Le gou­ver­ne­ment s’em­bourbe à Notre-Dame-des-Landes

L'Opinion - - Syndicats : Le Déclin S’accélère - Ra­phaël Proust @ra­phael­proust

PLUS LES JOURS PASSENT et moins le re­tour au calme semble pos­sible à Notre-Da­medes- Landes. Of­fi­ciel­le­ment, l’opé­ra­tion d’ex­pul­sion des oc­cu­pants de la ZAD s’est ter­mi­née vendredi der­nier. C’est du moins ce qu’avait dé­cla­ré la pré­fète de Loire-At­lan­tique Ni­cole Klein. La fin de cette pre­mière phase ne si­gni­fie pas pour au­tant l’ar­rêt des opé­ra­tions de main­tien de l’ordre ni, sans doute, des af­fron­te­ments sur le site de l’an­cien pro­jet d’aé­ro­port. Di­manche, Ni­cole Klein a ain­si an­non­cé que le dis­po­si­tif de gen­dar­me­rie se­rait main­te­nu cette se­maine « afin d’as­su­rer la sé­cu­ri­té du dé­blaie­ment » des par­celles vi­sées par les ex­pul­sions, mais aus­si d’en « pré­ve­nir toute ré­oc­cu­pa­tion illé­gale ».

C’est, dans l’im­mé­diat, le prin­ci­pal dé­fi au­quel est confron­té le gou­ver­ne­ment. L’ob­jec­tif semble ce­pen­dant dé­li­cat à at­teindre, mal­gré l’en­voi de près de 2 500 gen­darmes sur le ter­rain. D’abord parce que le dé­clen­che­ment des opé­ra­tions d’ex­pul­sions a eu pour ef­fet de re­mo­bi­li­ser les oc­cu­pants de la ZAD qui avait mon­tré des signes de dé­su­nion après l’aban­don du pro­jet d’aé­ro­port. Les chiffres don­nés par le mi­nis­tère de l’In­té­rieur montrent ain­si que plu­sieurs cen­taines de per­sonnes ont ral­lié Notre- Dame- des- Landes de­puis la se­maine der­nière...

For­mu­laire sim­pli­fié. Alors que les ré­seaux d’en­traide tournent de nou­veau à plein ré­gime cô­té za­diste, la crainte de l’en­li­se­ment gagne cer­tains gen­darmes qui comptent 66 bles­sés de­puis le dé­but de l’in­ter­ven­tion. A l’op­po­sé des ac­cu­sa­tions de vio­lences lan­cées par les sou­tiens de la ZAD, des as­so­cia­tions de mi­li­taires dé­noncent les consignes de re­te­nue im­po­sées aux forces de l’ordre. « Comment en est- on ar­ri­vé à une gué­rilla ru­rale qui s’an­nonce de plus en plus dé­li­cate phy­si­que­ment et mo­ra­le­ment pour les gen­darmes en­ga­gés sur place ? », s’in­ter­roge l’As­so­cia­tion gen­darmes et ci­toyens dans un texte pu­blié lun­di.

Dans ce contexte élec­trique, la date bu­toir ac­cor­dée aux oc­cu­pants pour dé­cla­rer un pro­jet agri­cole a lan­cé un nou­veau compte à re­bours. Ces der­niers ont en ef­fet jus­qu’au 23 avril pour re­mettre des for­mu­laires qui ont été gran­de­ment sim­pli­fiés pour l’oc­ca­sion. Un do­cu­ment qui tient sur une simple feuille A4 et qui a pro­vo­qué l’in­com­pré­hen­sion des syn­di­cats agri­coles du dé­par­te­ment. « Qu’est-ce qui jus­ti­fie une telle pré­ci­pi­ta­tion à lan­cer cette dé­marche main­te­nant et une telle sim­pli­ci­té dans l’éla­bo­ra­tion du for­mu­laire em­ployé ? » , peut-on lire dans un com­mu­ni­qué dif­fu­sé vendredi par la FNSEA 44, les Jeunes agri­cul­teurs 44 et la Chambre d’agri­cul­ture de Loire-At­lan­tique.

Le re­tour du calme est pour­tant plus que ja­mais lié à la réus­site de la phase de dia­logue que la pré­fec­ture mène tant bien que mal. Pour y ar­ri­ver, « il faut une trêve et un vrai dé­lai », as­sure Ju­lien Bayou. Proche des op­po­sants his­to­riques, le porte- pa­role d’Eu­rope Eco­lo­gie-Les Verts (EELV) af­firme que ces der­niers sont fa­vo­rables à la réou­ver­ture de la route qui tra­verse la ZAD comme gage de bonne vo­lon­té. C’est d’ailleurs la po­si­tion du col­lec­tif d’élus an­ti- aé­ro­port qui n’a pas ap­pe­lé à par­ti­ci­per aux ma­ni­fes­ta­tions de sou­tien de ce week-end et s’est re­ti­ré de la dé­lé­ga­tion du mou­ve­ment.

Seule la pos­si­bi­li­té de dé­po­ser des pro­jets agri­coles col­lec­tifs semble au­jourd’hui en me­sure de convaincre la plu­part des za­distes, ce que re­fuse pour l’ins­tant le gou­ver­ne­ment. A moins que le plus po­pu­laire des mi­nistres n’entre en­fin dans la danse ? « Puisque la mé­thode Col­lomb a échoué, est-ce que Ni­co­las Hu­lot pour­rait dé­blo­quer la si­tua­tion ? », de­mande Ju­lien Bayou. Jus­qu’ici, le mi­nistre de la Tran­si­tion éco­lo­gique et so­li­daire a soi­gneu­se­ment évi­té de s’in­ves­tir dans ce dos­sier em­poi­son­né.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.