Les grandes am­bi­tions de Google à New York

L'Opinion - - The Wall Street Journal - Dou­glas MacMillan, Eliot Brown et Pe­ter Grant. (avec Ka­tie Ho­nan et Craig Kar­min)

Google se pré­pare à étendre sa pré­sence à New York, avec un pro­jet im­mo­bi­lier qui pour­rait ac­cueillir plus de 12 000 nou­veaux sa­la­riés. Ce qui dou­ble­rait presque les ef­fec­tifs du mo­teur de re­cherche pré­sents dans la ville, se­lon des sources proches du dos­sier.

Ce pro­jet, que nous ré­vé­lons, per­met­trait à Google d’ac­cueillir près de 20 000 per­sonnes en tout dans la ville, ce qui ri­va­li­se­rait avec les quelque 25 000 em­plois qu’Ama­zon pré­voit de créer si son pro­jet de nou­veaux lo­caux à New York est me­né à son terme.

La fi­liale d’Al­pha­bet est proche d’un ac­cord pour ache­ter ou louer un pro­gramme im­mo­bi­lier de 121 000 mètres car­rés à St. John’s Ter­mi­nal, dans le quar­tier du West Village à New York, se­lon des sources proches de ces dis­cus­sions. L’im­meuble, dont la construc­tion de­vrait se ter­mi­ner en 2022, per­met­trait à Google d’ac­cueillir plus de 8 500 sa­la­riés, si l’on se ré­fère au stan­dard de 14 m² par per­sonne.

En outre, Google pré­voit d’agran­dir ses lo­caux ac­tuels de Chel­sea Mar­ket d’en­vi­ron 28 000 m², se­lon des sources bien in­for­mées. Si on ajoute le pro­jet dé­jà an­non­cé de lo­caux à Pier 57, soit 23 000 m², ce­la fait as­sez de place pour plus de 3 500 sa­la­riés.

Une porte-pa­role de Google a re­fu­sé de confir­mer les né­go­cia­tions concer­nant le pro­gramme à St. John’s Ter­mi­nal. Elle in­dique que Google pré­voit d’agran­dir Pier 57 pour ajou­ter un es­pace col­lec­tif, un jar­din d’hi­ver et un ar­rêt de ba­teau­taxi ou­vert au pu­blic. L’en­tre­prise a an­non­cé en mars avoir ache­té Chel­sea Mar­ket à Man­hat­tan pour 2,4 mil­liards de dol­lars, mais ac­cep­té d’en main­te­nir une par­tie à la lo­ca­tion pour les com­merces et les pro­duits ali­men­taires. Le pro­prié­taire de St. John’s Ter­mi­nal, Ox­ford Pro­per­ties Group, une fi­liale de l’On­ta­rio Mu­ni­ci­pal Em­ployees Re­ti­re­ment Sys­tem, a re­fu­sé de ré­pondre à nos ques­tions.

Cette ex­ten­sion est le der­nier signe de la conquête ra­pide des géants de la tech au-de­là des fron­tières tra­di­tion­nelles du sec­teur sur la Côte Ouest. Ama­zon, Google, Apple et d’autres jouent des coudes pour construire des bu­reaux en de­hors de Seat­tle et de la Si­li­con Val­ley, dans des en­droits où l’im­mo­bi­lier et les ta­lents sont moins chers, et où les mu­ni­ci­pa­li­tés sont par­fois en­clines à conclure des ac­cords en vue d’at­ti­rer un em­ployeur de poids dis­po­sant d’un gros po­ten­tiel de crois­sance.

La quête d’Ama­zon, toute l’an­née du­rant, d’un se­cond siège, a vu s’af­fron­ter des cen­taines de villes nord-amé­ri­caines dans une ba­taille de ti­tans pour conclure un ac­cord qui pro­met de créer 50 000 em­plois et d’ap­por­ter plus de 5 mil­liards de dol­lars d’in­ves­tis­se­ments à la ville qui l’em­por­te­ra, sur près de vingt ans. Lun­di, le Wall Street Jour­nal a rap­por­té qu’Ama­zon pré­voyait fi­na­le­ment de di­vi­ser son nou­veau siège en deux, dans deux en­droits dif­fé­rents, plu­tôt que de choi­sir une seule ville. Ce qui di­vi­se­ra éga­le­ment par deux le nombre po­ten­tiel d’em­plois dans cha­cune des villes.

