Le mi­nistre s’en­gage

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE - Maxime Tur­ber­ville

Lun­di, à l’is­sue de sa ve­nue à Con­dé, le mi­nistre de l’Eco­no­mie, Em­ma­nuel Ma­cron a ren­con­tré les sa­la­riés de Le Cha­meau et s’est en­ga­gé à les ai­der.

Lors de sa vi­site lun­di 21 mars, une qua­ran­taine de sa­la­riés de Le Cha­meau ont in­ter­pel­lé Em­ma­nuel Ma­cron sur la si­tua­tion de l’usine.

« Ar­rê­tez le mas­sacre. Le Cha­meau peut et doit vivre » Lun­di, à la fin de la réunion entre Em­ma­nuel Ma­cron et les chefs d’en­tre­prises à Con­dé-en-Nor­man­die, le Mi­nistre est ve­nu échan­ger dans le calme avec les sa­la­riés pré­sents.

« Il faut sau­ver le made in France », com­mence d’em­blée Alain Le­bas, dé­lé­gué Force ou­vrière qui s’ex­prime au nom de l’in­ter­syn­di­cale.

Pour rap­pel, il y a quelques mois, les sa­la­riés de Ca­han ont ap­pris que la pro­duc­tion se­ra dé­lo­ca­li­sée à Ca­sa­blan­ca, au Ma­roc, dans l’usine SCZ ap­par­te­nant à Le Cha­meau de­puis la fin des an­nées 40.

En no­vembre, ils avaient en­voyé une paire de bottes à Fran­çois Hol­lande. Ils disent ne ja­mais avoir re­çu de ré­ponse du chef de l’État. Cette se­maine, ils ont re­çu les pre­mières lettres de li­cen­cie­ment.

« Le pro­prié­taire de la marque Le Cha­meau ne veut pas vendre. Il ne veut pas lais­ser une concur­rence se pour­suivre l’Orne », re­prend Alain Le­bas.

« On peut faire ve­nir des in­ves­tis­seurs étran­gers », ré­pond Em­ma­nuel Ma­cron. « L’équipe pro­duc­tive est prête à re­par­tir, as­sure Alain Le­bas. On a un sa­voir-faire ici. »

Deux ren­dez-vous en 48 h

Dès le lun­di après-mi­di, une dé­lé­ga­tion de sa­la­riés était re­çue par le com­mis­saire au re­dres­se­ment pro­duc­tif en Basse-Nor- man­die, El Hou­cine Ouar­raou.

« Il y a une per­sonne que je connais per­son­nel­le­ment qui est prête à in­ves­tir, confie Alain Le­bas, à la fin de la réunion sans vou­loir dé­voi­ler son nom. Le com­mis­saire a pris con­tact avec elle. Il de­vrait y avoir une réunion pro­chai­ne­ment. On croise les doigts. »

Pour Alain Le­bas, le pro­jet ne se fe­rait pas sur le site ac­tuel.

Une autre réunion s’est dé­rou­lée mar­di 22 mars à la sous­pré­fec­ture d’Ar­gen­tan sur « de­mande ex­press du Mi­nistre », rap­porte El Hou­cine Ouar­raou.

« Il y a la vo­lon­té de cer­tains sa­la­riés de faire per­du­rer la tra­di­tion de la botte. »

Mais le com­mis­saire au re­dres­se­ment pro­duc­tif tem­père : « At­ten­tion à ne pas faire mi­roi­ter cer­taines choses, les sa­la­riés sont réa­listes sur la si­tua­tion. Si pro­jet, il ne se­ra pas iden­tique à l’ac­tuel. Ce­la ne se fe­ra pas non plus dans deux mois. Nous al­lons re­lan­cer des pistes po­ten­tielles car les bottes font par­tie du pa­tri­moine in­dus­triel. »

Le Mi­nistre Em­ma­nuel Ma­cron est al­lé à la ren­contre des sa­la­riés Le Cha­meau dont Alain Le­bas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.