Ap­prendre au­jourd’hui pour tra­vailler de­main

L'Opinion - - Opposition : La Grande Panne - Reza Ma­lek­za­deh

ADAP­TER L’ÉDU­CA­TION d’au­jourd’hui au monde du tra­vail de de­main est un dé­fi ma­jeur. Des pistes com­mencent à se des­si­ner en Ca­li­for­nie. Ce­la veut dire tout d’abord re­non­cer à la no­tion d’élite au pro­fit de la fonc­tion d’ex­pert. L’édu­ca­tion prend la forme d’un en­ton­noir où, au fur et à me­sure, de très nom­breuses per­sonnes sont lais­sées de cô­té et ne sont pas for­mées pour les mé­tiers d’au­jourd’hui, en­core moins ceux de de­main. Que ce soit en s’ap­puyant sur l’ex­cel­lence en France ou sur l’ar­gent aux Etats-Unis, le sys­tème est conçu par les ga­gnants et pour les ga­gnants. Il y a un moule pour réus­sir et ne pas en­trer dans ce moule est presque une ga­ran­tie d’échec.

L’édu­ca­tion de de­main doit donc pou­voir te­nir compte de chaque type de per­son­na­li­té et être plus per­son­nelle, plus souple et adap­table aux in­di­vi­dua­li­tés. Les mé­tiers de de­main se dé­fi­ni­ront plus par les com­pé­tences re­quises pour les exer­cer que par la va­li­da­tion de connais­sances sco­laires. La tech­no­lo­gie met à notre dis­po­si­tion une quan­ti­té in­fi­nie d’in­for­ma­tions et l’es­prit cri­tique qui consiste à bien cher­cher a dé­jà plus de va­leur que le conte­nu de cette in­for­ma­tion elle-même.

Faire évo­luer l’édu­ca­tion veut aus­si dire éta­blir une cor­ré­la­tion entre la réus­site de l’école et celle de ses élèves. Aux Etats-Unis, les uni­ver­si­tés mettent l’ac­cent sur le mé­ca­nisme qui per­met d’y ac­cé­der et ce mé­ca­nisme est un pro­ces­sus éco­no­mique lu­cra­tif. Le sys­tème a les yeux fixés sur l’en­trée des étu­diants, pas sur leur réus­site à la sor­tie. L’école d’in­for­ma­tique Hol­ber­ton (San Fran­cis­co) s’avère un contre-exemple : les études y sont payées par les étu­diants à leur sor­tie ; ceux-ci se sont en­ga­gés à ver­ser un pour­cen­tage de leur sa­laire une fois dans la vie ac­tive. Le prix de leurs études est donc fonc­tion de leur réus­site une fois celles-ci ache­vées. Ce sys­tème per­met de mettre l’école à la por­tée d’étu­diants qui n’au­raient sans doute pas eu les moyens d’y en­trer. Réus­sir dans ce contexte veut dire sor­tir en ayant ac­quis les com­pé­tences qui per­mettent de s’adap­ter aux trans­for­ma­tions de de­main.

Exa­mens en ligne. L’édu­ca­tion de de­main, en­fin, doit s’af­fran­chir des no­tions de temps et d’es­pace. La trans­for­ma­tion nu­mé­rique en marche nous montre bien qu’il n’est pas né­ces­saire de se trou­ver au même en­droit à un même mo­ment pour ap­prendre. Le suc­cès des TED talks et l’ex­plo­sion de la par­ti­ci­pa­tion aux cours en ligne dans les uni­ver­si­tés amé­ri­caines nous montrent com­bien l’in­di­vi­du est ca­pable de na­vi­guer dans une offre plé­tho­rique d’en­sei­gne­ments et de choi­sir ce­lui qui lui cor­res­pond, à un mo­ment don­né de son par­cours. Les exa­mens ne se pas­se­ront sans doute plus dans une salle de classe mais en ligne. Le par­tage des res­sources est une for­mi­dable op­por­tu­ni­té de dé­mo­cra­ti­ser l’ac­cès à l’édu­ca­tion et de la per­son­na­li­ser. Les in­di­vi­dus se­ront sans doute en « for­ma­tion per­pé­tuelle » re­vi­si­tant sans cesse leurs be­soins en termes de connais­sances.

L’en­jeu n’est pas tant la mé­mo­ri­sa­tion des connais­sances que la mé­thode pour ré­soudre une dif­fi­cul­té, un pro­blème, pour trou­ver une so­lu­tion, ou créer. Ap­prendre à ap­prendre est une res­source, non une connais­sance au sens propre. Les mo­dèles d’école comme Hol­ber­ton School vont dans cette di­rec­tion en de­man­dant à leurs étu­diants d’être des ap­pre­nants, c’est-à-dire d’ap­prendre de ma­nière ac­tive et vo­lon­taire plu­tôt que de re­ce­voir un sa­voir.

Ain­si que le dit Mi­chel Tar­dy : « L’édu­ca­tion ne consiste pas à ga­ver mais à don­ner faim ! » Réin­ven­ter l’édu­ca­tion sup­pose dé­jà d’en prendre conscience. Ins­tal­lé de­puis vingt ans dans la Si­li­con Val­ley, Reza Ma­lek­za­deh est as­so­cié chez Par­tech Ven­tures.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.