Les Ja­po­nais raf­folent des montres in­crus­tées dans les manches…

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

Qui portent les che­mises Liste rouge ? « J’ai un de­voir de dis­cré­tion…, ré­pond JeanLuc Ma­ni­guet. Le di­rec­teur gé­né­ral lâche un nom tout de même, ce­lui de Fran­çois Bay­rou. « Il l’a dit pu­bli­que­ment. »

Les autres clients sont des grands in­dus­triels et des pré­sen­ta­teurs té­lé, « no­tam­ment des jeunes du Paf qui montent » .

La bou­tique si­tuée 38, rue du Fau­bourg Saint-Ho­no­ré à Pa­ris est à 500 m de l’Ély­sée. Peut-on voir les che­mises au plus haut som­met de l’État ? Jean- Luc Ma­ni­guet lève les yeux au pla­fond et esquisse un sou­rire.

« Nous pos­sé­dons 4 000 clients ré­gu­liers », re­prendt-il en pré­sen­tant le ca­ta­logue où sont af­fi­chés les tis­sus. Ici, le client est roi. Tout est pos­sible ou presque. « Il faut un com­pro­mis entre élé­gance et confort. »

Le client choi­sit le tis­su, le dos, les manches. Pour les poi­gnets avec deux ou trois bou­tons, ar­ron­dis ou car­rés. Sur les cols : l’angle, la lon­gueur, hau­teur ou en­core la du­re­té.

« C’est la pièce maî­tresse du vê­te­ment. C’est un peu le dou­dou du client. On a fait re­naître des choses dis­pa­rues. »

La com­mande doit te­nir compte du phy­sique comme le ventre ou si la per­sonne est voû­tée. Les clients peuvent si­gner les che­mises.

« Une fois, on nous a en­voyé un des­sin. Nous de­vions faire une rose sur du pa­pier toi­lette. »

Des che­mises à 800 €

Entre la com­mande et la ré­cep­tion, il faut comp­ter 10 jours. « On peut faire moins pour cer­tains clients », pour­suit Jean-Luc Ma­ni­guet dont le té­lé­phone sonne ré­gu­liè­re­ment ce ma­tin-là pour ré­pondre aux dif­fé­rents clients.

« On échange beau­coup avec eux. Lors de la com­mande, on en fait une seule. On l’en­voie au client pour va­li­da­tion. On lui de­mande d’être très cri­tique. Si ce­la ne va pas, on la re­fait en­tiè­re­ment. C’est in­dis­pen­sable. »

Les pre­miers prix tournent au­tour de 300 €. Avec des tis­sus d’ex­cep­tion, on monte jus­qu’à 800 €. Les che­mises s’ex­portent dans le monde en­tier no­tam­ment au Ja­pon où Liste rouge pos­sède une an­tenne.

« Il y a une forte at­tente chez eux. Pour l’anec­dote, nous avons dé­jà réa­li­sé des mo­dèles par­ti­cu­liers pour eux. Les Ja­po­nais ont des grosses montres suisses. On a réa­li­sé des che­mises où les bi­joux étaient in­crus­tés dans les manches. C’est unique. »

M.T.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.