Re­lance de l’Eu­rope : l’Al­le­magne pied sur le frein

L'Opinion - - Syndicats : Le Déclin S’accélère - Luc An­dré (à Ber­lin)

LE GROUPE CONSER­VA­TEUR ( CDU- CSU) au Bun­des­tag a fi­ni par ar­ron­dir les angles. Une res­tric­tion du man­dat de né­go­cia­tion d’An­ge­la Mer­kel sur la ré­forme de l’Eu­rope a été écar­tée lors d’une réunion, mar­di, avec la chan­ce­lière. Un do­cu­ment pré­pa­ra­toire, ré­di­gé no­tam­ment par un vice-pré­sident du groupe, plai­dait pour le main­tien du droit de vé­to du Bun­des­tag en cas de trans­for­ma­tion du Mé­ca­nisme eu­ro­péen de sta­bi­li­té ( MES) en Fonds mo­né­taire eu­ro­péen comme Pa­ris et Ber­lin l’en­vi­sagent. Le texte té­moi­gnait aus­si d’un grand scep­ti­cisme en­vers la ré­forme de la zone eu­ro vou­lue par Em­ma­nuel Ma­cron. Les cri­tiques al­laient trop loin aux yeux de plu­sieurs spé­cia­listes de ques­tions eu­ro­péennes au sein de la CDU. Ils ont ob­te­nu un adou­cis­se­ment sur la forme.

Les ap­pa­rences sont sauves alors que la chan­ce­lière al­le­mande doit jus­te­ment ac­cueillir jeudi le chef de l’Etat. Néan­moins, le si­gnal est clair. Les dé­pu­tés conser­va­teurs, dé­sor­mais en ordre de marche avec la mise en place du gou­ver­ne­ment, veulent frei­ner les ar­deurs du par­te­naire fran­çais. An­ge­la Mer­kel est d’ailleurs loin de sou­te­nir toutes les idées en pro­ve­nance de l’Ely­sée. Elle a sai­si la balle au bond mar­di, en dé­cli­nant à la ré­forme de la zone eu­ro le sta­tut d’unique prio­ri­té. En amont, la se­cré­taire gé­né­rale de la CDU An­ne­gret Kramp-Kar­ren­bauer avait re­la­ti­vi­sé l’im­por­tance d’un bud­get propre pour la zone eu­ro et pré­co­ni­sé de se « concen­trer en prio­ri­té sur le bud­get prin­ci­pal de l’UE ».

Le SPD cour­rou­cé. An­ge­la Mer­kel ne peut faire l’éco­no­mie d’une oreille at­ten­tive aux voix cri­tiques en in­terne. Avec une ma­jo­ri­té ré­duite par rap­port à la pré­cé­dente lé­gis­la­ture, elle ne peut ris­quer au­tant de dé­fec­tions que lors des votes sur les plans de sau­ve­tage pour la Grèce. La créa­tion d’un poste de mi­nistre des Fi­nances de la zone eu­ro, cher à Em­ma­nuel Ma­cron, semble com­pro­mise.

Tant de ré­ti­cences font bon­dir le SPD. Les so­ciaux-dé­mo­crates rap­pellent leur par­te­naire de gou­ver­ne­ment au nou­vel élan eu­ro­péen pro­mis dans le contrat de coa­li­tion. Pa­ris et Ber­lin ont dé­sor­mais deux mois pour trou­ver un ter­rain d’en­tente. Les deux ca­pi­tales veulent pré­sen­ter leurs pro­po­si­tions com­munes lors du som­met eu­ro­péen du mois de juin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.