ONU: Pré­sident cherche am­bas­sa­deur

L'Opinion - - The Wall Street & I'Opinion -

La dé­mis­sion de Nik­ki Ha­ley de son poste d’am­bas­sa­drice des Etats-Unis aux Na­tions unies mar­di a sur­pris les prin­ci­paux conseillers de Do­nald Trump, lais­sant la Mai­son Blanche sans suc­ces­seur évident, ont dé­cla­ré des res­pon­sables. Nik­ki Ha­ley pré­voit de sié­ger jus­qu’à la fin de l’an­née, ce qui laisse au pré­sident Trump le temps d’exa­mi­ner de nou­veaux can­di­dats. Il a dé­cla­ré mar­di lors de son voyage en Io­wa qu’il en­vi­sa­geait cinq can­di­dats.

Deux proches de Do­nald Trump ont dé­jà ma­ni­fes­té leur in­té­rêt pour le poste : Ri­chard Gre­nell, am­bas­sa­deur des EtatsU­nis en Al­le­magne, et Di­na Po­well, qui a quit­té son poste de conseillère ad­jointe à la sé­cu­ri­té na­tio­nale plus tôt cette an­née. Ri­chard Gre­nell et Di­na Po­well se sont re­fu­sés à tout com­men­taire.

Di­na Po­well, ac­tuel­le­ment membre du co­mi­té de di­rec­tion de Gold­man Sachs Group, fai­sait du ba­teau avec Nik­ki Ha­ley le week-end der­nier en Ca­ro­line du Sud. Nik­ki Ha­ley a pu­blié une pho­to des deux femmes en­semble sur les ré­seaux so­ciaux sa­me­di. Di­na Po­well est proche de la fa­mille Trump, no­tam­ment de sa fille Ivan­ka Trump et de son gendre Ja­red Ku­sh­ner, se­lon des per­sonnes fa­mi­lières de la ques­tion. Mais John Kel­ly, le chef du per­son­nel de la Mai­son Blanche, la consi­dère avec plus de scep­ti­cisme.

Do­nald Trump, qui s’est en­tre­te­nu avec des jour­na­listes à la Mai­son Blanche mar­di, a dé­cla­ré que Di­na Po­well était « prise en consi­dé­ra­tion » pour le poste aux Na­tions unies. Il a ajou­té que sa fille se­rait «de la dy­na­mite» pour le poste. Il n’est pas sûr « qu’il y ait quel­qu’un de plus com­pé­tent dans le monde ». Mais « ce­la ne veut pas dire que je la choi­si­rais... je se­rais alors ac­cu­sé de né­po­tisme », a ajou­té le Pré­sident. Dans un tweet, Ivan­ka Trump a dé­cla­ré que c’était un « hon­neur » de ser­vir la Mai­son Blanche, mais qu’elle ne se­rait pas la suc­ces­seure de Nik­ki Ha­ley. En route vers l’Io­wa, Do­nald Trump n’a pas ré­vé­lé les noms des cinq can­di­dats, mais a confir­mé que Di­na Po­well était à l’étude pour le poste. « Di­na ai­me­rait ça », a dé­cla­ré le Pré­sident.

Les membres de la di­rec­tion du Sé­nat ré­pu­bli­cain ont iden­ti­fié une pré­oc­cu­pa­tion po­ten­tielle se­lon la­quelle Di­na Po­well de­vrait se ré­cu­ser dans cer­taines af­faires à l’ONU, étant don­né que, chez Gold­man, elle est « char­gée d’ai­der à éta­blir et à amé­lio­rer les re­la­tions de la so­cié­té avec des clients sou­ve­rains du monde en­tier », se­lon sa page bio­gra­phique, une ré­fé­rence aux gou­ver­ne­ments étran

Lire AM­BAS­SA­DEUR en page II

SIPA PRESS

Nik­ki Ha­ley et Do­nald Trump à la Mai­son Blanche, le 9 oc­tobre 2018. A la sur­prise gé­né­rale, elle a an­non­cé quit­ter son poste d’am­bas­sa­drice des Etats-Unis aux Na­tions unies, et ce, dès la fin de l’an­née 2018.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.