Le cam­brio­lage a du­ré 10 mi­nutes 55

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

C’était la deuxième fois en 5 ans que Bri­gitte Bi­dard était vic­time d’une agres­sion dans son com­merce. Ces nou­veaux faits avaient sus­ci­té une forte émo­tion par­mi la po­pu­la­tion de Flers.

Ce mer­cre­di 18 juin 2014, la com­mer­çante a bien failli ap­pe­ler la po­lice, deux heures avant le vol, pour si­gna­ler le com­por­te­ment sus­pect d’un homme dans sa bou­tique.

« Ils m’ont je­tée dans l’es­ca­lier »

La suite des évé­ne­ments prou­ve­ra qu’il était en re­pé­rage. « Puis je me suis dit, vu le monde dans la rue, que ce n’était pas pos­sible » , ex­plique Bri­gitte Bi­dard, face à son agres- seur pré­su­mé, de­vant le tri­bu­nal d’Ar­gen­tan. Il faut dire que c’est un jour de mar­ché et que des tra­vaux sont en cours à quelques mètres de son ma­ga­sin.

Mais à 11 h 35, trois in­di­vi­dus se pré­sentent dans la bi­jou­te­rie. « J’ai lu dans leurs yeux qu’ils n’étaient pas là pour ache­ter quelque chose » . Elle se fait coin­cer dans un angle du ma­ga­sin et au mo­ment où elle veut ac­tion­ner l’alarme, ils sai­sissent sa main. « Ils m’ont en­suite je­tée dans l’es­ca­lier » , té­moigne la com­mer­çante.

Pro­fes­seur de ju­do, elle par­vient à sai­sir l’un de ses agres­seurs et l’en­traîne dans sa chute. En un coup de rein, Bri­gitte Bi­dard se re­tourne et re­tombe sur l’in­di­vi­du. « Je tom­bais à la ren­verse, si je n’avais pas fait ça, je pense que je ne se­rais pas là au­jourd’hui ou alors dans un fau­teuil » , confie-telle au tri­bu­nal.

A ce mo­ment, le pré­ve­nu de 36 ans se­rait des­cen­du pour lui at­ta­cher les mains et les poi­gnets puis la bâillon­ner pour évi­ter qu’elle crie. Il se se­rait en­suite po­sé sur ses jambes, lui au­rait ar­ra­ché ses bagues et son bra­ce­let tan­dis que ses deux com­pères pillaient la bi­jou­te­rie. « A-t-il eu des gestes vio­lents ? » , in­ter­roge la pré­si­dente du tri­bu­nal. « Je sen­tais que ça pou­vait par­tir en vrille au moindre faux geste » , ré­pond la com­mer­çante pour qui l’opé­ra­tion était « bien or­ga­ni­sée. Je pense qu’ils sa­vaient qu’ils al­laient me coin­cer ici et que j’al­lais prendre le che­min de la cave » .

2 mois en ar­rêt de tra­vail

Le cam­brio­lage au­ra du­ré 10 mi­nutes et 55 se­condes très exac­te­ment. « Ça m’a pa­ru in­ter­mi­nable » , té­moigne Bri­gitte Bi­dard.

Elle par­vien­dra en­suite à se li­bé­rer et à pré­ve­nir la po­lice.

La bi­jou­tière souffre de contrac­tures, d’ec­chy­moses dont une de 13 cm sur 5 cm et di­verses lé­sions.

Pro­fon­dé­ment mar­quée psy­cho­lo­gi­que­ment, elle se­ra 2 mois en ar­rêt de tra­vail. « J’ai re­pris contre l’avis du mé­de­cin mais ça a été dif­fi­cile de re­tour­ner

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.