Mid­terms: l’ef­fet Ka­va­naugh

L'Opinion - - The Wall Street Journal -

La ba­taille sur la no­mi­na­tion de Brett Ka­va­naugh à la Cour su­prême étant dé­sor­mais pas­sée, les ré­pu­bli­cains et les dé­mo­crates se lancent dans la der­nière ligne droite de l’élec­tion de mi-man­dat en ca­na­li­sant les pas­sions sus­ci­tées ces der­nières se­maines pour ame­ner leurs par­ti­sans aux urnes.

Le nou­veau juge a prê­té ser­ment sa­me­di après le vote du Sé­nat confir­mant sa no­mi­na­tion. Il pour­rait re­joindre le tri­bu­nal pour en­tendre ses pre­miers ar­gu­ments oraux dès mar­di, où il ci­men­te­ra im­mé­dia­te­ment une ma­jo­ri­té conser­va­trice. Les lu­mières vont conti­nuer d’être bra­quées sur lui par ses ad­ver­saires et ses al­liés. La po­la­ri­sa­tion po­li­tique consta­tée dans le com­bat pour la no­mi­na­tion du can­di­dat me­nace de sa­per la confiance du pu­blic dans l’im­par­tia­li­té de la Cour su­prême, met­tant à l’épreuve le juge en chef John Ro­berts.

Le fo­cus des pro­chaines se­maines se por­te­ra sur les élec­tions cru­ciales de no­vembre, alors que les émo­tions brutes sus­ci­tées par les ac­cu­sa­tions d’agres­sion sexuelle dé­po­sées contre le juge Ka­va­naugh et la ba­garre au­tour de l’ou­ver­ture d’une en­quête du FBI ont sti­mu­lé les élec­teurs des deux par­tis. Les ré­pu­bli­cains ont été re­vi­go­rés par leur ob­jec­tif de re­fa­çon­ner le sys­tème ju­di­ciaire fé­dé­ral, et le mou­ve­ment des femmes « #MeToo » a ali­men­té une aug­men­ta­tion du nombre de can­di­dates dé­mo­crates.

Le pré­sident Trump, lors d’un ras­sem­ble­ment au Kan­sas après le vote du Sé­nat sa­me­di, a dé­crit les at­taques dé­mo­crates contre le juge Ka­va­naugh et la tac­tique de ceux qui pro­tes­taient contre sa no­mi­na­tion à Wa­shing­ton comme em­blé­ma­tique de ce qu’il ar­ri­ve­rait si les dé­mo­crates ob­te­naient le contrôle du Congrès. « Ima­gi­nez juste la dé­vas­ta­tion qu’ils cau­se­raient s’ils ob­te­naient le pou­voir dont ils ont déses­pé­ré­ment le be­soin et l’en­vie », a dé­cla­ré le pré­sident Ré­pu­bli­cain.

Les dé­mo­crates ont dé­crit le trai­te­ment ré­pu­bli­cain des al­lé­ga­tions d’agres­sion sexuelle, ce que le juge Ka­va­naugh a nié, comme une il­lus­tra­tion de l’at­ti­tude ga­gnante à tout prix du Grand Old Par­ty (GOP, Par­ti ré­pu­bli­cain). « Toutes ces per­sonnes en co­lère, elles savent que ce sont les in­di­vi­dus sié­geant au Sé­nat qu’elles ont élu qui prennent ces dé­ci­sions », a dé­cla­ré di­manche sur CNN la sé­na­trice Ma­zie Hi­ro­no (Dé­mo­crate, Ha­waii), prin­ci­pal cri­tique de Ka­va­naugh. « Et elles iront aux urnes et vo­te­ront dif­fé­rem­ment. »

Les ana­lystes es­timent que se­lon les son­dages, la po­lé­mique Ka­va­naugh amé­liore à court terme les chances des ré­pu­bli­cains de gar­der le contrôle du Sé­nat et ré­duit leurs chances de conser­ver leur ma­jo­ri­té à la Chambre. La lutte pour le Sé­nat se dé­roule prin­ci­pa­le­ment dans les Etats où le Pré­sident est po­pu­laire, alors que le champ de ba­taille pour la Chambre des re­pré­sen­tants est prin­ci­pa­le­ment consti­tué de dis­tricts de ban­lieue plus op­po­sés au Pré­sident.

« Notre éner­gie et notre en­thou­siasme étaient à la traîne jusque-là », a dé­cla­ré le chef de la ma­jo­ri­té du Sé­nat, Mitch McCon­nell (ré­pu­bli­cain, Ken­tu­cky), sur CBS di­manche. « Et je pense que ce­la nous a don­né la mo­ti­va­tion et l’op­por­tu­ni­té d’avoir un taux de par­ti­ci­pa­tion à cette élec­tion qui nous per­met­trait de gar­der le Sé­nat. »

Les mi­li­tants dé­mo­crates, qui ont organisé des ma­ni­fes­ta­tions au­tour du Ca­pi­tole alors que le Sé­nat se réunis­sait sa­me­di, ont dé­cla­ré qu’ils es­pé­raient uti­li­ser l’éner­gie des rues pour al­ler aux urnes, en par­ti­cu­lier chez les femmes. « Ce pro­ces­sus de con­fir­ma­tion a été une guerre to­tale contre les femmes », a dé­cla­ré Lin­da Sar­sour, une or­ga­ni­sa­trice de la Marche des femmes 2017, qui s’est te­nue un jour après l’in­ves­ti­ture de Do­nald Trump, dans un cour­riel de col­lecte de fonds ven­dre­di. « Nous de­vons nous battre plus fort que ja­mais pour rem­por­ter le Sé­nat. »

A plus long terme, la po­lé­mique Ka­va­naugh pour­rait ren­for­cer un ali­gne­ment des par­tis qui a été ac­cé­lé­ré par la pré­si­dence Trump : le noyau du par­ti ré­pu­bli­cain est de plus en plus cen­tré sur les hommes blancs, tan­dis que le par­ti dé­mo­crate compte dans ses rangs de nom

Lire KA­VA­NAUGH en page II

SIPA PRESS

Au centre, le chef de la ma­jo­ri­té ré­pu­bli­caine du Sé­nat Mitch McCon­nell lors de la con­fir­ma­tion de la no­mi­na­tion du juge Ka­va­naugh, le 6 oc­tobre. Le len­de­main, il a dé­cla­ré : « Notre éner­gie et notre en­thou­siasme étaient à la traîne jusque-là (...) Ce­la nous a don­né la mo­ti­va­tion et l’op­por­tu­ni­té de conser­ver le Sé­nat. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.