Dé­chet­te­ries : du chan­ge­ment

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE -

Au 1er avril, les dé­chet­te­ries prennent leur quar­tier d’été. Cette an­née, le Sir­tom de Flers/Con­dé a dé­ci­dé de faire évo­luer les ho­raires pour lut­ter, no­tam­ment, contre les agres­sions dont ont été vic­times plu­sieurs de ses gar­diens.

« C’est un vé­ri­table chan­ge­ment de fond. Pour évi­ter la valse des gar­diens, nous es­sayons dé­sor­mais, d’avoir un, voire deux gar­diens par dé­chet­te­rie » . Anne Mo­reau, di­rec­trice du Sir­tom Flers/Con­dé a pré­sen­té, la se­maine der­nière, les nou­veau­tés in­hé­rentes aux dé­chet­te­ries et leur chan­ge­ment d’ho­raires voire de jour d’ou­ver­ture.

Tin­che­bray et Con­dé concer­nés

C’est, en ef­fet, bien souvent au 1er avril que ces points d’ap­ports vo­lon­taires bas­culent sur les ho­raires es­ti­vaux. Mais à comp­ter du 1er avril 2016, le Sir­tom fait évo­luer éga­le­ment ses jours d’ou­ver­ture. Ain­si, la dé­chet­te­rie de Tin­che­bray se­ra fer­mée le jeu­di mais ou­vri­ra en contre­par­tie le lun­di ma­tin, idem pour celle de Con­dé qui se­ra fer­mée le mar­di mais ou­verte tout au long de la jour­née de jeu­di.

« Il s’agit d’uni­for­mi­ser les règles et les pra­tiques » pour­suit la di­rec­trice.

Lut­ter contre les agres­sions

Le Sir­tom a, en ef­fet, été confron­té à plu­sieurs agres­sions à l’en­contre de ses gar­diens.

« Des agres­sions ver­bales mais aus­si phy­siques » .

Cer­tains usa­gers in­dé­li­cats n’au­raient ain­si pas goû­té à une re­marque d’un gar­dien ou à un rap­pel du rè­gle­ment.

« Les gar­diens sont là pour orien­ter et gui­der les usa­gers et in­di­quer comment trier. Ils ne sont pas là pour dé­char­ger les re­morques et il n’y a pas à se scan­da­li­ser s’ils émettent des consignes » in­siste Anne Mo­reau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.