Eo­lien et so­laire ne peuvent faire chambre à part avec le nu­cléaire

La France est en train de ré­vi­ser sa po­li­tique éner­gé­tique (PPE) pour les dix ans qui viennent. Avec un su­jet hau­te­ment sen­sible: le nu­cléaire, qui re­pré­sente les trois quarts de la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té

L'Opinion - - Syndicats : Le Déclin S’accélère - Irène In­chaus­pé et Mu­riel Motte @iin­chauspe mu­riel­motte

A son tour la So­cié­té fran­çaise d’éner­gie nu­cléaire (SFEN) a fait ses pro­po­si­tions sur la place de l’atome dans l’éner­gie à long terme. D’ici à la fin juin, les Fran­çais peuvent aus­si don­ner leur avis dans le cadre d’une consul­ta­tion pu­blique. QUEL EST LE MEILLEUR MOYEN de dé­ve­lop­per les éner­gies re­nou­ve­lables ? C’est de s’ap­puyer sur le nu­cléaire ! Voi­là la po­si­tion que dé­fend lo­gi­que­ment la So­cié­té fran­çaise d’éner­gie nu­cléaire ( SFEN), qui ras­semble plus de 4 000 pro­fes­sion­nels et cher­cheurs du sec­teur. Elle l’a dé­ve­lop­pée mar­di lors d’un sé­mi­naire sur la place de l’atome dans le sys­tème éner­gé­tique eu­ro­péen. Les dé­bats foi­sonnent et les scé­na­rios pul­lulent en pleine ré­vi­sion de la pro­gram­ma­tion plu­ri­an­nuelle de l’éner­gie (PPE), ou­til de pi­lo­tage de la po­li­tique éner­gé­tique fran­çaise pour les dix pro­chaines an­nées. De­puis le mois der­nier et jus­qu’au 30 juin, les Fran­çais sont in­vi­tés à don­ner leur avis dans le cadre d’une vaste consul­ta­tion.

Dé­but avril, le site In­ter­net de la Com­mis­sion na­tio­nale du débat pu­blic avait dé­jà re­cen­sé 12 000 vi­si­teurs uniques, 200 ques­tions, des di­zaines de pro­po­si­tions et un bon taux de fré­quen­ta­tion dans ses réunions lo­cales. « Le su­jet in­té­resse et mo­bi­lise » , constate Jacques Ar­chim­baud, pré­sident de la Com­mis­sion. Reste à me­ner un gros tra­vail pé­da­go­gique : se­lon les ré­sul­tats de la der­nière étude so­cio­lo­gique réa­li­sée par Ip­sos pour le compte d’EDF, 80 % des son­dés at­tri­buent aux cen­trales nucléaires une res­pon­sa­bi­li­té dans l’élé­va­tion de la te­neur en gaz à ef­fet de serre dans l’at­mo­sphère. Et donc dans le chan­ge­ment cli­ma­tique.

« Temps long ». En fait, c’est tout le contraire. L’éner­gie ato­mique a un très faible im­pact sur le cli­mat, ce qui per­met à la France d’être par­mi les pays au monde les moins émet­teurs de CO2. « Le seul ob­jec­tif qui vaille est la dé­car­bo­na­tion de l’éco­no­mie en 2050, rap­pelle Va­lé­rie Fau­don, dé­lé­guée gé­né­rale de la SFEN. Ce­la im­plique trois di­men­sions, l’Eu­rope, le temps long et la prise en compte de l’éner­gie dans son en­semble, pas seule­ment l’élec­tri­ci­té. »

