En Nou­velle-Ca­lé­do­nie, l’« ac­com­plis­se­ment dé­mo­cra­tique »

L'Opinion - - La Une - Ré­mi Go­deau t @re­mi­go­deau

Puisque le mo­dèle au­to­ri­taire-na­tio­na­liste fait école jus­qu’en France, puisque les po­pu­listes ba­fouent sans ver­gogne l’Etat de droit au nom du peuple, puisque les dé­ma­gogues illi­bé­raux n’ont de cesse de dé­ni­grer la démocratie li­bé­rale, il faut sa­luer le ré­fé­ren­dum ca­lé­do­nien. Une cam­pagne se­reine, une par­ti­ci­pa­tion éle­vée et une vic­toire du « non » ac­cep­tée va­lident une mé­thode qui a fait le pa­ri de l’in­tel­li­gence col­lec­tive. Et vu le chaos qui ré­gnait sur le Caillou voi­là trente ans, ce n’était pas ga­gné d’avance ! Plus en­core, le vote du week-end il­lustre cet « ac­com­plis­se­ment dé­mo­cra­tique » dé­crit par Con­dor­cet.

Tous les in­gré­dients y sont. D’abord, la confiance dans les ins­ti­tu­tions : ja­mais en trente ans, de­puis les Ac­cords de Ma­ti­gnon puis de Nou­méa, la Ré­pu­blique n’a dé­vié de sa pro­messe de pro­ces­sus né­go­cié d’éman­ci­pa­tion, ali­men­tant ain­si le cercle ver­tueux de la res­pon­sa­bi­li­té. En­suite, le par­tage d’un lan­gage pour éla­bo­rer ac­cords et désaccords : c’est peu dire qu’avec la poi­gnée de main entre Jean-Ma­rie Tji­baou et Jacques La­fleur, Mi­chel Ro­card a su re­nouer le dia­logue, clé de la ré­so­lu­tion pa­ci­fique du conflit. En­fin, la ca­pa­ci­té des ci­toyens à dé­li­bé­rer de fa­çon éclai­rée : à mille lieues du coup de sang « Brexit », la consul­ta­tion n’a été que l’abou­tis­se­ment d’une dé­marche in­no­vante pour dé­fi­nir un des­tin com­mun.

Certes, la so­cié­té ca­lé­do­nienne reste di­vi­sée, sa classe po­li­tique po­la­ri­sée. Et la ques­tion de l’in­dé­pen­dance n’est tou­jours pas sol­dée, un ou deux autres scru­tins étant dé­sor­mais at­ten­dus. Il n’em­pêche. Loin de la dé­fiance gé­né­ra­li­sée, des fake news sys­té­ma­ti­sées et des di­vi­sions ins­tru­men­ta­li­sées, l’« étape his­to­rique » fran­chie par la Nou­vel­leCa­lé­do­nie di­manche dé­montre qu’une démocratie apai­sée est ca­pable de fa­bri­quer du consen­sus, d’éla­bo­rer des so­lu­tions sans écar­ter per­sonne. Ce n’est pas la moindre de ses le­çons.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.