­pu­tés Mo­Dem ne comptent rien lâ­cher sur ce thème. Tous as­surent que le gou­ver­ne­ment leur a don­né la ga­ran­tie que ce nou­veau sys­tème de fi­nan­ce­ment des par­tis po­li­tiques fi­gu­re­rait bien dans le texte.

« Dé­bats chao­tiques ». Mar­di soir, les par­le­men­taires Mo­Dem étaient réunis pour un pot au siège du par­ti, rue de l’Uni­ver­si­té, à quelques pas de l’As­sem­blée na­tio­nale. Fran­çois Bay­rou a fait une brève al­lo­cu­tion, pour les fé­li­ci­ter pour leur élec­tion. Et leur dire la chance qu’ils avaient de consti­tuer un groupe par­le­men­taire. C’est sa fier­té.

Les dé­pu­tés Mo­Dem gardent un oeil amu­sé sur les pre­miers pas par­fois la­bo­rieux de leurs col­lègues de La Ré­pu­blique en marche. « Les dé­bats sont chao­tiques mais il faut que ça se rode », es­time un pi­lier du par­ti. Mar­di, leurs vel­léi­tés sur le ver­rou de Ber­cy n’ont pas abou­ti. Le groupe cen­triste plai­dait pour une le­vée par­tielle du ver­rou mais leur vote n’a pas été sui­vi par les dé­pu­tés En Marche!. « C’est la preuve qu’ils obéissent », es­time-t-on dans l’en­tou­rage de Fran­çois Bay­rou. « On a ten­té une es­to­cade, ce se­ra une de nos marques de fa­brique : être un sou­tien du gou­ver­ne­ment tout en étant le pi­vot qui trans­for­me­ra les textes », fait va­loir le dé­pu­té Mo­Dem du Fi­nis­tère Er­wann, Ba­la­nant, qui s’est dé­jà fait re­mar­quer la se­maine der­nière en com­mis­sion des Lois.

Ni go­dillots ni fron­deurs ni in­dis­pen­sables à La Ré­pu­blique en marche, qui dis­pose à elle seule de la ma­jo­ri­té ab­so­lue, les dé­pu­tés Mo­Dem tentent de trou­ver leurs marques. « On se connaît tous et on est sur un pe­tit vo­lume, ce qui fa­ci­lite les échanges », ré­sume le pré­sident du groupe, Marc Fes­neau, dé­pu­té du Loir-etC­her. Le groupe se réunit chaque mar­di au 7e bu­reau. Fran­çois Bay­rou était ve­nu as­sis­ter à la pre­mière réunion. À la pré­si­dence de la com­mis­sion des Af­faires étran­gères, Ma­rielle de Sar­nez, l’aco­lyte de tou­jours de Fran­çois Bay­rou, im­prime sa marque.

Un con­grès à l’au­tomne. Re­vi­go­ré fi­nan­ciè­re­ment par son nombre de dé­pu­tés, le par­ti de Fran­çois Bay­rou se ré­or­ga­nise. Mer­cre­di, il a nom­mé le conseiller ré­gio­nal d’Ile-de-France, Yann Wehr­ling, se­cré­taire gé­né­ral du Mo­Dem, en rem­pla­ce­ment de Marc Fes­neau, in­time du pa­tron du par­ti. La for­ma­tion cen­triste tien­dra son uni­ver­si­té d’été à Gui­del, dans le Mor­bi­han, en même temps que ses jour­nées par­le­men­taires, le week- end du 29 sep­tembre au 1er oc­tobre. Le par­ti es­père re­nou­ve­ler la per­for­mance des lé­gis­la­tives aux sé­na­to­riales du 24 sep­tembre.

Le par­ti se réuni­ra en­suite en Con­grès fin oc­tobre à Pa­ris. Cer­tains au Mo­Dem am­bi­tionnent de faire émer­ger un bloc cen­triste, qui irait de Ma­nuel Valls aux Cons­truc­tifs de l’UDI. « Toutes ces fa­milles peuvent se réunir sur une ligne po­li­tique li­bé­rale au sens an­glo­saxon du terme : pour la li­ber­té d’en­tre­prendre tout en étant li­bé­ral sur les ques­tions so­cié­tales » , veut croire un dé­pu­té Mo­Dem.

Mais c’est sans comp­ter sur les ran­coeurs per­son­nelles qui animent les uns en­vers les autres. « Si on en reste à la que­relle Bay­rou- Bor­loo- La­garde, on ne s’en sor­ti­ra ja­mais. Soit de leur pas­sé ils font table rase, soit on y est en­core dans cinq ans. On ne peut pas faire du neuf avec du vieux. Il faut qu’on s’ap­puie sur une nou­velle gé­né­ra­tion de dé­pu­tés », es­time ce même élu. Les re­la­tions entre Fran­çois Bay­rou et Jean-Louis Bor­loo ont été tu­mul­tueuses mais sont au­jourd’hui plus apai­sées. « Bay­rou n’est pas dans une lo­gique de bun­ke­ri­sa­tion car il sait qu’elle est vouée à l’échec », consi­dère un proche. Faire per­du­rer une force cen­triste élar­gie, ce se­ra son pro­chain chan­tier, main­te­nant qu’il n’est plus au gou­ver­ne­ment.

Ni go­dillots ni fron­deurs ni in­dis­pen­sables à La Ré­pu­blique en marche, qui dis­pose à elle seule de la ma­jo­ri­té ab­so­lue, les dé­pu­tés Mo­Dem tentent de trou­ver leurs marques

SI­PA PRESS L’an­cien garde des Sceaux, Fran­çois Bay­rou.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.