Char­pen­tiers-cou­vreurs de pères en fils

L'Orne Combattante (FL) - - PUTANGES ET SON PAYS -

L’en­tre­prise Pi­vert de Sainte-Ho­no­rine-laGuillaume tra­vaille ac­tuel­le­ment à la res­tau­ra­tion de la char­pente de l’église du XIIIe siècle de Mé­guillaume à Chê­ne­douit, sur les pas des maîtres char­pen­tiers du Moyen-Âge. La char­pente ter­mi­née, ils vont la re­cou­vrir des tuiles ré­cu­pé­rées de l’église, d’autres tuiles an­ciennes et en rive, de tuiles en bois de châ­tai­gnier, comme ce­la se fai­sait à l’époque.

Ce se­ra le der­nier chan­tier de Serge Pi­vert. Il prend sa re­traite à la fin du mois de mars et passe le re­lais à son fils Ber­trand.

« La pre­mière ins­crip­tion de l’en­tre­prise au Re­gistre des métiers date du 13 oc­tobre 1952, par mon père, Re­né Pi­vert » , se sou­vient Serge Pi­vert. « Il est dé­cé­dé ac­ci­den­tel­le­ment en tom­bant d’un écha­fau­dage, de­vant mes yeux, le 8 no­vembre 1980. J’avais alors 24 ans. C’est Ber­trand, né en 1985, qui va re­prendre l’en­tre­prise. Mon père doit être fier, là-haut. »

« Ce n’est ja­mais la même chose »

« J’ai eu la chance de res­tau­rer beau­coup de bâ­ti­ments an­ciens et des églises. Ce n’est ja­mais la même chose. Ré­pondre à des mar­chés neufs ou an­ciens, c’est la force de l’en­tre­prise. »

Ber­trand Pi­vert pour­suit : « on a vrai­ment des mar­chés dif­fé­rents, de la ré­no­va­tion, de la mem­brane, des toits plats nou­veaux, et aus­si bien l’uti­li­sa­tion de ma­té­riaux an­ciens, ce qui nous per­met de pou­voir ré­pondre aux at­tentes des gens. »

Ber­trand Pi­vert a eu son CAP de cou­ver­ture en 2003 avec la men­tion de Meilleur ap­pren­ti du dé­par­te­ment, puis il est par­ti tra­vailler dans une autre en­tre­prise où il a pas­sé son CAP et Bre­vet Pro­fes­sion­nel de char­pente, avant de re­ve­nir dans l’en­tre­prise fa­mi­liale.

« Un tra­vail dé­li­cat »

Pas­sion­né par son mé­tier, Ber­trand Pi­vert rap­pelle qu’à « Mé­guillaume, les tra­vaux ont dé­mar­ré en dé­cembre 2015 avec la mise en place de la nou­velle ferme de char­pente sur le pi­gnon de l’église. Et de­puis un mois, j’en­cadre les tra­vaux de la char­pente.

C’est un tra­vail dé­li­cat, avec un ar­chi­tecte très à che­val sur le res­pect du pa­tri­moine. Il y a l’usure, la fra­gi­li­té de la char­pente et la com­plexi­té à ré­adap­ter du neuf sur de l’an­cien très dé­for­mé par le temps. Il y a des dé­tails tech­niques du fa­çon­nage et es­thé­tiques, au ni­veau du bois, qui sont très im­por­tants aux yeux du conser­va­teur. C’est la pre­mière fois que je tra­vaille sur un bâ­ti­ment aus­si an­cien et en con­tact di­rect avec les dé­ci­sion­naires. Je vais conti­nuer dans ce do­maine de la res­tau­ra­tion du pa­tri­moine. »

Quant à la re­prise de l’en­tre­prise fa­mi­liale, Ber­trand se dit sa­tis­fait. « Ce­la donne du coeur à l’ou­vrage. On a en­vie de faire mieux et, à la li­mite, de dé­pas­ser son père et pous­ser l’en­tre­prise vers le haut. On est spé­cia­li­sé dans la char­pente et la cou­ver­ture an­ciennes, avec des as­tuces propres à notre en­tre­prise et nous avons une équipe de per­sonnes spé­cia­li­sées. Je pense que mon père vien­dra tou­jours, en temps que sage, don­ner un oeil bien­veillant sur mon évo­lu­tion.

J’aime mon tra­vail et j’ai tou­jours ai­mé ce qui gra­vite au­tour de la char­pente et de la cou­ver­ture, pour la po­ly­va­lence des tra­vaux, mo­dernes ou an­ciens. »

Pra­tique : En­tre­prise Pi­vert, la Cha­le­tière à Sain­teHo­no­rine-la-Guillaume. Tél. 06 20 09 31 40.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.