Marche Pè­le­rine sur Ba­zin

L'Orne Combattante (FL) - - TINCHEBRAY ET SON PAYS -

Frênes.

En 2017, on fê­te­ra les 250 ans de la nais­sance du Père Ba­zin, né à Frênes, fon­da­teur de la com­mu­nau­té des soeurs de la Mi­sé­ri­corde de Sées. En avril 2015, Mgr Jacques Ha­bert était ve­nu à Frênes lan­cer les deux an­nées de cé­lé­bra­tions et ma­ni­fes­ta­tions pré­cé­dant la date an­ni­ver­saire. Des ren­contres, des ac­tions se dé­roulent en Espagne, au To­go, au Ca­me­roun, à la Réunion, là où se trouvent des com­mu­nau­tés des soeurs de la Mi­sé­ri­corde.

Sa­me­di 9 avril, les pè­le­rins étaient in­vi­tés à se ras­sem­bler à Frênes pour une jour­née par­ti­cu­lière de marche et de mé­dia­tion. Mgr Jacques Ha­bert a pris part à la marche, comme soeur Gre­go­ria Can­cho, su­pé­rieure des soeurs de la Mi­sé­ri­corde de Sées. Près de 100 pè­le­rins ont fait de même. Des re­pré­sen­tants de Mon­treuil, de Sées, de la Réunion, du To­go ou du Ca­me­roun s’étaient éga­le­ment dé­pla­cés. Le père Ba­zin (1767-1855) était diacre lorsque la Ré­vo­lu­tion a écla­té. Sa foi in­ébran­lable l’a pous­sé à l’exil, re­fu­sant de prê­ter ser­ment à la Cons­ti­tu­tion. Il a été or­don­né prêtre à Jer­sey avant de re­joindre Londres. Plus tard il a été au coeur de la ré­or­ga­ni­sa­tion du dio­cèse « homme d’uni­té, il tra­vailla avec ar­deur à ré­con­ci­lier le cler­gé di­vi­sé dans un dio­cèse pro­fon­dé­ment mo­di­fié ».

Il fonde la Con­gré­ga­tion des soeurs de la Mi­sé­ri­corde

De simple cu­ré, il est de­ve­nu di­rec­teur du sé­mi­naire. C’est en 1823 qu’il fon­da la Con­gré­ga­tion des Soeurs de la Mi­sé­ri­corde, of­frant la pos­si­bi­li­té aux ma­lades pauvres d’être soi­gnés eux aus­si. Il di­sait : « Je voyais d’un cô­té les pauvres gens qui mou­raient sans as­sis­tance spi­ri­tuelle et cor­po­relle, et je me de­man­dais ce que l’on pour­rait faire pour les se­cou­rir et leur pro­cu­rer la plus grande de toutes les grâces, celle d’une bonne mort… D’un autre cô­té, je sa­vais qu’il y avait dans le monde une foule de pauvres filles qui dé­si­raient em­bras­ser la vie re­li­gieuse et qui en étaient em­pê­chées, faute de pou­voir four­nir une dot. Leur sort m’at­tris­tait et je re­gret­tais qu’il n’y eût pas un Ordre pour les re­ce­voir ».

D’autres marches

En 1802 et 1803, de re­tour en France, il avait été nom­mé à la Cha­pelle de la Mare de Saint-Pierre-d’En­tre­mont puis à Clai­re­fou­gère. En ce 9 avril, après une prière du ma­tin en l’église Notre Dame de la Vi­si­ta­tion de Frênes en pré­sence de Mgr Ha­bert, les pè­le­rins se sont ren­dus jus­qu’à Saint Pierre à pied. Du­rant leur marche, l’his­to­rien Gé­rard Ville­roy a dé­taillé les grands mo­ments de la vie du père Ba­zin. L’après-mi­di, ils ont re­joint Clai­re­fou­gère, pour un nou­veau temps de ca­té­chèse. La ran­don­née de 13 km s’est ter­mi­née de­vant la mai­son na­tale du père Ba­zin à Frênes. Mgr Ha­bert a cé­lé­bré une messe clô­tu­rant cette jour­née pè­le­rine. Le dio­cèse pré­pare d’autres marches pè­le­rines, le 3 sep­tembre pro­chain à Jer­sey, puis plus tard à Londres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.