Pour éta­blir ses conclu­sions, la SFEN a pu s’ap­puyer sur les tra­vaux de la Com­mis­sion de Bruxelles. Et plus pré­ci­sé­ment sur les scé­na­rios de Pan­te­lis Ca­pros, pro­fes­seur à l’uni­ver­si­té d’Athènes qui ali­mente la ré­flexion eu­ro­péenne de­puis les an­nées 1990. Son mo­dèle « per­met de me­su­rer l’im­pact du vec­teur élec­trique pour dé­car­bo­ner à long terme les sec­teurs du trans­port et de la cha­leur, et donc l’im­pact du nu­cléaire fran­çais pour l’en­semble du sys­tème éner­gé­tique » , pré­cise la SFEN. En clair, « les éner­gies re­nou­ve­lables, so­laire et éo­lien, sont par dé­fi­ni­tion in­ter­mit­tentes, rap­pelle la dé­lé­guée gé­né­rale de l’as­so­cia­tion. Elles pour­ront se dé­ve­lop­per en Eu­rope si la France ex­porte son élec­tri­ci­té bas car­bone et flexible chez ses voi­sins » . C’est dé­jà le cas à hau­teur de 2 mil­liards d’eu­ros par an, soit 10 % de la pro­duc­tion na­tio­nale, sou­ligne-t- elle. Le pays peut mieux faire s’il ne laisse pas tom­ber son in­dus­trie nu­cléaire.

De­mande crois­sante pour l’élec­tri­ci­té. Le 10 avril, la di­rec­tion gé­né­rale de l’Ener­gie et du cli­mat, qui dé­pend du mi­nis­tère de la Tran­si­tion éco­lo­gique et so­li­daire, a pré­sen­té sa propre scé­na­ri­sa­tion du plan cli­mat pu­blié en juillet der­nier par Ni­co­las Hu­lot. Le scé­na­rio pré­voit une li­mi­ta­tion à 50 % de la part du nu­cléaire dans la pro­duc­tion élec­trique d’ici à 2030. Mais c’est la PPE qui fixe­ra un cadre pré­cis de fer­me­ture des ré­ac­teurs, as­sure le mi­nistre. Un flou qui in­quiète les as­so­cia­tions en­vi­ron­ne­men­tales telles Greens­pace pour qui « on a l’im­pres­sion que Ni­co­las Hu­lot se couche de­vant EDF ».

Que di­ront-elles de la sug­ges­tion de la SFEN de re­pous­ser de quinze ans sup­plé­men­taires, c’est-à- dire en 2045, la ré­duc­tion à 50 % de la part de l’élec­tri­ci­té nu­cléaire ? Pour Va­lé­rie Fau­don, cette deuxième op­tion est de loin la moins coû­teuse. Ce dé­ca­lage per­met­trait des éco­no­mies de 50 mil­liards d’eu­ros sur la pé­riode 20212050 chiffre la SFEN. Sous ré­serve que l’Au­to­ri­té de sû­re­té nu­cléaire (ASN) donne son au­to­ri­sa­tion à leur pro­lon­ga­tion, l’ex­ploi­ta­tion de cen­trales nu­cléaire amor­ties se­rait fi­nan­ciè­re­ment plus in­té­res­sante pour le consom­ma­teur et en dé­penses d’in­ves­tis­se­ments.

L’ar­gu­ment n’est pas qu’éco­no­mique. La France et l’Eu­rope ont tout à ga­gner du main­tien d’un large socle nu­cléaire. La de­mande d’élec­tri­ci­té va croître avec le dé­ve­lop­pe­ment des vé­hi­cules élec­triques, mais aus­si des ap­pli­ca­tions fixes comme les pompes à cha­leur. « Les mo­teurs élec­triques sont plus ef­fi­caces que les mo­teurs fos­siles. Pour di­mi­nuer la consom­ma­tion to­tale d’éner­gie, il faut aug­men­ter la consom­ma­tion d’élec­tri­ci­té bas car­bone », pour­suit Va­lé­rie Bau­don. Une telle crois­sance de la de­mande of­fri­rait un nou­vel ave­nir à l’atome.

Oui mais à quel prix ? « Avec notre sa­voir­faire et un ef­fet de pro­duc­tion en sé­rie le coût de construc­tion d’un ré­ac­teur peut bais­ser de 30 %, son coût fi­nan­cier de 50 % », es­time cette an­cienne d’Are­va. Des pré­vi­sions op­ti­mistes à l’aune des dé­boires du ré­ac­teur de troi­sième gé­né­ra­tion de Fla­man­ville.

La France et l’Eu­rope ont tout à ga­gner du main­tien d’un large socle nu­cléaire

SI­PA PRESS

La cen­trale nu­cléaire de Fla­man­ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.