Les ha­bi­tants peuvent dé­sor­mais re­ti­rer de l’ar­gent

Le dis­tri­bu­teur au­to­ma­tique de billets est en­fin en ser­vice dans le quar­tier Saint-Mi­chel. Son ins­tal­la­tion pré­fi­gure l’opération de re­nou­vel­le­ment ur­bain à ve­nir.

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS ET SON PAYS -

Le dis­tri­bu­teur au­to­ma­tique de billets, dans le quar­tier SaintMi­chel, à Flers, était très at­ten­du.

Ré­cla­mé dès 2012 et an­non­cé de­puis 2014 sur un pan­neau plan­té le long de la rue du MontSaint-Mi­chel, le dis­tri­bu­teur a été mis en fonc­tion, il y a un peu plus d’un mois.

Un ser­vice qui vient com­bler un manque pour les ha­bi­tants du quar­tier et les com­mer­çants. Au­pa­ra­vant, le dis­tri­bu­teur le plus proche se si­tuait en cen­tre­ville de Flers, à plus de 2 km.

« Il y en avait be­soin »

L’équi­pe­ment a été inau­gu­ré ce lun­di 25 avril en pré­sence du dé­pu­té-maire de Flers, Yves Goas­doué, de membres du conseil mu­ni­ci­pal et de re­pré­sen­tants du Cré­dit Agri­cole, par­te­naires sur cette opération. « Il faut être utile au ter­ri­toire » , a sou­li­gné Lau­rence Mox­het, res­pon­sable de la banque sur le sec­teur de Flers qui a an­non­cé que l’en­seigne dis­po­sait dé­sor­mais de 10 dis­tri­bu­teurs à Flers.

« Il y en avait be­soin » , sou­ligne Yves Goas­doué qui rap­pelle que le Cré­dit Agri­cole pro­po­sait « la meilleure offre sur la place de Flers » .

Pour au­tant, il juge que ce n’est pas le tra­vail d’une col­lec­ti­vi­té de « se sub­sti­tuer aux éta­blis­se­ments ban­caires pour mailler le ter­ri­toire » .

La construc­tion du lo­cal qui abrite le dis­tri­bu­teur, et de­vant le­quel il est ai­sé de se ga­rer, a été prise en charge par la Ville qui a pu comp­ter sur un sub­ven­tion­ne­ment de l’Etat de l’ordre de 77 % via la DDU, la do­ta­tion de dé­ve­lop­pe­ment ur­bain. Le ma­té­riel a, quant à lui, été fi­nan­cé par la banque.

Pas­ser le cap des 2 900 re­traits par mois

Pour ce qui est de l’ex­ploi­ta­tion, les frais sont par­ta­gés. En de­çà de 2 900 re­traits par mois, la ville de­vra payer 57 cen­times au Cré­dit Agri­cole par re­trait non ef­fec­tué. Au- de­là de ce pla­fond, c’est la banque qui re­don­ne­ra 57 cen­times par re­trait « puis 28 cen­times, si le chiffre ex­plose » , a in­di­qué le dé­pu­té-maire qui a in­vi­té toutes les per­sonnes pré­sentes à uti­li­ser ce dis­tri­bu­teur.

En avril, pour le pre­mier mois d’ex­ploi­ta­tion, il y a dé­jà eu 1 500 re­traits, ce qui fait dire aux re­pré­sen­tants du Cré­dit Agri­cole que la barre des 2 900 re­traits de­vrait être at­teinte. A no­ter que ce sys­tème sera mis en place après 6 mois d’ex­ploi­ta­tion.

Pour Yves Goas­doué, ce nou­veau ser­vice est « le point de dé­part de l’opération de re­con­quête du quar­tier » . Avec le re­nou­vel­le­ment ur­bain, Saint-Mi­chel va chan­ger « dans les an­nées à ve­nir et même les mois » , pré­cise le maire. Des im­meubles vont être dé­mo­lis et les che­mi­ne­ments du quar­tier vont être re­pen­sés. « Nous al­lons faire en sorte que la route de Ger de­vienne moins rou­tière, qu’on parle de rue et non plus de route. Il s’agit aus­si de re­lier le quar­tier à ces équi­pe­ments struc­tu­rants » ,a ex­pli­qué Yves Goas­doué.

Un im­meuble bien­tôt dé­mo­li

L’im­meuble Jean de la Va­rende, gé­ré par le bailleur so­cial Orne Ha­bi­tat, sera d’ailleurs bien­tôt dé­mo­li. Vi­dés de leurs ha­bi­tants, les 40 lo­ge­ments su­bissent ac­tuel­le­ment des tra­vaux pré­pa­ra­toires. Le bâ­ti­ment sera à terre cet été. M. M.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.