Mu­riel Pé­ni­caud fra­gi­li­sée par ses stock-op­tions

L'Opinion - - La Une - Fan­ny Gui­no­chet @fan­ny­gui­no­chet

EN­CORE DES RÉ­VÉ­LA­TIONS qui tombent mal pour la mi­nistre du Tra­vail. Se­lon L’Hu­ma­ni­té, Mu­riel Pé­ni­caud au­rait pro­fi­té de l’an­nonce de la sup­pres­sion de 900 em­plois chez Da­none, groupe dont elle di­ri­geait les res­sources hu­maines, en 2013, pour réa­li­ser une im­por­tante plus-va­lue bour­sière, de plus de 1 mil­lion d’eu­ros.

« Il n’y a rien d’illé­gal » , se dé­fend son ca­bi­net, qui as­sure « qu’il n’est nul­le­ment ques­tion de dé­lit d’ini­tiés et que cette opé­ra­tion s’est faite en toute trans­pa­rence ». Et de re­gret­ter « l’amal­game qui est fait entre les dé­parts vo­lon­taires - qui concer­naient toute l’Eu­rope - et le pa­ckage de ré­mu­né­ra­tion dont l’an­cienne DRH du groupe a bé­né­fi­cié, au même titre que les autres cadres di­ri­geants ».

Se­lon le rap­port of­fi­ciel de Da­none, Mu­riel Pé­ni­caud au­rait ac­quis un lot de 55 120 ac­tions pour 34,85 eu­ros l’ac­tion en 2009, à un prix fixé en pleine crise fi­nan­cière, et soit, se­lon L’Hu­ma­ni­té, « bien en des­sous du cours de l’ac­tion ». La re­vente en 2013 de ces ac­tions « pour l’es­sen­tiel, à 58,41 eu­ros l’uni­té » , lui ayant per­mis de réa­li­ser une plus-va­lue de 1,129 mil­lion d’eu­ros. Un bé­né­fice de près de 60 % sur sa mise de dé­part, ob­te­nu grâce à la re­mon­tée du cours de l’ac­tion oc­ca­sion­née, se­lon le quo­ti­dien, par l’an­nonce par le groupe d’al­lé­ger sa masse sa­la­riale. Si la pra­tique des stock-op­tions est cou­rante dans les grandes en­tre­prises, cette di­vul­ga­tion risque de fra­gi­li­ser un peu plus celle qui est dé­jà mise en dif­fi­cul­tés par l’af­faire Bu­si­ness France et Ha­vas. Elle donne à voir une Mu­riel Pé­ni­caud di­ri­geante de grande en­tre­prise, aux re­ve­nus confor­tables, loin de la simple DRH com­pé­tente, pas­sée par le ca­bi­net de Mar­tine Au­bry, comme on la pré­sente sou­vent. L’opé­ra­tion est du pain bé­ni pour ses op­po­sants po­li­tiques de gauche, qui ba­taillent contre la ré­forme du Tra­vail qu’elle porte.

Cette se­maine, la mi­nistre re­ce­vait les par­te­naires so­ciaux avec Edouard Phi­lippe ; et le pro­jet de loi d’ha­bi­li­ta­tion pour ré­for­mer par or­don­nances est dis­cu­té au Sé­nat. Elle n’a pas sou­hai­té ré­agir di­rec­te­ment à cette nou­velle po­lé­mique, qui in­ter­vient en plein dé­bat sur la mo­ra­li­sa­tion de la vie po­li­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.