Etat-ac­tion­naire : at­ten­tion au syn­drome Bull !

L'Opinion - - Opposition : La Grande Panne - Ni­co­las Le­caus­sin t @N_Le­caus­sin

LA PAR­TI­CI­PA­TION DE L’ETAT au ca­pi­tal d’en­tre­prises en­traîne de nom­breux ef­fets per­vers. Ces en­tre­prises, fi­nan­cées par les contri­buables et main­te­nues en vie même en cas de mau­vais ré­sul­tats chro­niques, sont dis­pen­sées d’avoir à se mon­trer aus­si com­pé­ti­tives et in­no­vantes que les en­tre­prises pri­vées.

L’his­toire de la dette de la SNCF est symp­to­ma­tique. Il y a quelques mois, les pou­voirs pu­blics an­non­çaient une re­prise (d’une par­tie) de la dette ac­cu­mu­lée par la SNCF sans au­cun im­pact sur les fi­nances pu­bliques. Il s’agit d’en­vi­ron 35 mil­liards d’eu­ros pour une en­tre­prise pu­blique qui re­çoit 13 mil­liards d’eu­ros de sub­ven­tions pu­bliques par an ! Au­jourd’hui, on com­prend que le gou­ver­ne­ment nous a men­ti. La dette de la SNCF est trans­fé­rée dans les comptes de l’Etat. Avec cette opé­ra­tion, la dette de la France est pas­sée de 96,8 à 98,5 % du PIB. Au lieu de ré­for­mer la SNCF, en fer­mant par exemple les pe­tites lignes, car les trains sont vides et coûtent très cher aux contri­buables. Ce­ci au­rait fait éco­no­mi­ser 1,2 mil­liard d’eu­ros par an au mi­ni­mum. Ou bien en ré­for­mant le sta­tut et les pri­vi­lèges des agents. Par com­pa­rai­son, un em­ployé de la Deutsche Bahn est cinq fois plus pro­duc­tif qu’un agent de la SNCF, et il fau­drait sup­pri­mer au moins 40 000 postes en France pour que la SNCF ait la même pro­duc­ti­vi­té que la Deutsche Bahn.

Conflits in­ternes. Le cas de la SNCF montre que les en­tre­prises pu­bliques fran­çaises jouissent d’un sta­tut qui les em­pêche de s’adap­ter et de se mo­der­ni­ser. Quand l’ar­gent (pu­blic) coule à flots, il n’y a au­cune rai­son de chan­ger et on peut même se de­man­der à quoi sert leur PDG, si ce n’est à ré­gler les conflits in­ternes qui sont, pour la plu­part, des de­mandes des syn­di­cats pour plus de pri­vi­lèges : hausse et mul­ti­pli­ca­tion des primes, plus de jour­nées de ré­cu­pé­ra­tion après un tra­vail de nuit, aug­men­ta­tion de la du­rée des congés an­nuels, etc.

De la même ma­nière, il y a lieu de s’in­quié­ter de la pré­sence de l’Etat au ca­pi­tal de grandes en­tre­prises de Dé­fense. Dis­po­sant de pou­voirs de contrôle si­gni­fi­ca­tifs sur ces en­tre­prises, il concourt à la no­mi­na­tion de leurs di­ri­geants qui, bien souvent is­sus d’autres sphères, n’ont au­cun af­fec­tio so­cie­ta­tis avec l’en­tre­prise dont ils prennent les rênes. Un pa­ra­chu­tage au som­met sus­cep­tible de leur faire prendre de mau­vaises dé­ci­sions, et contri­buant à un cer­tain mé­lange des genres, puisque l’Etat est bien souvent le prin­ci­pal, voire le seul client de ces so­cié­tés. Dans un rap­port pu­blié en 2013 et por­tant sur la pré­sence de l’Etat au ca­pi­tal d’en­tre­prises de Dé­fense, la Cour des comptes ne di­sait pas autre chose, re­gret­tant que l’Etat ait « du mal à ar­bi­trer entre des in­té­rêts par­fois contra­dic­toires ».

Face à ces si­tua­tions, les pa­trons de ces en­tre­prises pu­bliques peuvent choi­sir de… se la cou­ler douce. Moins bien payés que les di­ri­geants d’en­tre­prises pri­vés, ils sont aus­si, mé­ca­ni­que­ment, moins per­for­mants, puis­qu’on est moins exi­geants avec eux. Il fau­drait donc ré­for­mer, pri­va­ti­ser et éloi­gner l’Etat et les po­li­tiques de la gou­ver­nance des en­tre­prises ! Sans quoi toutes ces en­tre­prises risquent de fi­nir comme la so­cié­té Bull, du nom de cette en­tre­prise « ai­dée » plu­sieurs fois par l’Etat, na­tio­na­li­sée en 1982 et mise sous per­fu­sion d’ar­gent pu­blic en 1991 après avoir per­du presque 20 mil­liards de francs en trois ans. La so­cié­té, qui a coû­té aux contri­buables fran­çais plus que la pre­mière guerre du Golfe, est l’exemple par­fait de l’échec de l’in­ter­ven­tion­nisme éta­tique.

Ni­co­las Le­caus­sin est di­rec­teur de l’Iref (Ins­ti­tut de re­cherches éco­no­miques et fis­cales).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.