Le pro­jet de pôle de san­té avance

L'Orne Combattante (FL) - - PUTANGES ET SON PAYS -

Les dé­lé­gués de la Com­mu­nau­té de com­munes du Val d’Orne se sont réunis le mar­di 22 mars, à la salle com­mu­nale de Ménil-Gondouin, sous la pré­si­dence de Mo­nique Gui­bout, en pré­sence d’An­dré De­buire, per­cep­teur de Pu­tanges de­puis le 1er mars.

Pôle de San­té Li­bé­ral Am­bu­la­toire.

Lors de la der­nière ses­sion, il avait été confir­mé le choix du ter­rain pour le pro­jet de construc­tion du PSLA. Sur les 12 ca­bi­nets d’ar­chi­tectes ayant ré­pon­du à l’ap­pel d’offres, con­cer­nant la maî­trise d’oeuvre pour la construc­tion du PSLA, trois avaient été pré­sé­lec­tion­nés.

Mo­nique Gui­bout a in­for­mé les dé­lé­gués que le 14 mars der­nier, les trois ca­bi­nets d’ar­chi­tectes ont fait la pré­sen­ta­tion de leur pro­jet et la com­mis­sion d’ap­pels d’offres a choi­si l’ate­lier JSA de La Fer­té-Ma­cé, pour un mon­tant de 60 630 €.

La voi­rie étant sous la res­pon­sa­bi­li­té de la com­mune de Pu­tanges-le-Lac, Sé­bas­tien Le­roux, maire, a in­for­mé qu’ « In­gé­nie­rie 61 a pro­po­sé plu­sieurs va­riantes et se met­tra en re­la­tion avec l’ar­chi­tecte, pour trou­ver la meilleure op­tion tech­nique. Il y au­ra be­soin de sur­faces sup­plé­men­taires et j’ai con­tac­té les deux ri­ve­rains, qui sont ou­verts à dis­cus­sion. Il y au­ra aus­si né­ces­si­té d’avoir un par­king en face du PSLA. »

Mo­nique Gui­bout a rap­pe­lé que « grâce aux 76 % ou 78 % de sub­ven­tion con­cer­nant ce pro­jet, le prix du m² de lo­ca­tion pour les pro­fes­sion­nels de san­té, pour­rait se si­tuer aux alen­tours de 8,50 €, ce qui pa­raît très ac­ces­sible par rap­port à d’autres PSLA. »

À la ques­tion de dé­lé­gués con­cer­nant les dé­lais de réa­li­sa­tion du pro­jet, Mo­nique Gui­bout a in­di­qué que l’ap­pel aux ar­ti­sans se fe­ra fin juin, la 1re pierre se­rait po­sée en oc­tobre pro­chain et le PSLA de­vrait être opé­ra­tion­nel en sep­tembre 2017.

Com­mis­sion sco­laire.

Serge Clé­rem­baux, pré­sident de la com­mis­sion, a in­for­mé les dé­lé­gués com­mu­nau­taires de la bonne fré­quen­ta­tion des Temps d’Ac­ti­vi­tés Pé­ri­sco­laires qui se dé­roulent dans les trois pôles sco­laires de Pu­tanges, Bazoches-au-Houlme et Sainte Ho­no­rine-la-Guillaume.

Mo­nique Gui­bout a sou­li­gné « le pro­blème du temps des ac­ti­vi­tés pé­da­go­giques com­plé­men­taires à l’école de Sainte-Ho­no­rine qui ont lieu en même temps que les TAP, ce qui com­plique l’or­ga­ni­sa­tion pour les ani­ma­teurs, pour des rai­sons de salles non dis­po­nibles et d’élèves qui ne sont pas tou­jours pré­sents aux TAP. »

Serge Clé­rem­baux a pré­ci­sé que « le pro­blème se­ra vu avec Mé­la­nie, co­or­di­na­trice des TAP et la di­rec­trice de l’école, afin de trou­ver un ar­ran­ge­ment à cette si­tua­tion. »

Serge Clé­rem­baux a in­di­qué que de dé­cla­rer les TAP en ac­cueil col­lec­tif de mi­neurs, centre de loi­sirs, per­met­trait de di­ver­si­fier les ac­ti­vi­tés, par exemple le ju­do, et « per­met­trait de pré­tendre à une sub­ven­tion de 0,52 € de l’heure par en­fant par­ti­ci­pant aux TAP, ce qui cor­res­pon­drait sur l’an­née sco­laire, à une somme an­nuelle d’en­vi­ron 8 000 €. Pour ce­la, il fau­dra pro­cé­der à une dé­cla­ra­tion au­près de la Di­rec­tion Dé­par­te­men­tale de la Co­hé­sion So­ciale, qui nous im­pose de res­pec­ter le taux d’en­ca­dre­ment obli­ga­toire confor­mé­ment à la ré­gle­men­ta­tion. Cette or­ga­ni­sa­tion semble pos­sible, puisque nous res­pec­tons dé­jà ces normes. Ce­pen­dant, ce­la dé­pen­dra des ef­fec­tifs de la ren­trée de sep­tembre 2016. »

Serge Clé­rem­baux a in­for­mé de l’aug­men­ta­tion de la par­ti­ci­pa­tion de la com­mis­sion sco­laire, con­cer­nant l’école pri­vée pour l’an­née 2016, « cette évo­lu­tion est due au fait des dé­penses qui ne cessent d’aug­men­ter, mais aus­si au fait que les écoles pu­bliques ac­cueillent moins d’en­fants au 1er jan­vier (336), par rap­port à l’an­née 2015 (341), et à l’aug­men­ta­tion des ef­fec­tifs de l’école Sainte-Thé­rèse qui passent de 96 élèves à 101. »

Il a aus­si pré­ci­sé que le bud­get cul­ture qui était at­tri­bué au­pa­ra­vant aux écoles, a été sup­pri­mé et que pour l’ac­qui­si­tion d’or­di­na­teurs et de vi­déo-ré­tro­pro­jec­teurs sou­hai­tés par les écoles, il pour­rait y avoir une pos­si­bi­li­té de faire une de­mande de DETR.

Com­mis­sion

sports.

Joël Le­coeur, pré­sident de la com­mis­sion sports, a rap­pe­lé que l’éclai­rage du grand ter­rain de foot n’était pas sub­ven­tion­nable et que seul le pe­tit ter­rain pour­rait en bé­né­fi­cier. Ne pou­vant pas s’en­traî­ner sur les ter­rains ex­té­rieurs, les 150 li­cen­ciés de l’USP Foot­ball s’en­traînent au gym­nase. « L’en­traî­ne­ment en hi­ver dans la salle, ne rem­place pas l’en­traî­ne­ment sur le ter­rain. »

Mo­nique Gui­bout a in­for­mé qu’elle avait con­tac­té Yves Goas­doué, dé­pu­té, qui lui avait pro­mis une sub­ven­tion sur sa ré­serve par­le­men­taire.

Joël Le­coeur a éga­le­ment in­di­qué que l’éclai­rage de la salle de sports com­porte des zones d’ombres du cô­té des buts et qu’il fau­drait ra­jou­ter 4 lampes de chaque cô­té. Ces tra­vaux se­ront faits en même temps que la ré­vi­sion du chauf­fage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.