Le ren­dez-vous des col­lec­tion­neurs

L'Orne Combattante (FL) - - Loisirs -

Un sa­lon mul­ti­col­lec­tions est or­ga­ni­sé ce di­manche 15 no­vembre, à La Lande-pa­try, par les membres du club mul­ti­col­lec­tions lan­dais. Ça se passe à la salle Emile-hal­bout, de 9 heures à 17 h 30 !

Une ving­taine de col­lec­tion­neurs se­ra pré­sente pour mon­trer au pu­blic leurs dif­fé­rents ob­jets, les vendre ou les échan­ger. Et il y en au­ra pour tous les goûts entre les cartes pos­tales, les verres à bière, les pe­tites voi­tures, les fi­gu­rines, les fèves et autres mu­se­lets de cham­pagne…

Col­lec­tion­neur de­puis presque tou­jours

« 200 à 300 per­sonnes passent pen­dant la jour­née » , confie Mi­chel Rous­sel, le pré­sident du club. Et par­mi les col­lec­tions qui ont les fa­veurs du pu­blic : « il y a les cartes pos­tales et les fèves » . Deux ren­dez-vous sont or­ga­ni­sés dans l’an­née. En 2016, les dates du 21 fé­vrier et du 20 no­vembre ont dé­jà été re­te­nues.

Mi­chel Rous­sel est un col­lec­tion­neur de­puis « presque tou­jours » . Il a com­men­cé par les timbres, dans les an­nées 60, puis sont ve­nues les fa­meuses fi­gu­rines ca­chées dans les oeufs en cho­co­lat.

De­puis, le pré­sident du club et sa femme col­lec­tionnent tout ce qui a trait à Tin­tin, à l’émis­sion Bonne nuit les pe­tits ou en­core à la sé­rie d’ani­ma­tion Le Ma­nège en­chan­té et son chien Pol­lux. Il y a aus­si les trains élec­triques, quelques voi­tures mi­nia­tures, « celle que j’ai conduites » …

46 000 fèves

Mais la col­lec­tion la plus im­por­tante du couple est celle des fèves. « J’ai dé­cou­vert les fèves, il y a en­vi­ron 25 ans, avec ma femme. Elle en avait 850. Au­jourd’hui, nous en avons en­vi­ron 46 000 » , ex­plique le pré­sident. Mi­chel Rous­sel en pos­sède de toutes sortes « de toutes les formes et de toutes les cou­leurs » , sou­rit- il. Et il ar­rive que des fois cer­taines pièces soient en rap­port avec d’autres col­lec­tions comme celles du Ma­nège en­chan­té.

Le col­lec­tion­neur est tou­jours à la re­cherche de sé­ries de fèves et n’hé­site pas à se dé­pla­cer comme à Quim­per­let, où il trouve chaque an­née, son bon­heur. « Ils font des fèves ori­gi­nales » , constate-t-il. Mais pas ques­tion pour Mi­chel Rous­sel de mettre des for­tunes dans les fèves. « Je marche au coup de coeur. Elles ont plus une va­leur sen­ti­men­tale. D’ailleurs, il n’y a pas de co­ta­tion pour les fèves contrai­re­ment aux timbres, par exemple. Mais au­jourd’hui, elles coûtent de plus en plus cher. Le sou­ci, c’est que plus il y a de col­lec­tion­neurs, plus leurs prix sont éle­vés » .

Lors du Sa­lon, le pré­sident es­père pou­voir échan­ger quelques pièces qu’il a en double. « Je n’en cherche pas en par­ti­cu­lier si­non, j’en cher­che­rais des mil­liers. C’est sur l’ins­tant » .

Le pu­blic trou­ve­ra lui aus­si à coup sûr son bon­heur. Mi­chel Rous­sel es­père que, cette an­née en­core, il vien­dra en nombre.

Pra­tique : Sa­lon mul­ti­col­lec­tions, di­manche 15 no­vembre, à la salle Emile-hal­bout, à La Lan­dePa­try, de 9 heures à 17 h 30. En­trée gra­tuite. Pos­si­bi­li­té de res­tau­ra­tion sur place.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.