Mieux cou­vrir les ter­ri­toires ? Le gou­ver­ne­ment tâ­tonne

L'Opinion - - Emploi : Le Décrochage Des Villes Moyennes - Cy­rille La­chèvre et Fan­ny Gui­no­chet @Cy­rilleLa­chevre @fan­ny­gui­no­chet

LE CAN­DI­DAT MA­CRON A PRO­BA­BLE­MENT été ce­lui qui, du­rant la cam­pagne pré­si­den­tielle, a fait l’ana­lyse la plus pous­sée et la plus dis­rup­tive sur les ter­ri­toires fran­çais. Com­pre­nant que le phé­no­mène de mé­tro­po­li­sa­tion était iné­luc­table, le Pré­sident Ma­cron a in­di­qué vou­loir faire adop­ter du­rant le quin­quen­nat une nou­velle ré­forme ter­ri­to­riale pas­sant par une ré­duc­tion du nombre de dé­par­te­ments. Il vi­sait en prio­ri­té ceux en­tou­rant les grandes mé­tro­poles, pour ren­for­cer la gou­ver­nance po­li­tique ( et éco­no­mique) de ces der­nières. Les ter­ri­toires les plus éloi­gnés des grandes villes conser­ve­raient en re­vanche une struc­ture dé­par­te­men­tale clas­sique.

Si, de­puis son élec­tion à l’Ely­sée, le chef de l’Etat s’est re­la­ti­ve­ment peu ex­pri­mé sur cette fu­ture ré­forme, il a tou­te­fois en­voyé un mes­sage po­li­tique fort avec la créa­tion d’un mi­nis­tère de la Co­hé­sion des ter­ri­toires char­gé no­tam­ment d’ani­mer un Conseil na­tio­nal des ter­ri­toires ( CNT), qui se réunit plu­sieurs fois par an. Par­mi les pre­miers dé­fis du CNT, ce­lui confié au se­cré­taire d’Etat char­gé du Nu­mé­rique : après un pre­mier point d’étape en dé­cembre, Mou­nir Mah­jou­bi doit li­vrer en juin 2018 sa « stra­té­gie d’in­clu­sion nu­mé­rique » de tous les ter­ri­toires, pré­mices à la mise en place d’un plan pour que tous les Fran­çais soient re­liés au très haut dé­but d’ici 2022.

Zones ten­dues. Ce n’est pas un ha­sard non plus si le mi­nis­tère de la Co­hé­sion des ter­ri­toires est aus­si en charge du lo­ge­ment. Alors que se­lon le ba­ro­mètre Ar­thur Loyd, la po­pu­la­tion dans les ag­glo­mé­ra­tions de taille moyenne n’a aug­men­té que de 9 % en moyenne de­puis 1990, contre 19 % pour les très grandes mé­tro­poles, une po­li­tique de lo­ge­ment à l’éche­lon na­tio­nal doit te­nir compte des pro­blé­ma­tiques spé­ci­fiques aux zones dites ten­dues sans né­gli­ger les « dé­ten­dues ».

Le pré­sident de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise du bâ­ti­ment, Jacques Cha­nut, le rap­pelle : « Le fait que dans cer­taines villes l’offre soit adap­tée à la de­mande ne si­gni­fie pas qu’il n’y ait pas be­soin de sti­mu­ler les tra­vaux de ré­no­va­tion ou de re­cons­truc­tion, no­tam­ment dans les cen­tres­bourgs à l’aban­don. » C’est en ce­la que les pre­miers pas du mi­nistre de la Co­hé­sion des ter­ri­toires char­gé du lo­ge­ment ont été ra­tés. La sup­pres­sion bru­tale sous la pres­sion de Ber­cy de cer­tains dis­po­si­tifs fis­caux, no­tam­ment le prêt à taux zé­ro (PTZ) en zone B2 et C a créé un fort émoi chez les construc­teurs de mai­sons neuves, qui ont ex­pli­qué que dans ces ter­ri- toires- là les ha­bi­tants avaient be­soin d’aide pour faire construire leur mai­son. L’an­nonce a de­puis été cor­ri­gée par Em­ma­nuel Ma­cron. Le 6 oc­tobre, il a de­man­dé de re­ve­nir sur la sup­pres­sion bru­tale du PTZ en zone dé­ten­due. Mais c’est un exemple, par­mi tant d’autres, des dif­fi­cul­tés qui se posent pour me­ner une po­li­tique unique sur toute la France

En ma­tière de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, le gou­ver­ne­ment ré­flé­chit aus­si à mieux ré­pondre aux be­soins en fonc­tion des ter­ri­toires. Dans la ré­forme qu’il lance, les ré­gions sont ap­pe­lées à jouer un rôle im­por­tant. La loi du 5 mars 2014 leur a dé­jà don­né plus de pré­ro­ga­tives, mais celles- ci pour­raient en­core aug­men­ter. « L’ob­jec­tif est de for­mer ou d’of­frir des re­con­ver­sions pro­fes­sion­nelles en fonc­tion des postes et des mé­tiers qui se créent dans le ter­ri­toire tout proche, ana­lyse une source gou­ver­ne­men­tale. Car on le sait, la mo­bi­li­té est com­pli­quée en France. » Reste que si les élus lo­caux voient d’un bon oeil cette in­flexion, du cô­té des syn­di­cats ou de Pôle em­ploi, il peut y avoir des ré­ti­cences. La ré­gio­na­li­sa­tion est vé­cue comme une perte de pou­voir, mais aus­si comme la fin de l’éga­li­ta­risme à la fran­çaise.

Em­ma­nuel Ma­cron a dé­ci­dé de re­ve­nir sur la sup­pres­sion du prêt à taux zé­ro en zone dé­ten­due, un dis­po­si­tif très uti­li­sé pour fi­nan­cer la construc­tion de lo­ge­ments neufs. SI­PA PRESS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.