Une union de courte du­rée pour les syn­di­cats

Les cen­trales ont af­fi­ché mar­di leur proxi­mi­té pour dé­fendre les fonc­tion­naires

L'Opinion - - News - Fan­ny Gui­no­chet @fan­ny­gui­no­chet

Les neuf fé­dé­ra­tions syn­di­cales de la fonc­tion pu­blique (CGT, CFDT, FO, UNSA, FSU, So­li­daires, CFE-CGC, CFTC et Au­to­nomes) ont ap­pe­lé en­semble à une jour­née de grève et de ma­ni­fes­ta­tions dans les trois ver­sants de la fonc­tion pu­blique – Etat, hos­pi­ta­lière et ter­ri­to­riale – mar­di. La CGT re­ven­dique 400 000 ma­ni­fes­tants. LES FONC­TION­NAIRES ÉTAIENT DANS LA RUE mar­di pour ex­pri­mer leur ma­laise. Et ils étaient nom­breux, même si comme tou­jours les chiffres des syn­di­cats sont éloi­gnés de ceux des au­to­ri­tés.

Par exemple, près de 17,5 % des agents de l’Edu­ca­tion na­tio­nale ont sui­vi le mou­ve­ment de grève, se­lon les chiffres du mi­nis­tère, là où les syn­di­cats at­ten­daient 35 % et 50 %. Il n’em­pêche, des crèches, écoles, ser­vices mu­ni­ci­paux étaient fer­més ; dans les trans­ports, no­tam­ment aé­riens, des per­tur­ba­tions ont été en­re­gis­trées. Plus de 130 ma­ni­fes­ta­tions ont été re­cen­sées par­tout en France.

Avec des slo­gans « mal payés, mal ai­més, pré­ca­ri­sés », les agents du ser­vice pu­blic sont ve­nus ex­pri­mer leur ras-le-bol. Dans les cor­tèges, des dé­pu­tés de La France in­sou­mise mais aus­si des élus du Par­ti so­cia­liste ou du Par­ti com­mu­niste. Du cô­té des trois grands syn­di­cats, cha­cun a choi­si de dé­fi­ler de son cô­té : Phi­lippe Mar­ti­nez (CGT) était à Pa­ris, Laurent Ber­ger (CFDT) à la Roche-sur-Yon, et Jean-Claude Mailly (FO) à Lyon. His­toire de ne pas s’af­fi­cher en­semble sur la pho­to…

Pour­tant, le dis­cours de dé­fense des agents était sen­si­ble­ment le même d’une cen­trale à l’autre. « Il y en a marre de pas­ser les fonc­tion­naires au pi­lo­ri », a ain­si lan­cé Phi­lippe Mar­ti­nez. Pour Laurent Ber­ger : « Ils ont le sen­ti­ment qu’ils ne sont qu’un coût alors qu’ils sont une ri­chesse. » Idem pour Jean- Claude Mailly, qui de­puis long­temps de­mande un vrai dé­bat sur les ser­vices pu­blics. Le nu­mé­ro 1 de FO a pu­blié en oc­tobre 2014 un livre in­ti­tu­lé Il faut sau­ver le ser­vice pu­blic (édi­tions Li­brio).

Dé­mons­tra­tions de fai­blesse.

Mais si les syn­di­cats par­viennent à trou­ver des ter­rains d’en­tente sur la fonc­tion pu­blique, sur le reste c’est plus com­pli­qué. A pro­pos des suites à don­ner aux or­don­nances ré­for­mant le Code du tra­vail, l’uni­té syn­di­cale n’est clai­re­ment pas au ren­dez-vous. Preuve en est, la réunion qui s’est te­nue, lun­di soir, au siège de la CGT : les syn­di­cats n’ont pas réus­si à se mettre d’ac­cord sur une pla­te­forme de re­ven­di­ca­tions com­munes, et en­core moins sur la mé­thode à suivre.

Du coup, Phi­lippe Mar­ti­nez a an­non­cé seul une troi­sième jour­née de mo­bi­li­sa­tion, le 19 oc­tobre, après les deux pre­mières, or­ga­ni­sées les 12 et 21 sep­tembre der­niers. Quitte à faire un bide. Le cé­gé­tiste es­père en­core faire re­cu­ler le gou­ver­ne­ment sur les or­don­nances dont l’adop­tion de­vant le par­le­ment est pré­vue fin no­vembre. La CFDT, elle, ne croit pas à cette pos­si­bi­li­té mais es­père pe­ser sur les dé­crets à ve­nir. Et pour ce faire, elle reste at­ta­chée à la concer­ta­tion. Laurent Ber­ger l’a rap­pe­lé de­vant ses adhé­rents la se­maine der­nière : les ma­ni­fes­ta­tions tournent souvent à des dé­mons­tra­tions de fai­blesse. Aus­si compte-t-il conti­nuer à mettre la pres­sion sur l’exé­cu­tif dans les chan­tiers qui s’ouvrent dé­sor­mais, à sa­voir la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, l’as­su­rance- chô­mage et l’ap­pren­tis­sage, en in­fluant sur les dis­cus­sions.

La po­si­tion de Jean-Claude Mailly chez FO est plus dé­li­cate car le lea­der est per­sua­dé qu’il se­ra plus en­ten­du en étant au­tour de la table que dans la rue. Il n’em­pêche, pres­sé par ses troupes, il en­vi­sage, bon gré mal gré, une jour­née d’ac­tion le 19 no­vembre.

Les cen­trales es­pèrent aus­si faire pas­ser des mes­sages à Em­ma­nuel Ma­cron lui-même lors des tête-à-tête qui se tien­dront cette fin de se­maine. Pour les fonc­tion­naires, un ren­dez-vous sa­la­rial au­ra lieu le 16 oc­tobre avec le mi­nistre de la Fonc­tion pu­blique, Gé­rald Dar­ma­nin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.