Af­faire Ha­nou­na : un ma­laise der­rière la sanc­tion du CSA

Le Con­seil su­pé­rieur de l’au­dio­vi­suel a in­fli­gé une amende de trois mil­lions d’eu­ros à la chaîne C8

L'Opinion - - Stx France : Le Drôle De Chantage De Bercy - Cy­ril La­car­rière @cy_­la­car­riere

Le Con­seil su­pé­rieur de l’au­dio­vi­suel a in­fli­gé une amende 3 mil­lions d’eu­ros à la chaîne C8 pour un sketch ju­gé ho­mo­phobe dif­fu­sé du­rant l’émis­sion « Ra­dio Ba­ba » de Cy­ril Ha­nou­na. Après un pre­mier vo­let de sanc­tions dé­but juin, le ré­gu­la­teur a choi­si une nou­velle fois de s’at­ta­quer au por­te­feuille du groupe Ca­nal+, pro­prié­taire de C8. Ce­lui-ci a d’ores et dé­jà fait sa­voir qu’il lan­ce­rait des re­cours.

« AVOIR UNE RE­LA­TION conflic­tuelle avec son ré­gu­la­teur n’est pas la meilleure stra­té­gie. » La phrase est de Yan­nick Bol­lo­ré, fils de Vincent et pa­tron de l’agence Ha­vas en date du 18 juillet der­nier. Est-ce à dire que lui pa­tron de Vi­ven­di, ce que son père ap­pelle de ses voeux, il n’au­rait pas ré­cla­mé 13 mil­lions d’eu­ros au CSA au titre du pré­ju­dice su­bit par C8 lors de la pré­cé­dente sanc­tion in­fli­gée par l’ins­ti­tu­tion pu­blique ?

Car si l’amende de 3 mil­lions d’eu­ros n’est of­fi­ciel­le­ment pas di­rec­te­ment liée à Vincent Bol­lo­ré ou aux re­la­tions entre les di­ri­geants de Ca­nal+ et les membres du CSA, le cli­mat gé­né­ral n’a ja­mais été pro­pice à une is­sue moins vio­lente. « De­man­der 13 mil­lions d’eu­ros, une somme gro­tesque par ailleurs, c’est dire que le CSA fait n’im­porte quoi, c’est du mé­pris », es­time un proche du dos­sier. Les mul­tiples sé­quences de Cy­ril Ha­nou­na se mo­quant d’Oli­vier Schra­meck, pré­sident du ré­gu­la­teur, n’ont éga­le­ment pas dû ai­der à apai­ser une si­tua­tion, de­ve­nue par­ti­cu­liè­re­ment ten­due de­puis la grève à iTé­lé.

Pour jus­ti­fier cette dé­ci­sion in­édite, le CSA rap­pelle avoir re­çu « près de 47 000 plaintes » concer­nant l’émis­sion en ques­tion. Il dit en outre avoir exo­né­ré les pro­grammes de Cy­ril Ha­nou­na à quatre re­prises, « pre­nant no­tam­ment en compte le ca­rac­tère qui se vou­lait hu­mo­ris­tique », sur seize dos­siers trai­tés à son su­jet. Quant aux trois mises en garde et deux mises en de­meure, elles n’au­ront pas da­van­tage per­mis de re­ca­drer l’ani­ma­teur-pro­duc­teur.

Up­grade. Cy­ril Ha­nou­na, ac­tuel­le­ment en va­cances, a ré­agi en don­nant ren­dez-vous en sep­tembre à ses « ché­ris » via un mes­sage pos­té sur Twit­ter. Une nou­velle sai­son qu’il a d’ailleurs pris grand soin d’an­non­cer comme celle du chan­ge­ment.

Dans un en­tre­tien ac­cor­dé il y a un mois au site Pu­re­mé­dias, l’ani­ma­teur parle d’une émis­sion « up­gra­dée », avec « qua­si­ment que des jour­na­listes au­tour de la table » et d’un pro­gramme fi­na­le­ment si­tué « entre “Le Grand Jour­nal” et “Touche Pas à Mon Poste” ». Même les chro­ni­queurs se­ront « chi­ci­ser », pré­vient-il. Re­naud Re­vel (ex-ré­dac­teur en chef mé­dias de L’Express), Ra­chid Arhab (ex-membre du CSA), Ro­khaya Dial­lo ( jour­na­liste, mi­li­tante fé­mi­niste) et Pierre Me­nès ( jour­na­liste spé­cia­liste du foot­ball) sont an­non­cés au cas­ting. A quelques jours d’une dé­ci­sion que Cy­ril Ha­nou­na sa­vait pou­voir être très lourde, ce po­lis­sage pou­vait ap­pa­raître comme une ha­bile ten­ta­tive d’apai­se­ment. En vain.

Sans doute que l’opé­ra­tion po­lis­sage avait un air de dé­jà-vu. L’an der­nier à la même époque, Cy­ril Ha­nou­na te­nait dé­jà sen­si­ble­ment des pro­messes iden­tiques, cette fois dans Le Point. Il pré­voyait « un vi­rage », « avec moins de hap­pe­nings et des trucs plus po­sés ». TPMP de­vait « se concen­trer sur l’ana­lyse des mé­dias et conti­nuer les vannes avec de nou­velles fi­gures » et lui-même se « rap­pro­cher plus d’un Jim­my Fal­lon [ani­ma­teur d’un late show amé­ri­cain, ndlr] que d’un Pa­trick Sé­bas­tien ». Ja­mais l’émis­sion ne fut aus­si su­jette à po­lé­miques que du­rant cette an­née. Gé­rald-Brice Vi­ret, le di­rec­teur des an­tennes du groupe Ca­nal+, se dit « abat­tu par le ni­veau de la sanc­tion » tout en re­con­nais­sant que dans cette si­tua­tion « tout est dis­pro­por­tion­né ». L’été per­met­tra-t-il à tout ce pe­tit monde de re­trou­ver de la sé­ré­ni­té ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.