New York est l’une de ces fi­na­listes, aux cô­tés de Dal­las, et Crys­tal Ci­ty dans le nord de la Vir­gi­nie. Ama­zon né­go­cie pour lo­ca­li­ser l’un de ses sièges à Long Is­land Ci­ty, dans le Queens, se­lon des sources proches du dos­sier. Mais il n’a pas en­core pris de dé­ci­sion.

Google, en re­vanche, a éten­du ré­gu­liè­re­ment sa pré­sence sur la Côte Est, sans tam­bour ni trom­pette. L’en­tre­prise, qui a ou­vert son pre­mier bu­reau à New York en 2000, a dé­mé­na­gé dans l’im­meuble gi­gan­tesque si­tué au 111 sur la 8e Ave­nue en 2006. Cet im­meuble, que Google a ache­té 1,9 mil­liard de dol­lars en 2010, est res­té son bu­reau prin­ci­pal à New York, tan­dis qu’il es­sai­mait dans des im­meubles voi­sins de l’autre cô­té de la rue à Chel­sea Mar­ket, sur la 10e Ave­nue, et à Pier 57. Une ligne droite qui part de l’ouest de la 8eA­ve­nue jus­qu’à l’Hud­son.

L’en­tre­prise em­ploie ac­tuel­le­ment un peu plus de 7 000 sa­la­riés à New York, soit en­vi­ron 8 % de ses ef­fec­tifs mon­diaux. New York pour­rait de­ve­nir le pro­chain front de la ba­taille im­mo­bi­lière entre Ama­zon et Google, dont la ri­va­li­té pour la pre­mière place dans les re­cherches des consom­ma­teurs qui veulent ache­ter un pro­duit sur In­ter­net s’ac­cé­lère.

L’ava­lanche po­ten­tielle de créa­tions d’em­plois à New York est une bé­né­dic­tion pour la mu­ni­ci­pa­li­té, qui cherche à faire de la ville une plaque-tour­nante de l’éco­no­mie du sec­teur tech­no­lo­gique, en plein boom.

L’an­cien maire Mi­chael Bloom­berg dé­fen­dait le dé­ve­lop­pe­ment d’une in­dus­trie tech­no­lo­gique lo­cale, dont le cam­pus à 2 mil­liards de dol­lars Cor­nell Tech, sur Roo­se­velt Is­land, qui a ou­vert l’an­née der­nière, est un exemple.

D’autres po­li­ti­ciens ont fait mi­roi­ter des ré­duc­tions d’im­pôts et des sub­ven­tions pour en­cou­ra­ger les en­tre­prises de la tech à s’ins­tal­ler à New York. Le gou­ver­neur An­drew Cuo­mo a dé­cla­ré en dé­but de se­maine qu’il avait as­sem­blé une sé­rie d’avan­tages pour sé­duire Ama­zon, tan­dis que Ne­wark et le New Jer­sey pro­po­saient 7 mil­liards de dol­lars d’avan­tages au géant de l’e-com­merce pour qu’il y ins­talle son se­cond siège.

Google in­dique qu’il n’a pas de­man­dé de sub­ven­tions ni de ré­duc­tions d’im­pôts, pour au­cune de ses pro­prié­tés à New York.

Le site web de Google liste plus de 240 postes à pour­voir à New York, no­tam­ment dans la pu­bli­ci­té, la vente, le de­si­gn et l’in­gé­nie­rie. Ama­zon af­fiche de son cô­té plus de 600 postes à pour­voir dans la ré­gion, al­lant du sa­la­rié en en­tre­pôt pour ses pla­te­formes lo­gis­tiques du New Jer­sey, au cher­cheur et au spé­cia­liste du re­cru­te­ment à New York.

Google dis­pose d’un large es­pace pour se dé­ve­lop­per au sein de ses 437 000 m² de bu­reaux exis­tants à New York, oc­cu­pés en par­tie par d’autres en­tre­prises dis­po­sant de baux de longue du­rée. Au fur et à me­sure que ceux­ci ex­pirent, Google in­ves­tit les es­paces va­cants. On ne sait pas exac­te­ment quelle sur­face est louée à des tiers, mais ce­la re­pré­sente un es­pace suf­fi­sant pour plu­sieurs mil­liers d’em­ployés sup­plé­men­taires, se­lon une source proche du dos­sier.

SI­PA PRESS

Des bu­reaux de Google à New York. Le mo­teur de re­cherche cherche à s’y agran­dir via des pro­grammes im­mo­bi­liers pour ac­cueillir 20 000 sa­la­riés sup­plé­men­taires. Une bé­né­dic­tion pour la ville où Ama­zon pour­rait aus­si ins­tal­ler un de ses nou­veaux sièges.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.