Des cours d’équi­ta­tion à Giel Don Bos­co

L'Orne Combattante (FL) - - PUTANGES -

Pra­ti­quer l’équi­ta­tion au sein de son éta­blis­se­ment sco­laire n’est pas chose com­mune. De­puis quelques mois, c’est pos­sible à Giel Don Bos­co. Une chance que les élèves ont su sai­sir.

« La pra­tique de l’équi­ta­tion existe dé­jà dans d’autres éta­blis­se­ments. Mais je pense que la for­mule que nous pra­ti­quons ici est as­sez rare, voire unique en France », ex­plique Cé­line Ben­mi­moune, mo­ni­trice d’équi­ta­tion, sa­la­riée de l’éta­blis­se­ment.

Sans sup­plé­ment de prix

En ef­fet, il n’est pas rare que des éta­blis­se­ments aient un par­te­na­riat avec un centre équestre voi­sin et que les élèves puissent suivre des cours. « Mais c’est au sein du centre équestre qui se trouve à l’ex­té­rieur de l’éta­blis­se­ment et, par­fois, c’est aux pa­rents d’em­me­ner leurs en­fants sur place. Sans comp­ter que les pa­rents doivent payer le prix des le­çons. »

À Giel Don Bos­co, non. Cette ac­ti­vi­té est ou­verte à l’en­semble des élèves de l’éta­blis­se­ment, sans sup­plé­ment de prix, et sur le site. C’est ce qu’a d’em­blée sou­hai­té Sé­bas­tien Le­ron­del, le di­rec­teur d’en­semble sco­laire. Pour ce faire, Giel Don Bos­co a fait l’ac­qui­si­tion de deux che­vaux de 5 ans : Ta­tu et Grin­go, nés près du Mans. Ils sont is­sus d’un éle­vage où ils étaient des­ti­nés à la dis­ci­pline du po­lo.

In­tel­li­gence et ma­nia­bi­li­té

« Les mères de Ta­tu et de Grin­go sont des purs an­glais ré­for­més des courses, une race avec un gros in­flux ner­veux », pour­suit Cé­line. « Leur père est un éta­lon ar­gen­tin qui ap­porte de l’in­tel­li­gence, une taille moyenne qui per­met une grande ma­nia­bi­li­té et beau­coup de vo­lon­té. »

Si les deux che­vaux n’ont pas sui­vi la voie du po­lo, « c’est pour des rai­sons qui sont propres à l’éle­vage où ils sont nés. Ce sont deux che­vaux gen­tils et in­tel­li­gents qui peuvent faire beau­coup de choses avec les élèves. »

Deux che­vaux qui ont été dé­bour­rés par Cé­line et qui ac­cueillent les élèves qui le sou­haitent, après les cours, le lun­di, mar­di et jeu­di, mais aus­si le mer­cre­di après-mi­di.

« Je re­marque chez cer­tains élèves un vé­ri­table in­té­rêt », pour­suit Cé­line. « Au-de­là du fait de mon­ter à che­val, il y a aus­si la re­la­tion à l’ani­mal qui est es­sen­tielle. »

Ch­ris­tophe RI­VARD

Ren­sei­gne­ments : ly­cée Giel Don Bos­co, 02 33 67 99 00.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.