Vers une sor­tie de crise chez Air France ?

Les syn­di­cats de la com­pa­gnie se ren­dront à la né­go­cia­tion pro­po­sée par la di­rec­tion

L'Opinion - - Comment Le Parlement Va Être Bridé - Fan­ny Gui­no­chet @fan­ny­gui­no­chet

Une ren­contre de­vrait se te­nir ce jeu­di. Dans le même temps, la di­rec­tion de la com­pa­gnie in­vite l’Etat à in­ter­ve­nir. IL EST EN­CORE MI­NIME, mais c’est un pre­mier pas. Les syn­di­cats ont ac­cep­té de se rendre à la né­go­cia­tion que leur a pro­po­sée la di­rec­tion d’Air France. Alors que le conflit s’en­li­sait, avec plus de sept jours de grève en deux mois et que le dia­logue était au point mort, Franck Ter­ner, le di­rec­teur gé­né­ral de la com­pa­gnie, a adres­sé une « main ten­due », se­lon ses propres termes, aux syn­di­cats qui de­mandent 6 % d’aug­men­ta­tion des sa­laires pour 2018. Pas ques­tion de cé­der à cette pleine re­ven­di­ca­tion, mais la di­rec­tion, dans un cour­rier en­voyé mar­di soir, a fait une ou­ver­ture. Elle pro­pose une né­go­cia­tion plu­ri­an­nuelle sur les sa­laires (2019-2021), mais aus­si 1 % d’aug­men­ta­tion col­lec­tive pour 2018, en plus des 1 % dé­jà pro­po­sés il y a quelques se­maines. Sur Eu­rope 1, Jean-Marc Ja­naillac, PDG du groupe Air France-KLM, a en­fon­cé le clou : « Je ne pour­rais pas com­prendre que les syn­di­cats n’entrent pas en né­go­cia­tion alors qu’on leur pro­pose une aug­men­ta­tion de 2 % cette an­née. Je ne sais pas s’il y a beau­coup d’en­tre­prises en France qui offrent ce type d’aug­men­ta­tion. »

Si les syn­di­cats ont choi­si de ré­pondre par la po­si­tive à l’in­vi­ta­tion, ils res­tent tou­te­fois très dé­fiants et dé­ter­mi­nés à ob­te­nir les 6 % d’aug­men­ta­tion. Reste que dans le front syn­di­cal, com­po­sé d’une di­zaine d’or­ga­ni­sa­tions, des dis­sen­sions com­mencent à ap­pa­raître. Ain­si la CGT n’est pas en­core cer­taine de se rendre à ce ren­dez-vous, et prend cette conces­sion comme un signe de fai­blesse de la di­rec­tion. En at­ten­dant, « la grève se pour­suit, bien en­ten­du », a dé­cla­ré mer­cre­di Philippe Evain, le pré­sident du SNPL Air France, le syn­di­cat ma­jo­ri­taire des pi­lotes.

En pro­po­sant une né­go­cia­tion plu­ri­an­nuelle, l’ob­jec­tif de la di­rec­tion consiste à main­te­nir la tra­jec­toire de crois­sance d’Air France

Près de quatre jours de dé­brayage sont en­core pré­vus en avril les 17, 18, 23 et 24 avril. Mais la po­si­tion jus­qu’au-bou­tiste du SNPL com­mence à sus­ci­ter des re­mous. Ain­si, par exemple, le nou­veau syn­di­cat de pi­lotes SPL, af­fi­lié à la CFDT, n’est pas sur une ligne dure, et prône de ré­no­ver le dia­logue so­cial. Il pré­voit de lan­cer une pla­te­forme col­la­bo­ra­tive pour son­der les pi­lotes.

Sur­tout que, se­lon la di­rec­tion, ces dé­brayages ont coû­té en­vi­ron 170 mil­lions d’eu­ros. Se­lon plu­sieurs sources, cette perte com­mence à faire son ef­fet chez les 40 000 sa­la­riés, qui ne vou­draient pas voir par­tir dans ce mou­ve­ment so­cial les 590 mil­lions de bé­né­fices d’ex­ploi­ta­tion ga­gnés cette an­née par Air France. Preuve en est, tou­jours se­lon la di­rec­tion, que les gré­vistes ne re­pré­sen­taient plus que 9 % des sa­la­riés lors de la jour­née de grève du 10 avril, contre 22% en fé­vrier.

En pro­po­sant une né­go­cia­tion plu­ri­an­nuelle, l’ob­jec­tif de la di­rec­tion consiste à main­te­nir la tra­jec­toire de crois­sance d’Air France, qui reste l’une des com­pa­gnies par­mi les moins ren­tables d’Eu­rope dans un en­vi­ron­ne­ment concur­ren­tiel très fort. Plu­sieurs com­pa­gnies ont en ef­fet ces der­niers mois ren­for­cé leur pré­sence dans l’hexa­gone.

En­fin, si jus­qu’à pré­sent l’Etat, très oc­cu­pé par le mou­ve­ment SNCF, est soi­gneu­se­ment res­té en re­trait de ce conflit, il pour­rait bien être contraint de de­voir s’en mê­ler. En tout cas, JeanMarc Ja­naillac l’a in­ter­pel­lé ce mer­cre­di ma­tin : « Le gou­ver­ne­ment a clai­re­ment dit et pris la me­sure des fac­teurs né­ga­tifs qui pèsent sur l’en­vi­ron­ne­ment du trans­port fran­çais. Nous at­ten­dons qu’il tire les consé­quences des rap­ports ».

Jean-Marc Jai­nal­lac compte sur les As­sises du trans­port pour évo­quer no­tam­ment le poids des taxes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.